Mathieu Rivier

Panorama Augmente
Le projet du Panorama augmenté souhaite ici valoriser la richesse des représentations panoramiques de Morat et alentours au fil des siècles. En effet les représentations des paysages autour de Morat sont nombreuses et très emblématiques de la région. Les détails, la richesse des différents supports (gravure, peinture…) sont les derniers témoins d’une époque révolue. Leur format n’est pourtant pas souvent optimal pour une consultation de la part du spectateur : étant des représentations très allongées, sur feuille, ces derniers sont encadrés sur un mur et peuvent atteindre de grandes dimensions. De ce fait l’espace physique nécessaire à leur consultation n’est souvent pas compatible avec la réalité de l’espace physique qu’un musée peut mettre à disposition. La solution de numérisation de ce patrimoine tend à pallier à se problème mais la distance entre le spectateur la consultation virtuelle crée une distance évidente.

MIGUEL CHEVALIER

Мигель Шевалье
ミゲル·シュヴァリエ
מיגל שבלייה
미구엘 슈발리에
Power Pixels
L’exposition Power Pixels se compose de deux installations de réalité virtuelle génératives et interactives : Complex Meshes 2020 et Oscillations 2020, oeuvre présentée pour la première fois au public. Oscillations 2020 permet une visualisation graphique en 3D de la musique de Michel Redolfi. Une forme d’onde se génère en temps réel selon les fréquences et les amplitudes de la musique. Ces spectres sonores des différents sons de la musique génèrent des paysages imaginaires à l’infini. Image et musique se répondent dans une fusion de nature émotionnelle qui participe à une véritable synesthésie.

Joanie Lemercier and James Ginzburg

Nimbes
L’artiste Joanie Lemercier, spécialiste des arts audiovisuels, a INSTALLÉ au SAT de Montréal (Society for Arts and Technology), des oeuvres visuelles et auditives immersives qui surplombent et entourent les spectateurs à 360°. Pour réaliser celles-ci, il a utilisé la technologie numérique, des lasers et appareils de projection. L’exposition « Nimbes » dure une quinzaine de minutes, et guide le spectateur à travers un univers virtuel parsemé de constellations, de paysages naturels et d’immeubles qui s’effondrent. C’est le fruit d’un travail considérable, qui mêle savamment photographies et images de synthèse.

SATO TOKIHIRO

Les photographies de rêve de Tokihiro Sato mouchetées de lumière offrent peu de choses pour révéler comment elles ont été faites. En fait, le photographe travaille de manière singulière: son appareil photo joue un rôle tout aussi important que les stylos lumineux et les miroirs qu’il utilise. Travaillant dans l’obscurité, Sato utilise de longues expositions – en ouvrant l’obturateur de son appareil photo moyen format jusqu’à trois heures – tout en manipulant les environnements urbains et les paysages boisés avec une lumière supplémentaire.

Alex Lysakowski

Antistructure
L’artiste visuel canadien s’approprie le réel en lui donnant des aspects grandiose et grotesque. Dans sa récente série «Antistructure», Alex Lysakowski basé à Mississauga, au Canada, nous propose de découvrir des bâtiments industriels, des automobiles, mais aussi des monuments devenus invraisemblables grâce à la magie de la retouche photo. «Je crée des images avec des interactions structurelles surréalistes et étranges au sein de paysages banals. J’évite ainsi un espace de transition entre la réalité et la fiction, tout en conservant le réalisme dans l’atmosphère de l’image», indique-t-il.