Anne Teresa de Keersmaeker

アンヌ·テレサ·ドゥ·ケースマイケル
АННЫ ТЕРЕЗЫ ДЕ КЕЕРСМАКЕР

Drumming Live

Anne Teresa de Keersmaeker Drumming Live

source: operadeparisfr
Les percussions du minimaliste new-yorkais Steve Reich offrent une partition rythmique envoûtante à Drumming Live, pièce d’Anne Teresa De Keersmaeker créée en 1998 par la Compagnie Rosas, aujourd’hui interprétée par les danseurs de l’Opéra national de Paris. À l’instar de Rain, entrée au répertoire du Ballet en 2011, Drumming Live compte parmi les œuvres les plus abstraites de la chorégraphe, d’une grande sophistication formelle. Douze danseurs et neuf percussionnistes, baignés dans une fluorescence orange, sont habités par une pulsation obsédante et d’un état de transe semblant repousser les limites de l’espace. Tenu en haleine une heure entière, à partir d’un seul motif musical, le spectateur est pris dans la spirale d’une danse virevoltante et d’un voyage étourdissant.
.
.
.
.
.
.
.
source: toutelaculture
Il y a d’abord la couleur : orange. Il y a ensuite les lignes, celles qui marquent une délimitation en fond de scène. Un plateau orange avec ici et là des cylindres posés. Et derrière la ligne on devine des percussions, une ligne d’instruments.
En 1982, la chorégraphe flamande révolutionne la danse avec Fase. Elle inscrit l’idée que le mouvement est mathématique. Proche de la musique répétitive de Steve Reich, elle impose un geste qui n’est ni néo-classique, ni contemporain et dont la beauté subjugue.
Drumming Live est comme un cours sur les pas d’Anne Teresa de Keersmaeker. Son dialogue incessant avec la musique (qui peut être classique (Partita 2), jazz ( Love Supreme) ou encore médiévale (Cesena) )) se déroule cette fois avec l’ensemble Ictus. Le spectacle Drumming a été créé en 1998, mais il est devenu Drumming Live en 2000 quand la musique est entrée sur scène.
C’est donc un double ballet qui se joue. Celui des musiciens qui vont se placer devant leurs percussions (Peaux, xylophones…) et se déplacer de droite à gauche pendant l’heure du spectacle, dans un mouvement qui n’est pas dansé mais qui accompagne les danseurs et le regard du spectateur.
Devant eux, c’est l’explosion, Juliette hilaire fait une entrée magistrale, un solo, qui va se transformer en duo avec Adrien Couvez et qui pose les règles de la grammaire Keersmaeker : phrase/ contrepoint/ déphasage.
Ils seront onze danseurs en tout, dont les premiers danseurs Sae-Eun Park, Florian Magnenel et la particulièrement altière Muriel Zusperreguy. Les costumes sont signés par Dries Van Noten. Pantalons blancs fluides, chemises ouvertes… Drumming Live a la classe d’un défilé de mode Haute Couture. D’ailleurs, ils marchent, dans cette fameuse phrase de base, qui oblige les corps à réviser les équerres et les perpendiculaires. Les lignes sont droites mais leurs croisements sont inattendus. La danse fait jaillir des contrepoints magnifiques qui passent du miroir au déphasage sans prévenir. Et c’est là, que les spirales se font dans les trajectoires propres à chacun, générant un trouble, une impossibilité à tout voir et une vraie sensation de virtuosité.
La musique est ici une transe uniquement rythmique qui empêche tout repère de refrain. Les danseurs sont donc obligés de particulièrement s’écouter ce qui donne à voir des regards et des sourires entre eux. Ils sont le tempo et la temporalité. Ils tournent, courent dans un déploiement spatial dément, tant par le rythme que par les cassures qui font de chaque moment une surprise.
.
.
.
.
.
.
.
source: operadeparisfr
In 1998, Anne Teresa De Keersmaeker created “Drumming” for the dancers of her company “Rosas”. This intense and jubilant piece is set to haunting music by Steve Reich, a pioneer of minimalist music. On stage, nine dancers perform an exhausting choreography with swirling rhythms that reveal a deep and vital energy. Today, almost twenty years later, it is the turn of the Paris Opera Ballet’s dancers to adopt it. For the occasion, the choreographer talks to us about this extreme piece.
.
.
.
.
.
.
.
source: rosasbe

