JOSIAH MCELHENY

Interactions du corps abstrait
Avec “Interactions of the Abstract Body”, McElheny a poussé ces idées plus loin, créant un ensemble de travaux vaste et varié qui examine comment la mode et le modernisme se sont entrecroisés et influencés, en particulier à travers le langage commun du corps. Fondamentalement, McElheny a animé cette dynamique avec la présence constante d’un interprète. En combinant une performance continue en chair et en os avec une sculpture statique dans le même espace de galerie, une première pour White Cube, McElheny rompt radicalement la distinction entre performance et exposition.

OODA

OPERA HOUSE IN BUSAN
L’opéra Auditorium a un concept de design pionnier et innovant. Il est aussi flexible et efficace qu’élégamment sculpté. La zone centrale peut tourner autour d’elle-même donc, dans le même espace, il est possible d’avoir un Opéra avec toutes ses exigences, mais aussi des concerts plus intimes et une salle de scène centrée permettant d’avoir un public tout autour.

do ho suh

ДУ ХУ СА
ドーホー・スー。
서도호
specimen series refrigerator
348 West 22nd Street
Do Ho Suh est un artiste Coréen qui crée des installations spectaculaires en utilisant diverses matières et notamment le tissu polyester. Afin d’explorer les liens entre individualité et communauté, il utilise souvent le fils et le tissu pour investir l’espace. En déformant les perspectives et en jouant sur les propriétés même des matières utilisées, l’artiste met à l’épreuve notre perception de l’espace et notre place dans celui-ci. Époustouflant !

Rainer Gross

Abbeye de Noirlac
Ces installations sont avant tout des « sculptures ». En tant qu’objets, elles se découvrent tout d’abord à travers le prisme des sens, c’est-à-dire que leur perception dépend de la sensibilité de chacun face à leur tridimensionnalité et leur présence plastique, leur tactilité et qualité graphique, en tant que « dessin dans l’espace ». En même temps, le langage des formes retenues peut aussi renvoyer de façon discrète à un autre niveau de lecture, à savoir la représentation du caractère éphémère et instable de toute chose et de la futilité des actions humaines.

Kurt Hentschlager

ZEE

Expérience immersive forte alliant approche méditative et implication physique, Zee s’inscrit dans le travail sur la représentation humaine et ses ressorts psychologiques poursuivi par Kurt Hentschläger. Une expérience qui se suit comme un véritable fil d’Ariane.Savez-vous vraiment ce que signifie faire l’expérience physique d’une œuvre numérique immersive ? Ceux qui ont eu la chance d’expérimenter le Feed de Kurt Hentschläger, plongée radicale au cœur d’une matière instable de brouillard artificiel dense, de lumières stroboscopiques et de fréquences sonores électroniques pulsatives répondront sans doute par l’affirmative. Pour les autres, l’épreuve de rattrapage ultime aura pour nom Zee, pièce rare et prolongement de Feed, présentée au Centquatre parisien dans le cadre de l’exposition Trouble Makers, fil rouge de Némo, le festival arts numériques d’Arcadi Île-de-France. Ancienne moitié du duo de défricheurs numériques extrêmes Granular Synthesis, Kurt Hentschläger cultive le goût des environnements déstabilisants et trouve dans Zee le dispositif déambulatoire idoine pour nous prêter au jeu. « Zee fait partie de la même série de travaux que Feed, mais en format installation », explique l’artiste autrichien basé à Chicago. « Zee fonctionne en mode huis clos, dans un espace totalement fermé. Dès que l’on entre, le brouillard est déjà là. Il remplit l’espace dans lequel vous êtes invitez à vous déplacer. Par rapport à Feed, où le public reste assis à un endroit précis, il y a donc davantage de flexibilité dans l’expérimentation du dispositif. Cette idée de déambulation dans l’espace induit un climat différent. C’est peut-être encore plus intimidant pour certains mais pour moi cela donne à Zee une connotation plus méditative. »Procéder à l’expérience nécessite véritablement de se prendre en main.