STUDIO FLYNN TALBOT

Reflexionsraum
Der Reflection Room ist ein beeindruckendes Erlebnis mit farbigem Licht, das die erste Installation des London Design Festival sein wird, die in der Prince Consort Gallery des V & A Museum untergebracht wird. Der gewölbte Raum wird an jedem Ende beleuchtet, um die dramatische Länge der Galerie von 35 m, ihre Deckenstruktur und das darin eintretende Publikum hervorzuheben und zu definieren. Es wird mit meiner Signatur einer komplementären blauen und orangefarbenen Beleuchtung beleuchtet, und große schwarzglänzende Barrisol-Paneele werden verwendet, um die Breite des Raums zu vergrößern und eine fragmentierte Ansicht von wechselnden Farben, Reflexionen und Licht zu bieten.

GAO BROTHERS

高氏兄弟
אחים גאו
ГАО БРАТЬЯ
Lenin Sculpture
Miss Mao (Trying To Poise Herself At The Top of Lenin’s Head)

Œuvre des frères Gao de Chine, la sculpture de Lénine est une autre pièce dans leur progression de l’art provocateur. Les artistes ont inclus plusieurs éléments qui montrent cette figure controversée sous un nouveau jour pour le monde de l’art. Avec une finition chromée vive, la sculpture en métal est construite à partir de sections horizontales qui ont été délibérément décalées pour constituer cette ressemblance très inspirante du dictateur russe impitoyable Vladimir Lénine. En tant que personne bien connue, la décision des artistes de donner à son visage une finition chromée détourne l’attention de Lénine et du contexte de la sculpture en permettant aux réflexions de mettre en évidence l’environnement immédiat au lieu de Lénine d’une manière convenablement dégradante. Les sections décalées représentent son héritage brisé et destructeur qui a provoqué tant de troubles en Russie. Au sommet se trouve une inclusion très ludique de bébé tenant un bâton d’équilibre au-dessus de la tête saillante de Lénine, comme s’il marchait sur une corde raide de ses idéaux marxistes désastreux et risqués.

MANFRED MOHR

Reflexions sur une esthetique programmee

Influencé par son expérience de musicien de jazz et par les théories du philosophe allemand Max Bense sur l’esthétique rationnelle, Manfred Mohr a été un innovateur dans le domaine de l’art généré par ordinateur. Pour manipuler, par exemple, la myriade de variations de l’hypercube à 11 dimensions, Mohr a créé des algorithmes en langage de programmation FORTRAN et les a imprimés sur des traceurs à plat avant l’avènement des imprimantes laser. La série «Klangfarben» de Mohr (2008) présente des peintures et des animations numériques de lignes diagonales aux couleurs vives et de plans qui se croisent sur un fond noir mat. .

THILO FRANK

the phonenix is closer than it appears
L’artiste allemand Thilo Frank a développé ce projet qu’il appelle “Le Phénix est plus proche qu’il n’y paraît”, une installation dont la dimension est de 4 x 4 x 8m et se compose d’une structure faite de miroirs et de cristaux, à la fois à l’extérieur et à l’intérieur, à la recherche de la distorsion de la réalité issue de l’agrandissement ou de la déconstruction de l’espace.A l’intérieur du cube, les gens peuvent expérimenter une sorte de désorientation en devenant le point focal spatial en étant entouré de leurs propres réflexions physiques dans la pièce environnante le corps du spectateur pour devenir une réflexion imaginaire et hallucinante.

GRAZIELE LAUTENSCHLAEGER AND RITA WU

De novo, Ercilia
File Festival
Nous prenons le processus de création comme un acte d’investigation. De l’invention de la structure physique, en passant par la collecte et l’analyse des sons utilisés, à la programmation du design d’interaction, il était très courant pour nous de nous demander: qu’est-ce qui émerge de la matière poétique de la ville, quand on la vit?
Et sur la base de l’attention portée au processus, nous avons constaté que, d’une part, les articulations abstraites telles que les pensées, les réflexions et les idées créatives étaient formalisées grâce à l’utilisation de divers matériaux et outils de l’univers numérique; de l’autre, l’expérimentation de cette diversité d’éléments a nourri et reformaté le monde des idées. C’est dans ce modus operandi, dans le transit entre le concret et l’abstrait, dans le flux du va-et-vient, que «De Novo, Ercília» a acquis sa première forme, une forme qui ne devient pas pérenne, qui devient autonome dans le temps, avec chaque nouvelle interaction.