Thomas Thwaites GoatMan

GoatMan

J’ai essayé de devenir une chèvre pour échapper à l’angoisse inhérente au fait d’être un humain. Le projet est devenu une exploration de la façon dont la technologie moderne peut nous amener à réaliser un ancien rêve humain: prendre les caractéristiques d’autres animaux. Mais au lieu de la férocité d’un ours, ou de la perspective d’un oiseau, la caractéristique la plus utile dans la vie moderne est autre chose; être présent dans le moment peut-être.
Quoi qu’il en soit, je me suis retrouvé dans les Alpes, sur quatre pattes, dans une ferme caprine, avec un rumen prothétique attaché à ma poitrine, mangeant de l’herbe et devenant une chèvre.

MATTHIJS MUNNIK

Microscopic Opera

Les micro-organismes peuvent-ils aussi être des artistes? Comment notre relation à ces créatures change-t-elle, après qu’elles sont vues dans un contexte artistique et théâtral? À la recherche d’un micro-organisme qui aurait les qualités d’un interprète, j’ai été présenté à C. elegans; un petit ver, de moins d’un millimètre de longueur, qui se déplaçait aussi élégant que son nom l’indique et la première créature à avoir séquencé tout son génome. J’ai été intrigué lorsqu’un chercheur m’a dit que, pour distinguer les vers au microscope, il utilisait différentes mutations qui modifiaient la façon dont ils se déplaçaient. Certains se déplacent en spirale, d’autres ont roulé ou ont des contractions et certains sont devenus morbides obèses à cause de leurs mutations. Dans mon installation, j’ai cinq boîtes de Pétri remplies de cinq vers mutés différents, chacun se déplaçant légèrement différemment. Ces cinq groupes d’interprètes sont filmés avec un microscope USB diffusé en direct sur les cinq écrans. J’ai écrit un logiciel spécial qui suit les vers et traduit leurs mouvements en sons, faisant d’eux les interprètes non avertis de la musique dans le monde macroscopique au-dessus de leurs têtes. Alors que les chercheurs sont presque comme des dieux pour ces vers impuissants, les contrôlant de leur première à leur dernière division cellulaire , j’espérais donner aux vers le pouvoir de nous affecter également dans notre monde.

PETRA CORTRIGHT

HELL_TREE

Petra Cortright est une artiste Internet qui réalise des vidéos, des animations gif et des images fixes. Sa page d’accueil ressemble à une page html datée avec un tas de smileys et une liste de son travail: travail authentique, expérimental et nostalgique avec beaucoup de paillettes, d’étincelles, de collages et de personnages faisant des images. Tout au long du site Web, il y a des animations de souris amusantes, par exemple des étincelles qui suivent votre pointeur lorsque vous vous déplacez sur l’écran. Une autre chose intéressante est un cadre qui est attaché à votre pointeur afin que vous puissiez placer le cadre sur un portrait. Cortright a étudié à la Parsons School of Design de New York et au California College of the Arts de San Francisco. Aujourd’hui, elle vit et travaille en Californie. Elle a exposé à l’international dans des galeries telles que Gloria Maria Gallery (Milan) et Spencer Brownston (New York) entre autres. Récemment, Cortright a exposé avec sa série SO WET à la Preteen Gallery de Mexico.

BEHNAZ FARAHI

Caresse du regard
Pour Caresse du regard, Farahi a travaillé avec AutoDesk, PIER9 (où elle est actuellement artiste en résidence) et MADWORKSHOP pour créer une cape couvrant la poitrine recouverte d’une belle couche de plumes en forme de plumes. Bien qu’elles semblent douces au toucher, les piquants peuvent en fait détecter le regard d’un autre (un homme, comme le montre la vidéo ci-dessous) et se dilater et se contracter lorsque ses yeux se déplacent autour du corps. Un microcontrôleur connecté à la caméra de la cape peut également détecter l’âge et le sexe du spectateur, aidant peut-être le porteur à discerner ses motivations.

