CHRISTOPH HAAG, MARTIN RUMORI, FRANZISKA WINDISCH AND LUDWIG ZELLER

Circuit Ouvert
File Festival
Circuit Ouvert est une installation sonore de Christoph Haag, Martin Rumori, Franziska Windisch et Ludwig Zeller. L’équipe a créé le projet pendant ses études à l’Académie des arts médiatiques de Cologne. Le circuit ouvert consiste en un labyrinthe de pistes de cuivre ouvertes qui couvrent le sol et les murs de l’espace d’installation. Ces pistes transportent les signaux électriques d’un référentiel sonore multicanal qui deviennent audibles lorsque des haut-parleurs sans fil sont placés sur le cuivre. Le son émis par les haut-parleurs change en fonction de la façon dont ils sont déplacés.

Tacit Group

61/6 haut-parleurs
Tacit Group est un groupe de performance audiovisuelle qui a été formé en 2008 pour créer une œuvre axée sur l’algorithmique et l’audiovisuel. Son art algorithmique se concentre sur le processus plutôt que sur le résultat. Ils créent du code mathématique, des systèmes utilisant des principes et des règles, et improvisent des performances scéniques à l’aide des systèmes. Pendant la représentation, les systèmes sont révélés visuellement et sonorement, afin que le public puisse entendre avec leurs yeux, comme on voit “Le Cri” d’Edvard Munch (Norvège, 1863-1944). Les images font partie intégrante du travail du Groupe Tacit en tant que compositeurs et artistes médiatiques. Ils espèrent qu’en montrant non seulement la pièce finie, mais le processus de discussion ou de jeu qui la génère, ils engageront plus intensément leurs téléspectateurs et briseront la division conventionnelle entre les interprètes et les membres du public. Aucun de ses travaux n’est jamais terminé. Ils mettent continuellement à jour les systèmes sous-jacents et s’inspirent de leur pratique de la programmation informatique. En tant qu’artistes de notre époque, Tacit Group découvre les possibilités artistiques de la technologie.

NØNE FUTBOL CLUB

une saison en enfer

“L’exposition Une saison en enfer, proposée pour la septième saison du Centre d’art de la Ville de Chelles, emprunte son titre à un recueil de poèmes en prose d’Arthur Rimbaud. Plus précisément, le projet s’inspire des Délires II « Alchimie du verbe » qui se présente comme la confession d’un être tourmenté qui analyse avec ironie et dérision son expérience poétique. Et c’est avec ironie et dérision que le collectif, dont le nom rappelle le logo d’une marque de vêtements sportifs ou d’une association sportive lusitano-scandinave, questionne, à son tour, le rôle de l’artiste dans les systèmes médiatiques de la société d’aujourd’hui.” Ami Barak