DANIEL STEEGMANN MANGRANÉ

NE VOULAIS PRENDRE NI FORME, NI CHAIR, NI MATIÈRE

Daniel Steegmann Mangrane, Ne voulais prendre ni forme, ni chair, ni matiere

source:estherschippercom
D’origine catalane, Daniel Steegmann Mangrané vit et travaille aujourd’hui au Brésil. Il a présenté ses œuvres dans de nombreuses expositions personnelles et collectives à travers le monde, notamment lors de la 14e Biennale de Lyon, Mondes flottants (2017). En 2019, il présente l’exposition Ne voulais prendre ni forme, ni chair, ni matière à l’Institut d’art contemporain, Villeurbanne, puis l’exposition A Leaf-Shaped Animal Draws The Hand à Pirelli HangarBicocca, Milan.

Enfant, Daniel Steegmann Mangrané aurait aimé être biologiste, entomologiste ou botaniste. En 2004, cette fascination pour les sciences naturelles motive en partie son installation à proximité de la forêt tropicale, à Rio de Janeiro.
Bien sûr, c’est aussi la vivacité de l’art brésilien qui l’attire alors. Dans les années 1990, le jeune artiste avait découvert à la Fundació Antoni Tàpies, à Barcelone, l’œuvre d’Hélio Oiticica et de Lygia Clark. Dès la fin des années 1950, ces fondateurs du néo-concrétisme avaient subverti le formalisme trop rigide d’un constructivisme transmis au Brésil par quelques passeurs européens. L’intuition, la subjectivité et la participation du public devaient venir réconcilier des dualismes dépassés, à commencer par l’opposition communément admise entre l’objet et le sujet. Les sculptures manipulables et objets relationnels de Lygia Clark uniraient ainsi œuvre et « participant » dans une continuité organique proche de la phénoménologie de Merleau-Ponty, pour qui « le monde est fait de l’étoffe même du corps1 ».

Pour Daniel Steegmann Mangrané « s’il n’y a plus de sujets ni d’objets, il n’y a plus de spectateurs ni d’œuvres d’art, mais des processus de relations de transformations mutuelles. Des combinaisons d’agents qui s’influencent mutuellement2 ». Inspiré par la théorie du perspectivisme amérindien de l’anthropologue Eduardo Viveiros de Castro, l’artiste trouble les propriétés habituellement attribuées aux différentes catégories d’êtres. Sa rencontre inopinée avec un insecte-brindille, en 2008, est décisive. Étirée comme un bâtonnet, immobile comme une plante, l’espèce mimétique se confond avec son environnement au point de disparaître. Ce roi du camouflage, aussi appelé phasme (du grec « fantôme ») hante plusieurs œuvres de Steegmann Mangrané, filmé dans des décors végétaux ou lâché dans de grands vivariums vitrés3. Paradoxe vivant, il incarne des oppositions que l’artiste veut désamorcer : l’animé et l’inanimé, le non humain et l’humain, l’organique et le géométrique,
le chaos et l’ordre… Plus largement, la nature et la culture.

La forêt urbaine de Tijuca qui pénètre Rio n’est pas tout à fait naturelle.
« Arrangée », son exceptionnelle biodiversité hérite en fait d’interventions humaines successives, allant du lien vivrier des populations amérindiennes à la déforestation massive des colons européens, dont les dégâts précoces hâtèrent des politiques de reboisement dès le milieu du XIXe siècle. Daniel Steegmann Mangrané y a réalisé plusieurs œuvres. Programmatique, le film 16 mm (2008-2011) ouvre la danse, avec un parti pris clairement structurel évoquant l’œuvre de Michael Snow. Pour obtenir ce travelling avant qui perce la forêt, l’artiste a suspendu à un câble une caméra dont la progression a été synchronisée avec le déroulement d’une bobine de pellicule entière4. Fendant la jungle serpentine, cette droite subvertit l’histoire des lignes imaginaires : des lignes de fuite qui instituent, à la Renaissance, la convention d’une perspective centrale autoritaire, aux lignes des géomètres quadrillant le globe au profit d’intérêts nationaux – tel ce méridien choisi en 1494 par le Portugal et la Castille pour leur découpage colonial de part et d’autre du Brésil5.