GAO BROTHERS

高氏兄弟
אחים גאו
ГАО БРАТЬЯ
Lenin Sculpture
Miss Mao (Trying To Poise Herself At The Top of Lenin’s Head)

Œuvre des frères Gao de Chine, la sculpture de Lénine est une autre pièce dans leur progression de l’art provocateur. Les artistes ont inclus plusieurs éléments qui montrent cette figure controversée sous un nouveau jour pour le monde de l’art. Avec une finition chromée vive, la sculpture en métal est construite à partir de sections horizontales qui ont été délibérément décalées pour constituer cette ressemblance très inspirante du dictateur russe impitoyable Vladimir Lénine. En tant que personne bien connue, la décision des artistes de donner à son visage une finition chromée détourne l’attention de Lénine et du contexte de la sculpture en permettant aux réflexions de mettre en évidence l’environnement immédiat au lieu de Lénine d’une manière convenablement dégradante. Les sections décalées représentent son héritage brisé et destructeur qui a provoqué tant de troubles en Russie. Au sommet se trouve une inclusion très ludique de bébé tenant un bâton d’équilibre au-dessus de la tête saillante de Lénine, comme s’il marchait sur une corde raide de ses idéaux marxistes désastreux et risqués.

Trisha Brown

Newark & M.G
La place de Trisha Brown dans l’histoire de la création Outre-Atlantique est unique : après Martha Graham et sa modern dance, Merce Cunningham qui dynamite les codes, Trisha Brown va s’imposer dans un courant, la danse postmodern qui a influencé nombre de chorégraphes actuels. La danse ici est jaillissante, faite de duos de plus en plus complexes avec bien sûr ce jeu des équilibres instables comme autant de coups d’arrêt au geste. Le plus souvent, sous nos yeux, un couple d’interprètes voit surgir un autre tandem dans un incessant jeu de déconstruction des lignes. Des marches, des courses, des dialogues féconds s’instaurent en scène. Newark est pour beaucoup une des grandes pièces de Trisha Brown.

FELICE VARINI

Felice Varini est un grand maître dans l’art complexe de l’illusion d’optique. Depuis 1979, ce peintre suisse utilise l’architecture comme toile de fond. À partir de relevés, il définit un point de vue à partir duquel la forme, toujours géométrique, pourra être vue dans son ensemble par le spectateur. Lorsque l’on se déplace, une infinité d’autres points de vue se créent pour offrir de multiples lectures de la forme déconstruite.

Anne de Boer

Ikarus

Des éléments qui semblent essentiels à la pratique de De Boer sont présentés aux algorithmes, aux fonctions de lecture aléatoire, aux randomiseurs ou à d’autres structures codées. En soumettant son propre matériel à ces facteurs décisifs, l’œuvre est réarrangée en permanence selon ces chemins algorithmiques en constante évolution.

gif
FILE SAO PAULO 2015

PAOLA GAETANO-ADI

Desiring Machine: and/or the female reincarnation of Sisyphus
Née en Argentine, Paula Gaetano Adi est artiste et chercheure dans les domaines de la sculpture, de la performance, et des installations interactives et robotiques. Elle utilise le corps humain et non humain comme point de départ de ses recherches, et s’intéresse aux effets discursifs et aux impacts affectifs des technosciences sur la subjectivité humaine et dans l’art. Ses œuvres ont été présentées sur la scène internationale à Beijing, Berlin, Madrid, Moscou, Stockholm, São Paulo, New York, Poznan et Buenos Aires, entre autres. Elle a reçu de nombreux prix et bourses, tels que le premier prix à la compétition VIDA 9.0 sur l’art et la vie artificielle, organisée par la Fundación Telefónica, et le premier prix LIMbØ du Musée d’art moderne de Buenos Aires, la bourse Fergus Memorial en 2009 et 2010 de même que la bourse accordée à un artiste ibéro-américain dans le cadre de la compétition VIDA 14.0. À l’heure actuelle, Paula Gaetano Adi est professeure adjointe dans le programme de Studio Art du College of Visual Arts and Design de l’Université de North Texas, où elle coordonne le secteur réservé aux nouveaux médias. À cette université, elle s’est également jointe au groupe Initiative for Advanced Research in Technology and the Arts (iARTA).