Irina Nakhova

Ирина Нахова
Pilot’s head
L’exposition russe présente une œuvre ambitieuse, intitulée «Le pavillon vert», à travers laquelle Irina Nakhova (née en 1955) interagit avec l’architecture du pavillon, conçu en 1913 par Aleksey Shchusev, également auteur du mausolée de Lénine à Moscou. à partir des «installations totales» d’Ilya Kabakov, et en poussant plus loin le concept exprimé dans ses propres installations «Rooms» des années 1980, Nakhova a mis en place cinq espaces, où une interaction complexe entre l’art, l’architecture et la perception du spectateur se développe de manière surprenante , exploitant ainsi le concept original de Shchusev, qui n’a pas conçu le pavillon comme un simple conteneur, mais comme un soutien actif à la créativité des artistes.

OLIVIER RATSI

Perspective du cadre
Mesurant 30m x 30m x 2,4m et doté de lumières LED et de 8 canaux audio, Frame Perspective transforme un espace caverneux à la Maison de la Région. A des dates précises tout au long du festival Constellations, Ratsi a préparé un programme lumière dans l’espace, accompagné d’une composition sonore interprétée par Thomas Vaquié (voir le programme du festival pour plus de détails). Frame Perspective poursuit l’interrogation de Ratsi sur la réalité à travers la création d’espaces exploratoires et périphériques. Les formes répétitives de l’installation créent de nouvelles dimensions dans la Maison de la Région, interrompant les lignes de l’architecture. Pendant ce temps, la composition des lumières et des sons en interaction perturbe les textures sonores et visuelles de l’espace et résonne avec le visiteur sur des fréquences inexplorées. L’effet est de plonger le visiteur dans un environnement fluctuant qui relie les technologies numériques aux espaces physiques et soulève des questions sur la façon dont la réalité est construite et vécue dans les domaines numérique, physique et autres.

Sanja Marusic

Red Yellow Blue

Plaçant des lieux au-dessus des gens, de nombreuses photographies de Sanja sont placées dans de grands espaces futuristes ouverts dans le but de créer des émotions visuelles surréalistes et aliénantes. Elle utilise souvent des couleurs fraîches et vives, ainsi que des objets et accessoires uniques pour créer des récits uniques et énigmatiques.

 

NeSpoon

public art
Situé entre l’art de la rue, la poterie, la peinture, la sculpture et les bijoux, NeSpoon est un artiste de rue polonais. En mission pour broder le monde, elle enrichit l’art urbain déjà diversifié avec sa propre marque unique d’art de dentelle. En utilisant des motifs de napperons complexes, l’artiste embellit des espaces abandonnés et sans ornements dans des jungles urbaines improbables, les transformant en de superbes œuvres d’art.

Samara Golden

“The Flat Side of the Knife”combine des espaces physiques avec des espaces illusoires qui n’apparaissent que dans des miroirs, reflétant ce que l’artiste appelle des «couches de conscience», semblables aux espaces psychologiques et psychédéliques de l’esprit. Son utilisation de miroirs en conjonction avec des éléments sculpturaux fabriqués à partir d’un panneau isolant argenté, connu sous le nom de Rmax ou Thermax, permet à l’isolant d’espace de s’étendre dans de multiples directions; créer une profondeur imaginaire sous le sol de la galerie, par exemple, ou suggérer des pièces adjacentes qui n’existent pas réellement.

Pierre Malphettes

la fumee blanche
Le travail de Pierre Malphettes est à l’image d’une de ses œuvres, il agit sur nous comme un attracteur étrange. En travaillant principalement des matières intangibles telles que l’air, la lumière, l’eau, ou bien encore des matériaux bruts, de construction (la bâche, le caillebotis), Pierre Malphettes matérialise des espaces mentaux qui évoquent le voyage, le parcours. La poésie naît d’un déplacement contrarié, impossible,

ZAHA HADID ARCHITECTS

Morpheus Hotel
En 2012, le cabinet Zaha Hadid Architects a été mandaté pour concevoir le complexe touristique Morpheus hotel. Le Morpheus n’est pas seulement un complexe touristique, il abrite également un casino, deux théâtres, des espaces commerciaux, des restaurants, des salles d’évènements, une piscine et un spa panoramique.

RUUD VAN EMPEL

루드 반 엠펠
РУУД ВАН ЭМПЕЛЬ

Créateur d’atmosphères fraîches et verdoyantes, Ruud Van Empel marie avec subtilité les sujets de ses photographies avec les espaces dans lesquels il les plonge. Nées d’un véritable processus créatif alliant collage, prise de vue et retouche photographique, les œuvres de cet artiste hollandais incitent le spectateur à s’abandonner et à contempler les traces d’un voyage improbable dans les pays les plus lointains.

LETHA WILSON

Wall in Blue Ash Tree
Née à Hawaï à la fin des années 70, c’est au milieu des grands espaces naturels du Colorado que l’artiste américaine Letha Wilson a passé sa jeunesse. Diplômée en Arts Plastiques et aujourd’hui installée à New-York depuis près de 15 ans, elle a gardé un goût pour l’Ouest américain et la nature, des thèmes forts qu’elle utilise comme point de départ de ses photos-sculptures.

GUN ARCHITECTS

Water Cathedral

Le pavillon est une initiative horizontale composée de suspension d’éléments verticaux à différentes hauteurs et densités, naturellement afin de sculpter des espaces par des composantes pyramidales qui sont en tissu et en béton pour imiter les stalactites et stalagmites trouvés dans les grottes.
Soutenus par un cadre en acier extérieur minimal, les cônes inversés sont suspendues à partir d’une grille métallique pour capturer l’eau de pluie dans un sac en plastique. Coulant goutte à goutte, avec des impulsions et des vitesses différentes, les gouttes d’eau sortent du revêtement textile pour générer une atmosphère fraîche pour les visiteurs sous la canopée. Les stalagmites formées de blocs de bétondoubles bancs, les personnes plaçant stratégiquement sous les jets d’eau.
.