Andy Wen

Shenzhen Genzon Technology Innovation Center

Aedas

Cette image vivante implique les possibilités infinies dans l’intégration de la technologie, de l’énergie et de l’innovation. La conception propose des ascenseurs-navettes et des terrasses partagées le long du côté centripète de chaque tour pour engendrer un environnement de bureau relaxant à expansion verticale. La zone ouverte s’étend longitudinalement et se rejoint naturellement au fond; accentué par l’éclairage intérieur, des contours d’étamines dorées émergent et les panneaux de verre incurvés se présentent comme des pétales, faisant allusion à la muse florale du projet.

 

Tacit Group

61/6 haut-parleurs
Tacit Group est un groupe de performance audiovisuelle qui a été formé en 2008 pour créer une œuvre axée sur l’algorithmique et l’audiovisuel. Son art algorithmique se concentre sur le processus plutôt que sur le résultat. Ils créent du code mathématique, des systèmes utilisant des principes et des règles, et improvisent des performances scéniques à l’aide des systèmes. Pendant la représentation, les systèmes sont révélés visuellement et sonorement, afin que le public puisse entendre avec leurs yeux, comme on voit “Le Cri” d’Edvard Munch (Norvège, 1863-1944). Les images font partie intégrante du travail du Groupe Tacit en tant que compositeurs et artistes médiatiques. Ils espèrent qu’en montrant non seulement la pièce finie, mais le processus de discussion ou de jeu qui la génère, ils engageront plus intensément leurs téléspectateurs et briseront la division conventionnelle entre les interprètes et les membres du public. Aucun de ses travaux n’est jamais terminé. Ils mettent continuellement à jour les systèmes sous-jacents et s’inspirent de leur pratique de la programmation informatique. En tant qu’artistes de notre époque, Tacit Group découvre les possibilités artistiques de la technologie.

Martin Messier

ECHO CHAMBER
Performance audiovisuelle en plusieurs tableaux, Echo Chamber s’inspire des technologies qui permettent de sonder l’intérieur du corps, telles que les ultrasons et l’acupuncture, générant une composition sonore dans laquelle l’idée de résonance prédomine. En créant une interface modulaire à trois panneaux permettant de multiples manipulations, Messier a défini les limites des possibilités d’exécution d’une chorégraphie son et lumière. Saisissez de longues aiguilles comme s’il s’agissait de notes d’un instrument, perçant une plaque sensible à l’audio qui déclenche des séquences sonores.

TOMAS SARACENO

توماس ساراسينو
托马斯·萨拉切诺
トマスサラセーノ
Flying Garden
Les recherches de Saraceno ont un objectif très précis, la création de systèmes de vol en plates-formes flottantes dans le ciel, constitués de cellules habitables en suspension dans l’air, qui peuvent changer de forme et se rejoindre comme des nuages. Ce projet, baptisé Air – Port-City, n’est pas une simple expérimentation des possibilités technologiques, mais vise à réexaminer la liberté de voyager d’un pays à l’autre, en relation avec les dynamiques géopolitiques, en n’utilisant que le droit international et en dépassant les restrictions politiques, sociales, culturelles et militaires de la société contemporaine. Au fil des années, cette vision utopique d’une vie suspendue dans le ciel a conduit Saraceno à créer une série de structures expérimentales telles que des ballons gonflables ou des structures modulaires pouvant interagir avec les énergies naturelles. Ses recherches étudient la possibilité de coloniser le ciel, à la recherche de tout appareil pour la vie dans les nuages, dans une bulle transparente, la migration entre les nuages, basée sur les vents et la météo, en utilisant l’énergie solaire.

INGES IDEE

inges idee se compose des artistes Hans Hemmert, Axel Lieber, Thomas A. Schmidt et Georg Zey, qui ont travaillé conjointement sur des projets dans l’espace public depuis la création du groupe à Berlin en 1992. Parallèlement aux travaux réalisés dans le groupe, tous les membres sont actifs dans leur propre pratique artistique individuelle.
inges idee fonctionne comme un collectif artistique dans l’espace public. Ce qui est donc important, c’est de développer une intuition pour les possibilités et les spécificités d’un site et d’explorer l’effet qu’une intervention concrète pourrait avoir. Cela se fait en dialogue avec le site donné, qui, contrairement au «cube blanc» sans référence des musées et des galeries, n’est pas statique et intemporel, mais soumis à un processus constant de changement. Pour bien comprendre un site, ses qualités spatiales, sociales et historiques doivent être examinées.

MATIJA ČOP

Matija voulait créer des vêtements qui s’inspiraient de types historiques sans s’appuyer sur des techniques de construction traditionnelles. Il s’est consciemment abstenu de tricoter, de coudre ou d’adhérer pour développer un système expérimental de fabrication: les scans 3D du corps sont manipulés à l’aide d’un logiciel de modélisation, transposés en motifs découpés au laser 2D, puis rationalisés à travers des scripts en formes qui peuvent être imbriquées comme un puzzle. pièces. L’objet résultant est un polyèdre complexe sans aucune couture. Plus important encore, le processus qui le crée est une variation entièrement originale du tissage avec des possibilités illimitées pour un design novateur et une nouvelle construction. En associant manuellement des centaines de pièces uniques découpées au laser à un savoir-faire techno-couture, il rend tangible une pensée ambitieuse et intégrée. L’œuvre de Matija esthétise la curiosité en s’efforçant constamment d’authentifier la possibilité d’une véritable innovation dans la mode contemporaine.