AZUMA MAKOTO

Système Environnemental Encapsulé
Cette machine est entièrement équipée d’une machine à brouillard comme pour envelopper les plantes dans un brouillard des deux côtés et d’un système d’alimentation en eau goutte à goutte qui peut être activé en fonction de la situation afin de maintenir l’état d’une plante et de contrôler la température et l’humidité intérieures. De plus, la forme cylindrique peut capturer entièrement la lumière naturelle à des angles de 365 ° depuis les verres, et elle peut correspondre à la croissance des plantes en ayant la plus grande échelle de hauteur de la série. Les ventilateurs au plafond jouent le rôle du vent et une plante peut écouter la musique des haut-parleurs étanches. La machine absorbe des éléments essentiels – pluie, vent, lumière et son – par des moyens artificiels et complète un petit monde où son cycle écologique est condensé. Cela nous permet d’admirer la beauté des plantes en n’étant pas affecté par l’environnement extérieur.

PFADFINDEREI STUDIO

Monolithe
Monolith est un travail expérimental non commandé, jouant avec des motifs de pixels irréguliers. Que se passe-t-il lorsqu’un écran présente une disposition non uniforme des pixels? Comment cela influence-t-il notre perception des images et de quelle quantité d’informations visuelles avons-nous même besoin pour franchir la frontière de l’abstrait au figuratif? Pour répondre à ces questions, nous avons créé une sculpture vidéo, qui fait fondre esthétiquement l’écran et le contenu. Dans un jeu entre beauté naturelle et bouleversement technique, les images de bustes classiques se transforment cycliquement en dégradés abstraits et redeviennent des images perceptibles.

DAVID ALTMEJD

大卫·阿尔特米德

Dans son travail de réflection, il y a de l’érotique et de l’onirique en quantité, et son intérêt pour la transformation des corps nous place d’emblée du côté d’un rapport intime et empathique à ses grands lycanthropes qui nous ressemblent, captés en pleine transformation et comme coincés quelque part entre l’humain et l’animal, le vivant et le minéral.

Ses oeuvres sont complexes et souvent autoréférentielles : des moulages et des objets sont mis en scène dans un décor exubérant, chargé d’ornements, de bijoux, de breloques et de toutes sortes de choses scintillantes. Il y a des fleurs aussi, des écureuils naturalisés, des ossements, des cheveux synthétiques, des cristaux, le morbide toujours inextricablement mêlé à une étrange beauté qui n’est jamais très loin du monde de l’enfance. Il y a aussi l’idée de la décapitation, de la douleur et de la violence.

urbanscreen

320 degree licht

L’installation «320° Lumière» du groupe artistique URBANSCREEN, implanté à Brême, utilise comme point de départ la beauté et le caractère de cathédrale du Gazomètre pour créer un jeu fascinant de volumes et de lumière. Des motifs graphiques se développent et se transforment dans un rayon de 320 degrés sur la paroi intérieure du Gazomètre d’une hauteur de 100 mètres. Le spectateur assiste alors à une alternance entre un espace réel et un espace virtuel, le Gazomètre semble se dissoudre dans ses propres structures filigranes pour finalement retrouver continuellement sa forme distincte. «320 ° Lumière» est réalisée à partir d’une technologie de projection Epson. L’installation couvrant une surface de 20 000 mètres carré fait partie des projections intérieures les plus grandes et en terme de technique les plus complexes.

CYRIL LAGEL

Né à Rouen en 1974, le photographe Cyril Lagel s¹installe à Paris en 1997. Une succession de rencontres et d’émotions le conduit alors dans les plus grands studios. Perfectionniste et provocateur, ce touche-à-tout de l’image se lance dans la direction artistique en 1999. Mode, beautés, son travail de la lumière et son souci du détail maîtrisé font de ses compositions un réel plaisir des yeux. Ses idées comme ses photos contribuent au mouvement permanent du monde de l’image.