Rosas is het dansersensemble en de productie-en spreidingsstructuur rond choreografe / danseres Anne Teresa De Keersmaeker. Met Fase, four movements to the music of Steve Reich, haar debuut uit 1982, trok zij meteen de aandacht van de internationale dansscène. De afgelopen 27 jaar heeft ze samen met haar dansersgezelschap een indrukwekkende reeks choreografieën gecreëerd. Rosas staat voor een danskunst van het pure schrijven met bewegingen in ruimte en tijd. De relatie tussen beweging en muziek staat centraal. Daarnaast werd in verschillende producties de verhouding tussen dans en tekst onderzocht.

Rosas is één van de weinige gezelschappen met een vaste danserskern. Anne Teresa De Keersmaeker kiest resoluut voor een organisatiemodel dat het projectniveau overstijgt zodat met elke individuele danser een intens parcours kan worden afgelegd. In de grote gezelschapsproducties staat de volledige danserskern op het podium. Daarnaast zijn er kleinere voorstellingen waarin De Keersmaeker zelf danst. Parallel met het maken van nieuwe voorstellingen, blijft Rosas het opgebouwde repertoire presenteren, dat een tijdspanne van 30 jaar beslaat. Zo wordt het eigen artistiek verleden doorgegeven aan nieuwe generaties toeschouwers en dansers.

Rosas is internationaal sterk verankerd. Het bespeelt de toonaangevende podia voor hedendaagse dans. Met de Samuel H. Scripps/ American Dance Festival Award for Lifetime Achievement kreeg Anne Teresa De Keersmaeker in 2011 één van de belangrijkste carrièreprijzen die in Europa enkel nog te beurt viel aan Pina Bausch. Tegelijkertijd blijft de aanwezigheid in eigen land een prioriteit. Naast jarenlange partnerschappen met de grote (inter)nationale cultuurhuizen, wordt nadrukkelijk samengewerkt met een circuit van kleinere zalen. Rosas bouwt zo mee aan een duurzaam danspubliek in binnen-en buitenland.

Rosas stelt zich een expliciete kunsteducatieve opdracht en besteedde de afgelopen jaren veel aandacht en energie aan educatieve en participatieve projecten. Een aantal van die projecten zoals Bal Moderne, P.A.R.T.S. of Workspacebrussels groeiden ondertussen uit tot onafhankelijk organisaties, waardoor in huis nieuwe projecten als Dancingkids of Rondomdans konden ontstaan.

Rosas is een open huis en deelt zijn infrastructuur niet alleen met P.A.R.T.S., maar ook met het hedendaags muziekensemble Ictus, Workspace Brussels, de zomergasten van de Summer Studios en talrijke gezelschappen die in onze studio’s repeteren. De aanwezige know-how inzake management, communicatie en administratie wordt ook ingezet voor gastprojecten die in de slipstream van het artistiek parcours van De Keersmaeker ontwikkeld worden. De site aan de Van Volxemlaan in Vorst ontpopte zich zo tot de ontmoetings-en broedplaats bij uitstek waar jong en gevestigd artistiek talent elkaar vindt en verrijkt.

Rosas geniet de steun van de Vlaamse Overheid.
.
.
.
.
.
.
source: rosasbe

Rosas est l’ensemble de danseurs et la structure de production et de diffusion autour de la chorégraphe et danseuse Anne Teresa De Keersmaeker. Dès Fase, four movements to the music of Steve Reich, le spectacle de ses débuts en 1982, cette dernière a attiré l’attention du monde international de la danse. Au cours de ces 27 dernières années, elle a créé avec sa troupe une série impressionnante de chorégraphies. L’art chorégraphique selon Rosas est une écriture gestuelle dans le temps et l’espace, privilégiant les rapports entre le mouvement et la musique. En outre, plusieurs spectacles ont examiné les liens entre la danse et le texte.

