PATRICK TRESSET

Étude humaine #1
L’installation interactive Human Study #1 de Patrick Tresset se compose de trois robots dessinateurs. Les visiteurs peuvent s’asseoir comme des modèles pour être visuellement enregistrés et représentés par les trois machines. Chacun des trois robots dessine dans son propre style et manie le stylo d’une manière différente. A côté du bras de dessin, chaque robot est équipé d’une caméra mobile. Ils les utilisent pour observer alternativement le modèle et le dessin résultant. Tresset n’est pas intéressé à utiliser les robots pour simuler un style de dessin humain. Il examine plutôt les différences entre l’exécution humaine et robotique. Tresset décrit les capacités de ses machines comme « non intelligentes ». Ils donnent seulement l’impression d’agir de leur propre gré. Ils font preuve d’un comportement humain, mais basé sur un programme ne stipulant qu’un ensemble restreint d’actions.

LEO VILLAREAL

CYLINDRE
Dans cette installation étincelante intitulée Volume, l’artiste Leo Villareal a pris une poignée d’étoiles scintillantes et les a ramenées sur terre. La partie cylindrique était suspendue au plafond et contenait plus de 20 000 lampes LED en acier inoxydable réfléchissant et hautement poli, qui créaient un espace tridimensionnel dans lequel la lumière pouvait prendre vie. Les modèles d’éclairage, contrôlés par la conception du code logiciel de Villareal, se déplacent à différentes vitesses, cycles d’allumage et d’extinction et vagues de luminosité et d’obscurité. Selon un critique, « la pièce est un poème d’argile éblouissant qui attire le spectateur dans un espace abstrait profond tout en déformant la perception temporelle et visuelle. » Villareal n’est pas un débutant en matière de sculptures lumineuses étonnantes. Découvrez ce tunnel de spectacle de lumière de 200 pieds qu’il a installé sur l’allée du hall des bâtiments est et ouest de la National Gallery of Art. L’espace entre les installations de Villareal et son public est un facteur important car les spectateurs sont entrelacés avec les lumières qui pulsent tout autour.

Claire Malrieux

Climat General College des Bernardins
Se référant à l’« Hypothèse Gaïa » de James Lovelock, Malrieux transforme la figure de Gaïa en une machine climatique autonome qui affiche un espace dynamique et organique, construit selon des flux de données empruntés aux principaux modèles climatiques prédictifs. A travers différents scénarios programmatiques, l’artiste met en évidence l’influence de l’homme sur son environnement, un environnement en perpétuelle mutation dont la fin ne peut être programmée. Car si l’entrée dans l’anthropocène marque la fin d’une Terre en extension, elle marque surtout le début d’autre chose : une situation différente dans le temps et dans l’espace. Un espace où le décor est en mouvance et dans lequel l’histoire humaine s’adapte et évolue.
L’usage simultané du dessin et des algorithmes permet de visualiser des interactions et des causes à effets habituellement invisibles, de les décoder et d’en interroger les enjeux.

ROBERT HENKE


光正在使用高精度激光在屏幕上绘制连续的抽象形,并与声音完美同步。强烈的光线与完全的黑暗形成对比,缓慢的动作和微小细节的演化与强而有力的手势一样重要。结果既是古朴的又是未来主义的。新兴的模式为许多可能的解释留出了空间。象形文字,一种未知语言的符,建筑图纸,数据点之间的连接或类似Tron的早期视频游戏放大了1000

.

Light

Light is using high-precision lasers to draw continuous abstract shapes on the screen, perfectly synchronized with the sound. Intense light contrasts with total darkness, and slow movements and the evolution of small details are as important as strong gestures. The result is both quaint and futuristic. Emerging models leave room for many possible explanations. Hieroglyphs, symbols in an unknown language, architectural drawings, connections between data points, or early video games like Tron are magnified 1,000 times.

.

Lumière

La lumière utilise des lasers de haute précision pour dessiner des formes abstraites continues sur l’écran, parfaitement synchronisées avec le son. La lumière forte contraste avec l’obscurité totale, le ralenti et l’évolution des petits détails sont aussi importants que les gestes forts. Le résultat est à la fois pittoresque et futuriste. Les modèles émergents laissent place à de nombreuses explications possibles. Les hiéroglyphes, les symboles dans une langue inconnue, les dessins d’architecture, les connexions entre les points de données ou les premiers jeux vidéo comme Tron sont agrandis 1 000 fois.

MARCEL VAN BRAKEL & FREDERIK DUERINCK

Câblé
FILE FESTIVAL
Câblé se compose d’environ 18 000 lampes LED qui symbolisent le transfert de connaissances. Les pixels lumineux individuels se connectent puis disparaissent. Dans un processus de transformation constante, de nouveaux modèles, interrelations et complexités émergent.

RUUD VAN EMPEL

루드 반 엠펠
Рууд ван Эмпель

La méthode de travail de Van Empel est complexe. Il photographie 4 ou 5 modèles professionnels dans son atelier, et réalise de nombreuses séries de photos détaillées de feuilles, fleurs, plantes et animaux. Après avoir rassemblé des centaines d’images dans une base de données, il sélectionne les images avec lesquelles il peut obtenir les meilleurs résultats. Les modèles sont mélangés dans le programme Photoshop, les vêtements sont photographiés séparément sur un mannequin de tailleur. De cette manière, il crée de nouvelles images principalement d’enfants, en noir ou blanc,dans un paradisque environment.

yoshi sodeoka

of soil

Of Soil explore la relation entre les modèles de la nature etl’infini. La pièce est composée de fragments photographiques et d’éléments géométriques, disposés en motifs complexes résultant en un jeu kaléidoscopique ressemblant à une transe du soleil scintillant et de la lune noire, du paysage, de l’ombre et de la lumière, alors que le jour cède la place à la nuit.

FREDERIK HEYMAN

فريدريك هيمان
弗雷德里克·海曼
פרדריק היימן
フレデリックヘイマン
ФРЕДЕРИК ХЕЙМАН
Dans son travail délicieusement étrange, Frederik propose des ensembles fantastiques faits à la main avec des accessoires à base d’urine, ainsi que des campagnes de mode haut de gamme très, très nettes. Non content de demander à de beaux modèles de faire le travail visuel à sa place, Frederik enfonce des cigares dans leur bouche, peint des chevaux dessus ou allonge leurs bras dans de gros tubes charnus. Voir un gars qui est si doué dans ce qu’il fait mais avec un gros élément de «Je ferai tout ce que je veux» est rafraîchissant, hilarant et très impressionnant.