Joanie Lemercier and James Ginzburg

Nimbes
L’artiste Joanie Lemercier, spécialiste des arts audiovisuels, a INSTALLÉ au SAT de Montréal (Society for Arts and Technology), des oeuvres visuelles et auditives immersives qui surplombent et entourent les spectateurs à 360°. Pour réaliser celles-ci, il a utilisé la technologie numérique, des lasers et appareils de projection. L’exposition « Nimbes » dure une quinzaine de minutes, et guide le spectateur à travers un univers virtuel parsemé de constellations, de paysages naturels et d’immeubles qui s’effondrent. C’est le fruit d’un travail considérable, qui mêle savamment photographies et images de synthèse.

GREG LYNN

格雷格·林恩
גרג לין
グレッグ·リン
그렉 린
Грег Линн
GREG LYNN a été un innovateur dans la redéfinition du support de conception avec la technologie numérique et a été le pionnier de la fabrication et de la fabrication de formes fonctionnelles et ergonomiques complexes à l’aide de machines CNC (Computer Numerically Controlled). Les bâtiments, les projets, les publications, les enseignements et les écrits associés à son bureau ont eu une influence sur l’acceptation et l’utilisation de matériaux et de technologies de pointe pour la conception et la fabrication. Alors que les opportunités de conception s’étendent aujourd’hui à de multiples échelles et supports, son studio Greg Lynn FORM continue de définir la pointe du design dans une variété de domaines. Son travail fait partie des collections permanentes des plus importants musées de design et d’architecture au monde, notamment le CCA, la SFMoMA, l’ICA Chicago et le MoMA.

TeamLAb

Transcending Boundaries

Transcending Boundaries vise à explorer le rôle de la technologie numérique dans la transcendance des frontières physiques et conceptuelles qui existent entre différentes œuvres d’art, avec l’imagerie d’une œuvre se libérant du cadre et pénétrant dans l’espace d’une autre. Les installations dissolvent également les distinctions entre œuvre d’art et espace d’exposition et impliquent le spectateur par l’interactivité.

OLIVIER RATSI

Perspective du cadre
Mesurant 30m x 30m x 2,4m et doté de lumières LED et de 8 canaux audio, Frame Perspective transforme un espace caverneux à la Maison de la Région. A des dates précises tout au long du festival Constellations, Ratsi a préparé un programme lumière dans l’espace, accompagné d’une composition sonore interprétée par Thomas Vaquié (voir le programme du festival pour plus de détails). Frame Perspective poursuit l’interrogation de Ratsi sur la réalité à travers la création d’espaces exploratoires et périphériques. Les formes répétitives de l’installation créent de nouvelles dimensions dans la Maison de la Région, interrompant les lignes de l’architecture. Pendant ce temps, la composition des lumières et des sons en interaction perturbe les textures sonores et visuelles de l’espace et résonne avec le visiteur sur des fréquences inexplorées. L’effet est de plonger le visiteur dans un environnement fluctuant qui relie les technologies numériques aux espaces physiques et soulève des questions sur la façon dont la réalité est construite et vécue dans les domaines numérique, physique et autres.

DIRK KOY & BILD UND BEWEGUNG

Espace aérien
En 2016, Dirk Koy a fondé le studio de motion design et de film expérimental «Dirk Koy Bild und Bewegung». Dans son travail, il utilise différentes technologies (drones / animation 2D et 3D / photogrammétrie / AR / VR) pour créer des images numériques en mouvement. Il explore l’interface entre réalité et virtualité et recherche également la composante picturale dans le contexte numérique. L’expérience joue un rôle central.

RALF BAECKER

Ральф Беккер
The Conversation
Pataphysical Processing Environment
À travers des installations et des machines, Baecker explore les mécanismes d’action fondamentaux et les effets des nouveaux médias et technologies. Dans ses représentations et spatialisations de processus microscopiques, il cherche à perturber complètement notre perception. Au cœur de ses objets se trouve l’intrication du virtuel avec le réel, ou plutôt avec le monde. Avec une perspective médiatique et archéologique, Ralf Baecker fouille dans des dispositifs obsolètes des traces et des fonctions encore détectables dans les technologies d’aujourd’hui. Son travail cherche à former un hybride entre l’esthétique numérique actuelle et une compréhension historique des matériaux. En conséquence, il appréhende la technologie non pas comme un outil mais plutôt comme un instrument épistémologique, afin de poser des questions élémentaires sur un monde perçu à travers les impressions technologiques.