DANIEL ARSHAM

다니엘 아샴
Даниэля Аршама

chair

source: exporevue

Pour la première fois en Europe, la galerie Emmanuel Perrotin à Paris présente du 20 mars au 7 mai 2010 l’artiste américain Daniel Arsham dans une exposition intitulée Animal Architecture.

Par la juxtaposition de 3 modes d’expression qui au premier abord ne semblent avoir aucun rapport entre eux, on prend conscience comment cet artiste qui a déjà creusé son sillon, en particulier dans les états du sud des Etats-Unis, s’approprie l’architecture des objets et des lieux. Déjà en 2006, avec des escaliers métalliques ne conduisant nulle part, il donnait un volume à un espace vide, laissant présager une possible construction à venir. Les architectures concrètes viendront plus tard, sous de multiples formes.

Comme exposés dans la galerie, l’intimité de la matière solide apparaît sous l’apparence de gigantesques cubes ouverts sur des volumes caverneux complexes qui, comme les diaclases calcaires, sont indéfiniment pénétrables au regard. En opposition, la série Pixel Clouds entend saisir la nature impalpable de la vapeur d’eau qui forme les nuages. Ces accumulations de petites sphères délicatement teintées représentent les formes compactes, mais en perpétuelle évolution que sont les nuages ; des nuages qui paraissent faire bloc, mais qui n’ont en réalité aucune consistance. Ces “essais” ne sont peut-être que l’amorce de travaux plus aboutis et complexes que Daniel Arsham présente avec de grandes gouaches où des animaux ont l’air de se jouer de formes architecturales simples, déroutantes par l’incongruité de leur présence.

Cette série d’illustrations au trait noir et acéré, d’une technique inspirée par Gustave Doré et Albrecht Dürer, fait une sorte de pont entre le classique, le moderne et le contemporain. En effet cet artiste combien contemporain par ses moyens d’expression ne prétend pas rompre avec la tradition. Il entend poursuivre dans la lignée d’illustres prédécesseurs comme Nicolas Poussin ou Hubert Robert. Pour lui, l’art contemporain ne peut pas être déconnecté de son passé. La création est une longue épopée et il serait absurde de croire qu’une “cassure” s’est opérée au siècle dernier.

Les plus grands artistes du 20ème siècle se sont nourris de la tradition ; ils ont tout juste apporté une pierre nouvelle à l’édifice. Les techniques nouvelles permettent sans doute d’ouvrir de nouveaux horizons, mais ceux qui pensent pouvoir créer un art à partir du néant ne peuvent être que des imposteurs.
.
.
.
.
.
.
source: blogdaumnet

다니엘 아삼 Daniel Arsham
어느 전시회를 갔었을때 인상깊다 해놓고 알아보지 못한 작가군 중 한분.
작업에서 볼수 있다시피 우리가 인지하고 있던 화이트 공간이 무너지면서 ‘창조’됨을 볼수 있다.
진행되어가는 과정인지 이것이 완성인지 그 모를 경계에 대해서 나는 말하고 싶은 작업이고 또 안과 밖의 모호함을 찝어낸 작업이라 생각한다.
.
.
.
.
.
.
source: fabricworkshopandmuseumorg

American, born 1980 Cleveland, Ohio
Daniel Arsham graduated from Cooper Union and received the Gelman Trust Fellowship Award in 2003. In 2004, he participated in the group show Miami Nice at Galerie Emmanuel Perrotin in Paris, which began representing Arsham in 2005. As one of the founders of the seminal Miami artist-run space The House, his interest in multi-disciplinary artist collaborations began early. Legendary choreographer Merce Cunningham asked Arsham to create the stage design for his work eyeSpace in 2007. Following this project, Arsham began designing for the Merce Cunningham Dance Company for performances in Australia, France, and multiple locations in the United States. In 2011, Arsham created the set for the final three performances of Cunningham’s legacy tour at the Park Avenue Armory. Despite never being trained in stage design, he has continued this practice, collaborating with Robert Wilson as well as Jonah Bokaer, a former Cunningham dancer. Arsham’s ongoing work with Bokaer includes REPLICA, which has been performed at such esteemed venues as The New Museum in New York; Instituto Valenciano de Arte Moderno in Valencia, Spain, and The Hellenic Festival in Athens, Greece. His most recent collaboration with Bokaer, titled RECESS, had its world premiere at Jacobs Pillow Dance Festival in 2011. Arsham and Bokaer will present a new collaboration with David Hallberg at Le Festival d’Avignon in France in July 2012, followed by another premiere at Jacob’s Pillow Dance Festival in August. To further explore the possibilities of spatial manipulation, Arsham founded Snarkitecture in 2007 with partner Alex Mustonen to operate in territories between the disciplines of art and architecture. Their imaginative practice recently won the commission to create two large public artworks for Miamiʼs new Florida Marlins ballpark, which opened in April 2012.