David Altmejd

大卫·阿尔特米德

Untitled 7

David Altmejd Untitled 7

source: canadablogosfereit
David Altmejd, giovanissimo e famoso, noto per i suoi lavori fantasiosi e grotteschi in cui mescola materiali eterogenei come legno, plexiglass, minerali, specchi, fiori e capelli. Il suo nome è stato proposto alla commissione selezionatrice del Canada Council for the Arts dalla Galerie de l’Université du Québec di Montréal e dalla sua direttrice, Louise Déry, curatrice del progetto e commissaria del Padiglione canadese, in considerazione dell’incredibile forza estetica dell’opera dell’artista.
.
.
.
.
.
.
.
source: xavierhufkens

David Altmejd creates highly detailed sculptures that often blur the distinction between interior and exterior, surface and structure, representation and abstraction. For Altmejd, the process of making is paramount – he is interested in how the act of constructing an object generates meaning. Altmejd often defies traditional material conventions. In his recent series of large-scale semi-figurative sculptures he used seemingly random objects (such as hessian, polystyrene, chains, fur, crystals and resin casts of his hands and of exotic fruits) to create resonant connections and juxtapositions between diverse material elements. In his complex installations involving Perspex structures and vitrines, Altmejd often pairs symbolic objects, such as crystals and taxidermy birds and animals, with virtuosic applications of materials such as plaster, glitter, minerals and mirrors. Motivated by the invisible worlds that often exist just beneath the surface of things, the artist reveals the hidden structures in his own works through negative spaces: gaps, holes, fissures and crystal filled orifices are a recurring motif. In contrast, the reflective surfaces of his mirrored sculptures are impenetrable and both define and destabilise, as well as multiply, the spaces around them.
.
.
.
.
.
.
.
source: birminghamfreepress
Altmejd is a Canadian artist who has shown in both the Venice Biennial and the Whitney Biennial. He is represented by Andrea Rosen Gallery.
Here’s an excerpt from his wikipedia entry:
“David Altmejd’s sculptures mix seemingly random objects such as decapitated werewolf heads with graffiti-style Stars of David, stained Calvin Klein underwear, towers made of mirrors, plastic flowers and faux jewelry, to create sculptural systems loaded with what he calls “symbolic potential” and open ended narratives. Werewolf heads have appeared so frequently in his work that in the contemporary art world, they are widely recognized as being closely affiliated with this artist.”
That last line is so beautiful I think it needs to be revisited:
“Werewolf heads have appeared so frequently in his work that in the contemporary art world, they are widely recognized as being closely affiliated with this artist.”
.
.
.
.
.
.
.
source: actuartorg
Le sculpteur québécois David Altmejd naît à Montréal en 1974.
David Altmejd étudie les arts visuels à l’Université du Québec à Montréal, puis les Beaux Arts à l’Université Columbia de New York, où il obtient sa maîtrise en 2001.
“Je me suis rendu compte que ce qui m’intéressait le plus, ce n’était pas d’apprendre des codes et un langage, mais plutôt d’en inventer. Et le seul domaine où l’on encourage cela, c’est en art.” David Altmejd
La figure du loup-garou, emblématique chez David Altmejd, apparaît en 1999. Réinterprétée à plusieurs reprises, cette figure mi-animale mi-humaine permet à l’artiste d’exprimer la tension inhérente aux rapports antinomiques qu’il aime susciter dans ses oeuvres.
Les monstres de David Altmejd font peur plus qu’ils ne séduisent. Mais ils se cachent généralement au sein de constructions de métal et de verre, d’échafaudages ornés de fleurs, d’oiseaux, de plumes et de miroirs qui ont quelque chose de vivant, de chatoyant, de merveilleux et d’indéniablement séduisant.


Les sculptures de David Altmejd mélangent graffitis, sous-vêtements souillés, fleurs de plastique et bijoux de pacotille. Connu pour ses installations qui multiplient les références aux légendes, au cinéma et à la science-fiction, David Altmejd expose au Québec, aux États-Unis et en Europe.


