Hiroshi Ishiguro Lab and Dr Dylan Glass

Erica
ERICA EST DÉVELOPPÉ POUR UNE PLATEFORME DE RECHERCHE POUR LE ROBOT CONVERSATIONNEL AUTONOME QUI PEUT COMMUNIQUER AVEC LES PERSONNES DE DIVERSES FAÇONS TELLES QUE LA VOIX, LES GESTES CORPORELS, LES EXPRESSIONS FACIALES, LE CONTACT VISUEL ET LE TOUCHER. L’APPARENCE D’ERICA EST FAITE EN CG CONÇU POUR AVOIR LES CARACTÉRISTIQUES QUE LES BEAUX VISAGES ONT. LA VOIX EST GÉNÉRÉE PAR LA TECHNOLOGIE TEXTE-PAROLE DE LA PLUS HAUTE QUALITÉ. LES ACTIONNEURS PNEUMATIQUES DÉPLACENT SON CORPS DOUCEMENT AVEC UN PETIT BRUIT SEULEMENT. L’OBJECTIF DE L’ÉTUDE EST DE CRÉER DES ANDRODES CONVERSATIONNELS AUTONOMES QUI PEUVENT INTERAGIR NATURELLEMENT AVEC LES GENS ET S’IMPLIQUER SOCIALEMENT DANS LA VIE QUOTIDIENNE.

LUNDÉN ARCHITECTURE COMPANY

Une autre générosité
Another Generosity explore une nouvelle structure qui consiste en une membrane contenant deux éléments de base: l’air et l’eau. Les structures simples sont combinées pour créer une structure cellulaire visible et dynamique. Les éléments gonflés servent d’intermédiaire entre l’environnement naturel et bâti. Ils répondent à des stimuli externes et parfois invisibles, créant un nouveau type d’expérience, une hésitation momentanée qui augmente notre conscience de notre environnement.

Felix Worseck

parabolic soap

Créée par Felix Worseck à l’Université des Arts de Berlin (Digitale Klasse), l’installation «savon parabolique» est une fusion de comportement artificiel / mécanique et naturel. Le but de l’installation est de produire une surface paraboloïde qui peut être déplacée pendant environ 60 secondes. Cette surface minimale n’est créée qu’après la connexion de la membrane et la rupture de la piscine de savon. Les mouvements des moteurs pas à pas sont arbitraires. Ils sont contrôlés par un programme Arduino qui attribue des valeurs aléatoires à chaque passage à la hauteur des quatre axes de contrôle. Une fois la membrane de savon séparée de la base, la machine revient à l’état initial et la séquence recommence.

AZUMA MAKOTO

Système Environnemental Encapsulé
Cette machine est entièrement équipée d’une machine à brouillard comme pour envelopper les plantes dans un brouillard des deux côtés et d’un système d’alimentation en eau goutte à goutte qui peut être activé en fonction de la situation afin de maintenir l’état d’une plante et de contrôler la température et l’humidité intérieures. De plus, la forme cylindrique peut capturer entièrement la lumière naturelle à des angles de 365 ° depuis les verres, et elle peut correspondre à la croissance des plantes en ayant la plus grande échelle de hauteur de la série. Les ventilateurs au plafond jouent le rôle du vent et une plante peut écouter la musique des haut-parleurs étanches. La machine absorbe des éléments essentiels – pluie, vent, lumière et son – par des moyens artificiels et complète un petit monde où son cycle écologique est condensé. Cela nous permet d’admirer la beauté des plantes en n’étant pas affecté par l’environnement extérieur.

IEF SPINCEMAILLE

Clignotement inversé
Imaginez que votre tête soit capturée dans un appareil photo. Il fait complètement noir. Ce n’est que lorsque l’obturateur s’ouvre et se ferme que vous voyez le monde en un éclair. L’obturateur se déplace si vite que rien n’a le temps de bouger. Tout ce sur quoi vous pointez votre regard devient comme une photographie. Un souvenir. Quelque chose qui a été, mais qui n’est plus. Vous voyez les gens comme des personnages figés, des rues entières comme des moments intacts. La vie comme une sorte de spectacle. «Reverse Blinking» crée cette expérience. C’est un casque complètement fermé avec deux volets devant les yeux. Ils sont contrôlables par l’utilisateur. Le clignotement inversé fonctionne sur piles et peut être utilisé librement à l’intérieur ou à l’extérieur du musée. Il est préférable de l’utiliser là où il y a beaucoup de mouvement et de monde. «Reverse Blinking» fait partie d’une série d’œuvres d’art, à travers laquelle l’artiste essaie d’ajouter des effets vidéo et photographiques à notre façon naturelle de voir.

MARKUS KAYSER

Fritté Solaire
Dans cette expérience, la lumière du soleil et le sable sont utilisés comme énergie brute et matériau pour produire des objets en verre à l’aide d’un processus d’impression 3D, qui combine l’énergie naturelle et le matériau avec une technologie de production de haute technologie. Le frittage solaire vise à soulever des questions sur l’avenir de la fabrication et déclenche des rêves de pleine utilisation du potentiel de production de la ressource énergétique la plus efficace au monde – le soleil. Sans apporter de réponses définitives, cette expérience vise à fournir un point de départ pour une nouvelle réflexion.

