ROBERT STADLER

Understand What You Love

ROBERT STADLER 22

source: artspace
Designer Robert Stadler intervenes in very diverse fields, obliterating all hierarchies between free proposals, industrial and public commissions. He explores the exhibition space in order to scramble the usual categories of art and design. He questions the status of the object as work of art or product as well as the intersections between preciousness and lowliness, and the serious versus the absurd. In 1992 he cofounded the radI desIGNers group, which was active until 2008. Stadler has shown his multifaceted works at Galerie de Multiples, Paris, Carpenters Workshop Gallery, Paris, Galerie emmanuel Perrotin, Paris and Galerie traversée, Munich, among others. In 2012 he was awarded the Liliane Bettencourt Prize for intelligence of the hand.
.
.
.
.
.
.
.
source:designinvogue

Robert Stadler was born in 1966 in Vienna. He studied design at IED/Milan and at ENSCI/Paris.
In 1992 he cofounded the RADI DESIGNERS group which was active until 2OO8. He is represented by Carpenters Workshop gallery and Galerie Triple V. His work is present in several private and public collections such as Fondation Cartier, Fonds National d’Art Contemporain, MAK – Museum for Applied Arts / Contemporary Art in Vienna, Les Arts Décoratifs in Paris.
.
.
.
.
.
.
.
source: ellefr
Robert Stadler est un designer pas comme les autres. Touche-à-tout, éclectique, il intervient dans des domaines très divers, brouille les pistes et brise les frontières des catégories usuelles entre art et design, interroge le statut et de l’objet en soulignant l’arbitraire de la dichotomie préciosité/modicité, élégance/vulgarité, sérieux/absurde. Robert Stadler est né en 1966 à Vienne (Autriche). En 1988, Il s’installe d’abord à Milan pour suivre des études de design à l’Istituto Europeo di Design, puis à Paris où il intègre l’ENSCI / Les Ateliers. En 1992, il cofonde Radi Designers, groupe qui propose des créations dans des domaines très variés. Depuis 2000, et parallèlement à ses activités au sein du groupe, Robert Stadler navigue également en solo. Le succès de sa participation en 2001 à l’exposition Un art populaire (Fondation Cartier pour l’art contemporain) lui vaut d’obtenir la bourse du Fiacre l’année suivante. Il saisit cette occasion pour se rendre au Brésil et effectuer un séjour studieux de six mois au sein de la résidence d’artistes de Santa Teresa à Rio de Janeiro. Aujourd’hui encore, il partage sa vie et son travail entre Paris et Rio de Janeiro. De retour à Paris, Stadler présente en décembre 2003 Frontalunterricht à l’Espace Paul Ricard à Paris en collaboration avec le designer Stefan Nicolaev, exposition déclinée en trois parties : installation éducative par l’artiste Nikolaev et le designer Stadler ; vidéo et photos de Nikolaev, et, enfin les objets de Stadler. En 2004, la galerie autrichienne KlausEngelhorn22 montre son travail d’installation « Pools & Pouf » avec, Jurgen Bey et Konstantin Grcic à Milan et Vienne (lors du Salon du meuble) dans les expositions intitulées respectivement Vanishing Point 1 & 2. La même année il présente à Paris Lost and found, sa première exposition personnelle monographique dans le cadre de la réouverture de la Galerie Dominique Fiat dans le Marais. Dans cette exposition, Robert Stadler présente de nouvelles pièces produites par la Galerie Dominique Fiat, ainsi que l’installation déjà exposée « Pools & Pouf ». Outre ses activités professionnelles, Robert Stadler se dédie également à l’enseignement. En 2009 il est professeur d’honneur au HFBK de Hambourg. Son travail est présent dans plusieurs collections privées et publiques comme la Fondation Cartier, la FNAC, ou encore FRAC Nord-Pas de Calais. A Paris, il est représenté par la Galerie Emmanuel Perrotin et par la Carpenters Workshop gallery à Londres. Parmi ses prestigieux clients, figurent l’Académie des César, le groupe Costes, Dior, Orange, ou Ricard. Outre sa vocation industrielle, Stadler se lance dans l’expérimentation en matière de mobilier, notamment pour des produits destinés à la grande consommation, tels que les produits électroménagers pour la marque Moulinex ou la ligne « Plein Air » pour la marque Ricard. Dans la série « Possible Furniture », les différents meubles, empilés sans ordre apparent sont en réalité conçus dans un souci optimal d’ergonomie et d’usage. En 2012, le designer autrichien reçoit le Prix Liliane Bettencourt pour l’Intelligence de la main. Par ailleurs, il participe à de très nombreux projets et expositions. L’année suivante, Robert Stadler a par exemple été sollicité pour prendre part au projet Renaissance Nancy 2013, afin d’impulser sa touche contemporaine à la façade des Galeries Poirel.