Kader Attou

the roots

Kader Attou  the roots

source: babacarcisse

5-6-7-8 c’est parti, quelques mots pour partager de l’intérieur cette nouvelle création… “The roots” chorégraphié et mis en scène par Kader Attou directeur du CCN de la Rochelle, et de la Compagnie Accrorap a joué sa 1ère en Janvier 2013 à la Scène nationale de la coursive. Les attentes ont été largement dépassées puisque c’est 90 dates pour cette 1ère saison de tournée “et ce n’est qu’un début” nous dit Kader avec un oeil pétillant de joie ! The Roots c’est 12 danseurs et chorégraphes au parcours chargés d’expériences qui incarnent cette création sur scène avec une force, une générosité, un poésie, une technicité et une sincérité sans borne. Comme aime dire Kader des danseurs d’excellence au service de cette création, The Roots “les racines” le lien direct avec ces quelques 30 années de hip hop que nous avons parcouru, de h.i.p h.o.p présenté par Sidney et nos cartons de training dans la rue, jusqu’aux scènes les plus prestigieuse d’europe et du monde. Heureux d’être dans ce projet car à plus très loin de la quarantaine, la cure de jouvence, entre autre “bon chanc”,… est garantie et aucun danseur n’a demande à être remboursé. Ce spectacle “phénomène”, certainement une des meilleurs créations danse de la saison 2013, apporte à la danse hip hop une nouvelle branche solide à son histoire, le public ne s’y trompe pas, une création qui va très probablement faire dates dans les annales…une des ces trop rares créations qui confirment que le hip hop à bien ces lettres de noblesse et mérite à certains endroits plus d’attention, d’égards, de respect. Bravo Kader, Bravo ma team, …que des 10 vous le savez!!! des posts et des photos de la tournée régulièrement sur mon blog…affaire a suivre, Bouba.
.
.
.
.
.
.
.
source: ccnlarochelle

Du collectif d’artistes des débuts à l’émergence de chorégraphes singuliers, le travail de Kader Attou se caractérise par une grande ouverture : ouverture au monde grâce à des voyages conçus comme autant de moments de partage, ouverture vers d’autres formes artistiques, vers d’autres courants.

Dès 1989, dans la fièvre de la découverte de la breakdance et avec les premiers spectacles d’Accrorap, naît le désir d’approfondir la question du sens et de développer une démarche artistique. Dans Prière pour un fou (1999), pièce charnière de son univers chorégraphique, il tente de renouer le dialogue que le drame algérien rend à cette période de plus en plus douloureusement improbable. Kader Attou se donne ensuite la liberté d’inventer une danse riche et humaine avec Anokha (2000), au croisement du hip hop et de la danse indienne, de l’Orient et de l’Occident. Cette pièce donne à la danse hip hop une dimension spirituelle. Pourquoi pas (2002), pièce qui aborde un univers fait de poésie et de légèreté, est composée de saynètes où se côtoient performance, émotion, musicalité. Douar (2003), conçu dans le cadre de l’année de l’Algérie en France, interroge les problématiques de l’exil, de l’ennui, écho des préoccupations de la jeunesse des quartiers de France et d’Algérie. Les corps étrangers (2006), projet international – France, Inde, Brésil, Algérie, Côte d’Ivoire – évoque la condition humaine et cherche les points de rencontres possibles entre cultures et esthétiques, pour construire avec la danse un espace de dialogue qui puisse questionner l’avenir. Petites histoires.com (2008) obtient un succès critique et public et raconte une France populaire, avec de la simplicité, de la légèreté, tout en gardant un propos engagé. Au mois de septembre de la même année, Kader Attou est nommé Directeur du Centre Chorégraphique National de La Rochelle / Poitou-Charentes, devenant ainsi le premier chorégraphe hip hop nommé à la tête d’un telle institution.

Trio (?) (2010) renoue avec l’univers du cirque, tout en légèreté et poésie. Symfonia Piésni Załosnych (2010) s’attache à l’intégralité de la Symphonie n°3 dite des Chants plaintifs, du grand compositeur polonais Henryk Mikołaj Górecki. Cette création en explore l’ensemble des aspects compositionnels et sensibles, se laisse transporter par la voix, traverser par la force mélodique et s’unit au message d’espoir.

Janvier 2013, retour aux sources du hip hop et grand plongeon dans l’univers poétique de Kader Attou, The Roots est créé à La Coursive, Scène nationale de La Rochelle.

La cie Accrorap est l’histoire d’une aventure internationale. La notion de rencontre est au centre de la démarche de la compagnie, et les voyages (Palestine, Algérie, Brésil, Cuba, Inde, etc.) alimentent la réflexion. La danse de Kader Attou est généreuse et cherche à briser les barrières.
.
.
.
.
.
.
.
source: dlbdance

From the early days as a collective of dancers to the emergence of singular choreographers, meeting new people and sharing has always been at the heart of Kader Attou’s projects. Outside his creations, there were also travels to Palestine, Brazil, Algeria, Cuba… This openness vastly inspired his work, drawing him towards varied artistic movements and encounters.
The Centre Chorégraphique National de La Rochelle / Poitou-Charentes is supported by the Ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Poitou-Charentes, Conseil régional of Poitou-Charentes, Ville de La Rochelle, and by the Institut français when touring abroad.

Creation 2013
Artistic director and Choreographer: Kader Attou
Cast: Babacar “Bouba” Cissé, Bruce Chiefare, Virgile Dagneaux,
Erwan Godard, Mabrouk Gouicem, Adrien Goulinet, Kevin Mischel, Artem Orlov, Mehdi Ouachek, Nabil Ouelhadj, Maxime Vicente
Scenography: Olivier Borne – Original sound creation: Régis Baillet – Diaphane, along with additional music
Lights: Fabrice Crouzet – Costumes designer: Nadia Genez

« Over twenty years, my dance approach has been sculpted from the grinding and blending of various aesthetics – hip hop, Indian kathak, contemporary dance. I believe the key in this process is to build bridges, create links and some sort of dialogue beyond / through difference. This search has lead me to try and distinguish what transpires from body as opposed to emotion. How – from a specific technique, a mechanical gesture, a simple hint – with virtuosity such a feeling is born. This questioning is a founding feature of The Roots. First and foremost, The Roots is a human adventure, a journey enacted by eleven exceptional hip-hop dancers. Chapter after chapter, the actual performance transforms, opens up new horizons and brings the spectator elsewhere. This universe consists of ordinary settings, a table.. a crackling vinyl record on a turntable, childhood memories.. Music plays a crucial part, stirring and calling for the unity of dancers. Brahms, Beethoven, electro music… all these melodies open doors to a dancing mankind. This creation digs into one’s history, each dancer with their strengths and their own path. Starting from their unique style honed over the years, I initiate a journey from the roots towards bodies’ memory. The Roots represent the rewards of this quest: drawing from the generosity of this dance in order to discover new paths. » Kader Attou