Philipp Artus

FLORA
L’animation dans FLORA est générée par des ondes sinusoïdales superposées qui traversent une chaîne de lignes. Ce principe d’onde apparaît souvent dans la nature lorsque l’énergie est transmise à travers un milieu comme l’eau, l’air ou simplement une corde. Elle peut également être observée dans la locomotion des animaux et des êtres humains, dans laquelle l’énergie cinétique est transmise successivement par les articulations.
L’algorithme FLORA de est basé sur la découverte qu’un simple système de lignes rotatives peut créer des variations infinies de formes abstraites – allant des lignes courbes harmonieuses aux motifs énervés et chaotiques. L’esthétique qui en résulte associe une précision de calcul à un aspect ludique organique et a tendance à déclencher diverses associations dans l’esprit du spectateur.

FILE FESTIVAL

gif

KURT HENTSCHLÄGER

Cluster

CLUSTER, la dernière génération d’œuvre audiovisuelle 3D en temps réel de Kurt Hentschläger, se focalise sur le comportement collectif (psychologie, interactions) et plus particulièrement sur le phénomène de foule. La configuration est simple, voire absurde : des personnages humains en 3D apparaissent, comme un banc de poissons. Dans la chorégraphie en apesanteur de CLUSTER, les êtres humains semblent être des particules anonymes, une masse amorphe sous impulsion, un nuage de matière trouble faite de morceaux de corps et de lumière. Visuellement, l’œuvre alterne entre des formes abstraites et réalistes.Par sa nature générative jamais complètement prévisible, CLUSTER, décrit un méta-organisme à caractère irrévocablement anti-individualiste. Alors que les personnages ont une forme humaine, leur comportement ne l’est pas, ce qui empêche la naturelle identification du public à ses alter-egos présumés. Le dispositif informatique permet de définir la nature et le champ de l’action tandis que l’artiste canalise et orchestre les forces en présence.L’œuvre tire son ambiguïté à la fois de ses éléments répétitifs et rythmiques, ainsi que de ses structures « naturelles » improvisées. La majorité des sons de CLUSTER, est produit par les événements qui animent l’œuvre : mouvements et comportements des masses, changements de lumière. Une grille rythmique lie chaque parties entre elles, ce qui donne une impression de pulsion. Les basses fréquences sous les spectateurs et les hautes fréquences les surplombant, encadrent les sons générés par les événements.

GRAZIELE LAUTENSCHLAEGER AND RITA WU

De novo, Ercilia
File Festival
Nous prenons le processus de création comme un acte d’investigation. De l’invention de la structure physique, en passant par la collecte et l’analyse des sons utilisés, à la programmation du design d’interaction, il était très courant pour nous de nous demander: qu’est-ce qui émerge de la matière poétique de la ville, quand on la vit?
Et sur la base de l’attention portée au processus, nous avons constaté que, d’une part, les articulations abstraites telles que les pensées, les réflexions et les idées créatives étaient formalisées grâce à l’utilisation de divers matériaux et outils de l’univers numérique; de l’autre, l’expérimentation de cette diversité d’éléments a nourri et reformaté le monde des idées. C’est dans ce modus operandi, dans le transit entre le concret et l’abstrait, dans le flux du va-et-vient, que «De Novo, Ercília» a acquis sa première forme, une forme qui ne devient pas pérenne, qui devient autonome dans le temps, avec chaque nouvelle interaction.