RENE LALOUX

Рене Лалу
gandahar

René Laloux, criou Gandahar, seu último filme de animação. Baseado no romance de Jean-Pierre Andrevon Les Hommes-machines contra Gandahar Esta fascinante animação adulta combina a famosa imaginação de Laloux com a do designer de animação Philippe Caza. “A minha busca começou com um enigma. “Em mil anos, Gandahar foi destruído, e todo o seu povo massacrado. Há mil anos, Gandahar será salvo, e o que não pode ser evitado será.” -Sylvain. Este filme está no planeta Gandahar, onde a paz reina e a pobreza é desconhecida. O estilo de vida utópico é perturbado por relatos de pessoas nas fronteiras periféricas sendo transformadas em pedra. Enviado para investigar, o Príncipe Sylvain (João Shea) cai e é resgatado pelas experiências genéticas deformadas e horrendas que correram mal e deixado para defender-se por si mesmos. Com sua ajuda, Sylvain descobre que a Metamorfose, um cérebro gigante também criado em uma experiência, está tentando destruir Gandahar.
.
René Laloux created Gandahar, his last animated film. Based on Jean-Pierre Andrevon’s novel Les Hommes-machines against Gandahar This fascinating adult animation combines Laloux’s famous imagination with that of animation designer Philippe Caza. “My quest began with a riddle. “In a thousand years, Gandahar was destroyed, and all his people slaughtered.

ARNE SVENSON

阿恩史云逊
Арне Свенсон
Neighbors
Arne Svenson vient de lever le voile sur un nouveau projet photographique original appelé “The Neighbors”. Comme son nom l’indique, la série de photos met en scène les voisins du photographe qui ont été pris en photo à leur insu.C’est dans le quartier TriBeCa / Triangle Below Canal Street de New-York que le photographe a pris son mal en patience pour photographier des hommes et des femmes dans leur vie quotidienne pour en faire une série très originale qui rencontre actuellement un très grand succès. Arne Svenson a particulièrement soigné le cadrage de ses clichés pour un résultat très impressionnant.

MOTOHIKO ODANI

元彦小谷美纱
小谷元彦
Мотохико Одани
Phantom Limb

Motohiko Odani est un artiste japonais vivant à Tokyo où il expose régulièrement ses oeuvres. Multi disciplinaire, ce créatif s’exprime aussi bien en sculpture, photographie ou vidéo, où il traite de la mutation des hommes et des animaux. Ses sculptures, à la fois étranges et fascinantes, s’inspirent de mondes fantastiques et ne peuvent laisser indifférent.

CRYSTAL PITE

Dark Matters
Kidd Pivot Frankfurt RM

Le spectacle « Dark Matters » de Crystal Pite qui aura lieu au Toboggan les 15 16 et 17 mars intègre elle-même la marionnétique ou l’art de manier la marionnette. Plus précisément, pour son spectacle la technique reprise par la compagnie Kidd Pivot est le Bunraku.

On vous parle chinois ? Japonais en fait plus précisément ! Cet art bien singulier a fait son apparition au XVIIeme siècle dans la région d’Osaka. Avec le nô, le kabuki et le kyôgen, c’est une des quatre formes du théâtre classique nippon. Il est issu de l’assemblage de deux traditions : le Johruri, qui est l’art de raconter des histoires traditionnelles sur un fond musical, et la marionnette, présente depuis le XIème siècle au Japon.

Pour se pratiquer, le Bunraku utilise des marionnettes de taille presque humaine. Plusieurs hommes sont nécessaires pour manipuler une marionnette de ce type. Pour lui donner vie, ils actionnent ce qu’on appelle des contrôles ou baguettes sur ses différentes parties du corps. C’est un travail qui nécessite beaucoup de concentration et d’exercice car si l’accord entre les montreurs n’est pas bien orchestré, le jeu de la marionnette ne sera pas fluide.

Evangelia Kranioti

Antidote

Dans l’Odyssée, Pénélope tisse parce qu’elle sait que l’accès au mythos (discours des hommes), lui est d’emblée fermé. Sa toile constitue alors un langage essentiellement féminin, qui sonde le rapport au temps et surtout à la mémoire, sans cesse menacée. Mais quelle toile pourrait «tisser» une Pénélope contemporaine à l’ère numérique? Quel désir, quelle obsession, quelle histoire pourrait-elle raconter ? C’est bien à elle que ce premier film brodé est dédié, ainsi qu’au fantasme d’Ulysse : Une femme espère le retour d’un homme qu’elle n’a pas revu depuis de longues années. Elle cherche son visage parmi d’autres, l’imagine, essaye de le reconstituer à travers la trame de sa toile et celle de sa mémoire.