OLAFUR ELIASSON

Cascade Versailles
Une cascade haute et étroite se jette dans le bassin du Grand Canal, le long de l’axe visuel principal des Jardins de Versailles. La cascade est soutenue par une tour en treillis construite à partir de poutres en acier jaune ; des pompes transportent l’eau à travers d’épais tuyaux noirs jusqu’à une plate-forme au sommet de la tour, d’où elle s’écrase dans le canal bien en dessous. L’infrastructure visible de la cascade attire l’attention sur la nature construite à la fois de l’œuvre elle-même et des jardins environnants, tandis que le tumulte de l’eau met en évidence la présence de forces naturelles plus importantes qui jouent sur cet environnement artificiel : la force et la direction du vent, les conditions de la lumière à un moment donné.

NATHALIE GEBERT

Sur les ambiguïtés textiles d’encadrement
L’installation On Framing Textile Ambiguities est le résultat d’une enquête critique sur les évolutions sociales et techniques qui ont conduit à la situation technologique locale actuelle. Comme une série de machines, l’installation se présente comme un groupe. Ils partagent le même fil et sont fabriqués à partir des mêmes composants. Chaque machine est construite autour d’un châssis, à travers lequel le fil est en cours d’exécution. Bien qu’ils trouvent différentes significations dans le codage en raison des différences dans les largeurs des images.

OLIVIER RATSI

Perspective du cadre
Mesurant 30m x 30m x 2,4m et doté de lumières LED et de 8 canaux audio, Frame Perspective transforme un espace caverneux à la Maison de la Région. A des dates précises tout au long du festival Constellations, Ratsi a préparé un programme lumière dans l’espace, accompagné d’une composition sonore interprétée par Thomas Vaquié (voir le programme du festival pour plus de détails). Frame Perspective poursuit l’interrogation de Ratsi sur la réalité à travers la création d’espaces exploratoires et périphériques. Les formes répétitives de l’installation créent de nouvelles dimensions dans la Maison de la Région, interrompant les lignes de l’architecture. Pendant ce temps, la composition des lumières et des sons en interaction perturbe les textures sonores et visuelles de l’espace et résonne avec le visiteur sur des fréquences inexplorées. L’effet est de plonger le visiteur dans un environnement fluctuant qui relie les technologies numériques aux espaces physiques et soulève des questions sur la façon dont la réalité est construite et vécue dans les domaines numérique, physique et autres.

GAO BROTHERS

高氏兄弟
אחים גאו
ГАО БРАТЬЯ
Lenin Sculpture
Miss Mao (Trying To Poise Herself At The Top of Lenin’s Head)

Œuvre des frères Gao de Chine, la sculpture de Lénine est une autre pièce dans leur progression de l’art provocateur. Les artistes ont inclus plusieurs éléments qui montrent cette figure controversée sous un nouveau jour pour le monde de l’art. Avec une finition chromée vive, la sculpture en métal est construite à partir de sections horizontales qui ont été délibérément décalées pour constituer cette ressemblance très inspirante du dictateur russe impitoyable Vladimir Lénine. En tant que personne bien connue, la décision des artistes de donner à son visage une finition chromée détourne l’attention de Lénine et du contexte de la sculpture en permettant aux réflexions de mettre en évidence l’environnement immédiat au lieu de Lénine d’une manière convenablement dégradante. Les sections décalées représentent son héritage brisé et destructeur qui a provoqué tant de troubles en Russie. Au sommet se trouve une inclusion très ludique de bébé tenant un bâton d’équilibre au-dessus de la tête saillante de Lénine, comme s’il marchait sur une corde raide de ses idéaux marxistes désastreux et risqués.

FELICE VARINI

Felice Varini est un grand maître dans l’art complexe de l’illusion d’optique. Depuis 1979, ce peintre suisse utilise l’architecture comme toile de fond. À partir de relevés, il définit un point de vue à partir duquel la forme, toujours géométrique, pourra être vue dans son ensemble par le spectateur. Lorsque l’on se déplace, une infinité d’autres points de vue se créent pour offrir de multiples lectures de la forme déconstruite.

FKA twigs

M3LL155X
Le titre de l’EP se prononce « Melissa », ce qui signifie « abeille » et, par extension, « miel ». C’est dire tout le bien que nous veut l’époustouflante anglaise : au cœur d’une production mi-organique, mi-métallique (« in time »), les mélodies, construites selon un schéma plus classique, se font chantées et moins scandées (le subtil « mothercreep »).

MICHEL FRANÇOIS

米歇尔·弗朗索瓦
walk through a line of neon lights

Les sculptures de Michel François tentent de donner à la matière la fulgurance du dessin. Une fois construites, le processus créatif perdure au moyen de l’installation, laquelle cherche à faire cohabiter l’ensemble autour d’un sens commun. Connexions, tensions et résonances ouvrent ainsi un dialogue inédit entre les pièces, où noirceur et liberté prédominent.