1 Maurice Merleau-Ponty, L’Œil et l’Esprit (1964), Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2012, p. 18.
2 Daniel Steegmann Mangrané, « […] if we no longer have subjects and objects, we no longer have spectators and works of art, but processes of relations of mutual transformations. Combinations of agents that are mutually influenced ». Fábio Zucker, « Conversation with Daniel Steegmann Mangrané », in: Jacaranda, n° 4, mai 2017, p. 91.
3 Le film Phasmides (2013) et l’installation A Transparent Leaf Instead Of The Mouth (2017).
4 « Chaque mètre de film tourné correspond exactement à un mètre parcouru à travers la forêt, et la vitesse de ce mouvement correspond à la vitesse atteinte par la pellicule dans la caméra ». Voir le site de l’artiste http://danielsteegmann.info/works/12/index.html [consulté le 8 mai 2018].
5 Le traité de Torsedillas attribua ainsi au Portugal tout ce qui se situait à l’Est d’un méridien situé à 1770 kilomètres à l’Ouest des îles du Cap-Vert (une partie du Brésil), et à la Castille tout ce qui se situait à l’Ouest de cette ligne.
.
.
.
.
.
.
.
source:i-aceu
Daniel Steegmann Mangrané intends to totally and profoundly transform the space of the IAC. And so, the path of the exhibition, Ne voulais prendre ni forme, ni chair, ni matière, generates new vanishing lines. Defined by a sensitive geometry, driven only by rays of natural light that penetrate the gloom, it encourages exploration and groping and fumbling.

This path through the exhibition also translates the artist’s fascination for the notion of dissolution of the self in its surroundings. By placing all of these relationships in space, the artist provides us with a sharp and critical tool: “if there are no more subjects nor objects, then there are no longer spectators or works of art, but rather processes of relationships of mutual transformation. Combinations of agents which influence one another”.
.
.
.
.
.
.
.
source:premiopipacom
O trabalho que Steegmann Mangrané se compõe de sutis, poéticas e no entanto cruas experimentações que questionam a relação entre a linguagem e o mundo. Embora principalmente conceitual, suas instalações engajam com a imaginação do espectador e exibem uma forte preocupação com a existência e as características concretas das obras, ativando a linguagem abstrata como um princípio gerador de pensamento, articulador de um significado instável. A obra desenvolve assim um sentido de espaço e tempo, construindo uma estrutura a medida que a constelação de elementos entra em ação.

É formado em Artes Plásticas pela Escola de disseny i art, em Barcelona. Das exposições individuais recentes, destacam-se: “Animal que no existeix”, CRAC Alsace (Altkirch, França, 2014), “Fólego”, Proyectos Monclova (Cidade do México, México, 2014), “Cipó, Taioba, Yví”, Casa França Brasil (Rio de Janeiro, RJ, 2013), “Phasmides”, Mendes Wood (São Paulo, SP, 2013) e “Bicho de nariz delicado, Uma certa falta de Coerência”, Galeria Nuno Centeno (Porto, Portugal, 2013). Das coletivas, destacam-se: “Ir para volver”, 12th Cuenca Bienale (Cuenca, Equador, 2014).

“Cave Painting”, Extra city Braem Pavillion (Antuérpia, Bélgica, 2014), “Anti-Narcissus”, CRAC Alsace (Altkirch, França, 2014), 33º Panorama da Arte Brasileira, MASP (São Paulo, SP, 2013) e “Utopien Vermeiden”, Werkleitz Biennale 2013 (Halle, Alemanha, 2013).