lukas truniger

Déjà Entendu – An Opera Automaton
La structure du langage – musicale à l‘origine – est le point de départ de ce travail. Basée sur des textes et des mélodies d‘opéras inspirés par le mythe de Faust (l‘épopée de la curiosité humaine et de ses limites), l‘installation explore les contours sous-jacents du langage.

Jonathan Sitthiphonh

Chiron
Les machines de Jonathan Sitthiphonh pourraient rappeler l’univers S.F. – les robots exosquelettes dans les films de James Cameron, notamment. Par leur archaïsme, elles pourraient aussi rappeler l’ingénierie léonardienne. Coincées entre le mythe d’Icare et le post-humain, elles matérialisent un rêve de dépassement des limites humaines. Mais sans l’exaucer… L’entreprise de l’artiste est ambitieuse, motivée.

JONATHAN SITTHIPHONH

“Les machines de Jonathan Sitthiphonh pourraient rappeler l’univers S.F. – les robots exosquelettes dans les films de James Cameron, notamment. Par leur archaïsme, elles pourraient aussi rappeler l’ingénierie léonardienne. Coincées entre le mythe d’Icare et le post-humain, elles matérialisent un rêve de dépassement des limites humaines. Mais sans l’exaucer. L’entreprise de l’artiste est ambitieuse, motivée. Il réalise minutieusement, à la main et avec des matériaux de récupération, ces prothèses en perfectionnement. Malgré les prouesses, elles restent fragiles et inefficaces, vouées à l’inertie. […]

GORDON MATTA-CLARK

Anarchitecture

maison de fractionnement

«Parmi les nombreuses expositions à la légendaire galerie 112 Greene Street – un épicentre artistique de la scène du centre-ville de New York dans les années 1970 – l’exposition de groupe Anarchitecture de mars 1974 a fait l’objet de la discussion la plus durable, malgré un manque complet de documentation . L’anarchitecture est devenue un mythe fondamental, mais qui reste à bien comprendre. Issue d’une série de rencontres organisées par Gordon Matta-Clark et reflétant son intérêt de longue date pour l’architecture, l’exposition Anarchitecture a été conçue comme une déclaration de groupe anonyme en photographies sur l’intersection de l’art et de la construction. Mais est-ce vraiment arrivé? Il n’existe qu’à travers les traces d’archives obliques et les souvenirs des participants. Cutting Matta-Clark étudie le groupe Anarchitecture comme une sorte de séminaire de recherche collective, à travers des entretiens approfondis avec les protagonistes et un dossier de toutes les preuves disponibles. Le dossier comprend une collection de «cartes d’art» aphoristiques de Matta-Clark, les 96 photographies qui ont été produites par les différents participants pour une éventuelle inclusion dans l’exposition, et des images d’une vidéo récemment déterrée du désormais célèbre voyage en bus de Matta-Clark pour voir Splitting à Englewood, New Jersey. » Mark Wigley