PFADFINDEREI STUDIO

Monolithe
Monolith est un travail expérimental non commandé, jouant avec des motifs de pixels irréguliers. Que se passe-t-il lorsqu’un écran présente une disposition non uniforme des pixels? Comment cela influence-t-il notre perception des images et de quelle quantité d’informations visuelles avons-nous même besoin pour franchir la frontière de l’abstrait au figuratif? Pour répondre à ces questions, nous avons créé une sculpture vidéo, qui fait fondre esthétiquement l’écran et le contenu. Dans un jeu entre beauté naturelle et bouleversement technique, les images de bustes classiques se transforment cycliquement en dégradés abstraits et redeviennent des images perceptibles.

MOMENT FACTORY

Imagerie animiste
L’exposition présente aux visiteurs Duffy, l’artiste IA, avec une invitation à collaborer au sein de son studio Symbiotic. Cet espace immersif, rendu possible grâce à la projection mapping et à la technologie interactive, invite les invités à devenir l’égérie de l’IA. Alors que Duffy capture les mouvements générés par les visiteurs grâce à un suivi en temps réel, elle dessine des liens et des connexions, consultant une vaste collection de couleurs et d’images archétypales de la vie sur Terre. Le résultat est une série infinie d’œuvres d’art surprenantes – une interprétation artificielle de l’humanité et du monde naturel.

HeeWon Lee

INFINITY III
Infinity III est une invitation à un voyage mental perturbant créé à partir d’images de synthèses. Dans la continuité de son travail autour des cycles naturels (avec la série d’installations « Infinity »), HeeWon Lee nous projette au coeur de nuées d’oiseaux lumineuses et évanescentes… En évoluant dans ce ballet animal, la notion de temporalité et d’espace s’effacent.

Joanie Lemercier and James Ginzburg

Nimbes
L’artiste Joanie Lemercier, spécialiste des arts audiovisuels, a INSTALLÉ au SAT de Montréal (Society for Arts and Technology), des oeuvres visuelles et auditives immersives qui surplombent et entourent les spectateurs à 360°. Pour réaliser celles-ci, il a utilisé la technologie numérique, des lasers et appareils de projection. L’exposition « Nimbes » dure une quinzaine de minutes, et guide le spectateur à travers un univers virtuel parsemé de constellations, de paysages naturels et d’immeubles qui s’effondrent. C’est le fruit d’un travail considérable, qui mêle savamment photographies et images de synthèse.

Stine Deja

HARD CORE, SOFT BODIES
L’œuvre rend hommage au corps humain naturel complexe et phénoménal et à l’opportunité pour la technologie d’élargir encore son potentiel. Ce remodelage futuriste des corps est basé sur l’une des principales questions de Deja: que signifie être humain à l’ère de l’intelligence artificielle et de l’adoption technologique?

julien poidevin

Lignes Sonores
Diplômé de l’école nationale d’architecture de Nantes (DPLG). Il a réalisé « Urbandrone », une recherche sur la perception sensible d’un territoire. Cette recherche sur la perception de notre environnement, en tant que démarche visant à enrichir le projet architectural, l’a porté à expérimenter plusieurs médiums à la fois sonores et visuels. Il s’est donc naturellement tourné vers les arts numériques et la programmation sur la librairie vvvv afin d’élaborer de nouveaux outils de compréhension et de transformation de son environnement.

KURT HENTSCHLÄGER

Cluster

CLUSTER, la dernière génération d’œuvre audiovisuelle 3D en temps réel de Kurt Hentschläger, se focalise sur le comportement collectif (psychologie, interactions) et plus particulièrement sur le phénomène de foule. La configuration est simple, voire absurde : des personnages humains en 3D apparaissent, comme un banc de poissons. Dans la chorégraphie en apesanteur de CLUSTER, les êtres humains semblent être des particules anonymes, une masse amorphe sous impulsion, un nuage de matière trouble faite de morceaux de corps et de lumière. Visuellement, l’œuvre alterne entre des formes abstraites et réalistes.Par sa nature générative jamais complètement prévisible, CLUSTER, décrit un méta-organisme à caractère irrévocablement anti-individualiste. Alors que les personnages ont une forme humaine, leur comportement ne l’est pas, ce qui empêche la naturelle identification du public à ses alter-egos présumés. Le dispositif informatique permet de définir la nature et le champ de l’action tandis que l’artiste canalise et orchestre les forces en présence.L’œuvre tire son ambiguïté à la fois de ses éléments répétitifs et rythmiques, ainsi que de ses structures « naturelles » improvisées. La majorité des sons de CLUSTER, est produit par les événements qui animent l’œuvre : mouvements et comportements des masses, changements de lumière. Une grille rythmique lie chaque parties entre elles, ce qui donne une impression de pulsion. Les basses fréquences sous les spectateurs et les hautes fréquences les surplombant, encadrent les sons générés par les événements.