Rosas est l’une des rares compagnies de danse à disposer d’un noyau fixe d’interprètes. Anne Teresa De Keersmaeker opte résolument pour un mode d’organisation transcendant le simple enchaînement de projets, afin de partager activement un parcours plus long avec chacun des danseurs. Pour les grands spectacles d’ensemble, la troupe se retrouve au grand complet sur le plateau. De Keersmaeker continue à se produire elle-même dans d’autres pièces, de plus petite envergure. Parallèlement à la création de nouveaux spectacles, Rosas poursuit la présentation du répertoire constitué au fil des années. Le passé artistique de la compagnie est ainsi transmis à de nouvelles générations de spectateurs et de danseurs.

Rosas possède un fort ancrage international et se produit sur les plus grandes scènes ouvertes à la danse contemporaine, tant en Europe que bien au-delà de ses frontières. Mais en même temps, affirmer sa présence en Belgique reste une priorité. À côté des partenariats avec de grandes institutions culturelles, s’étendant sur de nombreuses années, la compagnie tient à établir une collaboration suivie avec un réseau de lieux de spectacles plus petits.

Rosas assume explicitement une mission d’éducation artistique. Ces dernières années, une attention et une énergie considérables ont été consacrées à plusieurs initiatives éducatives et participatives. Au cours des années à venir, ces efforts iront encore en s’intensifiant.

Rosas est une maison ouverte ; la compagnie ne partage pas seulement ses infrastructures avec P.A.R.T.S., mais aussi avec l’ensemble de musique contemporaine Ictus, Workspace Brussels, les participants des Summer Studios en été et les nombreuses troupes répétant dans ses studios. Les connaissances acquises en matière de gestion, de communication et d’administration sont également mises au profit de projets divers développés dans le sillage du parcours artistique d’Anne Teresa De Keersmaeker. Le site de l’avenue Van Volxem à Forest Vorst est ainsi devenu le lieu de rencontre fertile par excellence où se retrouvent et s’inspirent mutuellement de jeunes talents et des artistes confirmés.

Rosas reçoit le soutien des autorités flamandes.
.
.
.
.
.
.
.
source: rosasbe

Rosas is the dance ensemble and production structure built around the choreographer and dancer Anne Teresa De Keersmaeker. She immediately attracted the attention of the international dance scene with her 1982 debut Fase, four movements to the music of Steve Reich. Over the last 27 years, she has, with her dance company, created an impressive series of choreographic works. Rosas’ dance is pure writing with movement in time and space. At its heart lies the relationship between movement and music. In some productions, the relationship between dance and text is also examined. (Read more)

Rosas is one of the few companies with a permanent ensemble of dancers. Anne Teresa De Keersmaeker has opted decisively for an organisational model that transcends project-orientation, enabling continuing intensive work with each individual dancer. In the company’s major productions the whole ensemble appears on stage. In addition, there are smaller-scale productions in which De Keersmaeker herself dances. While creating new productions, Rosas also continues to perform the accumulated repertoire, which covers a time span of 30 years. In this way its own artistic past can be handed on to new generations of dancers and audiences.

Rosas has strong international connections. It performs at the leading contemporary dance venues in Europe and far beyond. With the Samuel H Scripps/ American dance Festival Award for Lifetime Achievement, Anne Teresa de Keersmaeker got one of the most important awards which until then, in Europa, was only handed out to Pina Bausch. At the same time, its continued presence in Belgium remains a priority. Alongside many years of partnership with the major national performing arts centres, Rosas makes a point of cooperating with a circuit of smaller venues. This way Rosas helps building a sustainable dance audience at home and abroad.

Rosas has set itself an explicit art education assignment and has over the years devoted a great deal of attention and energy to educational and participatory projects. Some of the projects such as Bal Moderne, P.A.R.T.S. or Workspacebrussels grew into independent organisations, by which new projects such as Dancingkids or Rondomdans could come into existence.

Rosas is an open house and shares its infrastructure not only with P.A.R.T.S., but also with the contemporary music ensemble Ictus, Workspace Brussels, the Summer Studios’ summer guests, and the numerous companies that rehearse in our studios. The available management, communication and administrative expertise is also put into guest projects developed in the slipstream of De Keersmaeker’s artistic course. This means the site in Van Volxemlaan in Vorst has grown into the perfect meeting place and breeding ground, where both young and established artistic talents encounter and enrich each other.

Rosas gets the support of the Flemish authorities.