Chez David Altmejd, rien n’est vraiment ce qu’il semble être… Par condensation, déplacement, éclatement puis re-figuration, tout dans son oeuvre nous renvoie aux mécanismes du rêve. Aussi, l’artiste fait revivre plusieurs fantômes de la tradition artistique comme le socle, le cabinet de curiosité, le gisant, la vanitas et la relique.
Dans son travail de réflection, il y a de l’érotique et de l’onirique en quantité, et son intérêt pour la transformation des corps nous place d’emblée du côté d’un rapport intime et empathique à ses grands lycanthropes qui nous ressemblent, captés en pleine transformation et comme coincés quelque part entre l’humain et l’animal, le vivant et le minéral.

Ses oeuvres sont complexes et souvent autoréférentielles : des moulages et des objets sont mis en scène dans un décor exubérant, chargé d’ornements, de bijoux, de breloques et de toutes sortes de choses scintillantes. Il y a des fleurs aussi, des écureuils naturalisés, des ossements, des cheveux synthétiques, des cristaux, le morbide toujours inextricablement mêlé à une étrange beauté qui n’est jamais très loin du monde de l’enfance. Il y a aussi l’idée de la décapitation, de la douleur et de la violence.
Chez David Altmejd, en effet, la mort est partout, mais elle n’est pas effrayante: elle marche doucement, toujours à moitié cachée. Elle est en fait le passage obligé vers l’inévitable transfiguration, idée centrale du travail de l’artiste.


Les constructions de David Altmejd annoncent la fin d’un monde. A la fois romantiques, futuristes et post-apocalyptiques, elles nous disent que la destruction peut être séduisante et parfois nécessaire. Par toutes sortes de stratagèmes plastiques, Altmejd laisse souvent un “trou noir” géométrique dans ses oeuvres ou dans le socle de ces dernières, une entrée inaccessible mais pourtant invitante, qui peut laisser supposer un accès réel au monde duquel sont issues ses pièces.

En 2007, David Altmejd représente le Canada à la Biennale de Venise. En 2009, il remporte le prix des arts Sobey, l’un des prix les plus prestigieux en arts visuels au Canada. Le prix Sobey est décerné tous les deux ans à un artiste de moins de 40 ans qui a exposé ses oeuvres dans un musée ou une galerie d’art au cours des 18 mois précédant sa nomination.
.
.
.
.
.
.
.
source: reynaventuranet

David Altmejd es un artista Canadiense nacido en Montreal en 1974, ahora residente en Nueva York ha venido generando una obra inconfundible, bizarra, bella y llena de singularidades que la hacen más que llamativa. Haciendo uso de la instalación y la escultura David genera un trabajo lleno de vidrio y espejos, colores pasteles, geometrías intrincadas llenas de falsa naturaleza, pelajes extraños y una representación reconfigurada del cuerpo humano.

Sin duda alguna creo que es uno de los mejores artistas que están poblando este mundo y lo recomiendo muchísimo.
.
.
.
.
.
.
.
source: artnetfr

David Altmejd (canadien, né en 1974 à Montréal) est un sculpteur connu pour ses œuvres très détaillées qui jouent avec les conceptions d’intérieur et d’extérieur, de surface et de structure et de représentation et d’abstraction. Il étudie à l’université du Québec à Montréal et obtient sa maîtrise en beaux-arts à l’université de Columbia.

Rapidement, il développe un intérêt pour les matériaux non conventionnels, comme les têtes de loups-garous décapitées, les miroirs, les fleurs en plastique et les faux bijoux. Altmejd crée des sculptures qui explorent des récits symboliques et complexes et s’intéresse au processus de construction, plus particulièrement à la manière dont chaque élément se réunit pour donner du sens.

Il participe à de nombreuses expositions dans d’importantes institutions telles que Artists Space et Deitch Projects et prend part à la Biennale Whitney ainsi qu’à celles organisées à Istanbul et Venise. Il est représenté par Xavier Hufkens et la galerie Andrea Rosen .

Altmejd vit et travaille à New York