Bill Vorn & Louis-Philippe Demers

루이 필립 멀스
Луи-Филипп Демерс
Inferno

“Inferno” est un projet de performance robotique inspiré par la représentation des différents “niveaux de l’enfer”, la particularité de ce projet réside dans le fait que les différentes machines faisant partie du spectacle seront installées sur le corps même des spectateurs.

TAE GON KIM

تاي غون كيم
Robes de mémoire

Amant imaginaire
L’œuvre éthérée de Tae Gon Kim, Dresses of Memory, façonne des centaines de brins de fibre optique sous la forme de quatre robes magnifiques et extravagantes. Suspendues dans l’obscurité, les robes apparaissent comme des apparitions, scintillantes des royaumes de la fantaisie. Lentement, la fibre optique illuminée de chaque robe change de couleur, symbolisant son histoire et sa transformation au fil du temps.En créant l’œuvre, l’artiste s’est inspirée de l’écriture du théoricien et philosophe littéraire français Roland Barthes. Dans sa publication de 1978 A Lover’s Discourse: Fragments, Barthes écrivait: «Je veux être un, je veux que ce soit comme si nous étions unis, enfermés dans le même sac de peau, les vêtements étant l’enveloppe lisse du matériau fusionnant qui est en fait mon amant imaginaire.
Tae Gon Kim a interprété ce texte en créant des œuvres qui reflètent également sa propre fascination pour les relations et l’amour. Il veut que les robes amènent le spectateur à imaginer «que nous devenons les gens que nous aimons». En projetant des images sur les robes, il invite le spectateur à l’intérieur, «comme si nous portions nos désirs». Les différentes images racontent également l’histoire et en constante évolution de chaque robe.

NØNE FUTBOL CLUB

une saison en enfer

“L’exposition Une saison en enfer, proposée pour la septième saison du Centre d’art de la Ville de Chelles, emprunte son titre à un recueil de poèmes en prose d’Arthur Rimbaud. Plus précisément, le projet s’inspire des Délires II « Alchimie du verbe » qui se présente comme la confession d’un être tourmenté qui analyse avec ironie et dérision son expérience poétique. Et c’est avec ironie et dérision que le collectif, dont le nom rappelle le logo d’une marque de vêtements sportifs ou d’une association sportive lusitano-scandinave, questionne, à son tour, le rôle de l’artiste dans les systèmes médiatiques de la société d’aujourd’hui.” Ami Barak