OLAFUR ELIASSON

L’ouverture indicible des choses
Le titre de l’exposition, L’ouverture indicible des choses, est une phrase que le philosophe Timothy Morton utilise pour décrire l’art et qui résonne fortement avec l’artiste. Eliasson décrit comment «l’art existe à la fois dans et au-delà du domaine de la langue. Avant que la forme d’une œuvre n’émerge, il y a un sentiment pas tout à fait saisissable qui pénètre dans le processus artistique – et qui reste dans l’œuvre finie comme quelque chose qui ne peut pas être pleinement exprimé. Dans le même temps, l’œuvre est fondamentalement ouverte aux visiteurs. Il est prêt à les écouter et à accueillir leurs questions et leurs expériences. »

BEHNAZ FARAHI

Caresse du regard
Pour Caresse du regard, Farahi a travaillé avec AutoDesk, PIER9 (où elle est actuellement artiste en résidence) et MADWORKSHOP pour créer une cape couvrant la poitrine recouverte d’une belle couche de plumes en forme de plumes. Bien qu’elles semblent douces au toucher, les piquants peuvent en fait détecter le regard d’un autre (un homme, comme le montre la vidéo ci-dessous) et se dilater et se contracter lorsque ses yeux se déplacent autour du corps. Un microcontrôleur connecté à la caméra de la cape peut également détecter l’âge et le sexe du spectateur, aidant peut-être le porteur à discerner ses motivations.

JEAN TINGUELY

让汤格利
ז’אן טינגלי
ジャン·ティンゲリー
장 팅겔리
Жан Тингели
Le Cyclop
jean tinguely and niki de saint phalle
Aux premiers abords, cette masse perdue dans la forêt de Fontainebleau m’a laissé assez sceptique. Je ne la trouvais pas forcément esthétique et elle n’a pas retenu mon attention. Et pourtant… Plus la vidéo avançait, plus cette installation permanente m’intriguait. Il faut préciser que c’est une oeuvre bruyante (grincements, roulements répétés de boules, mécanismes…) et qui interpelle le spectateur/visiteur par tous ses sens, il observe, touche, entend, sent, il est présent et peut participer. Le spectateur est donc acteur et c’est une caractéristique essentielle dans l’oeuvre.
C’est l’oeuvre de Jean Tinguely mais qui existe telle qu’elle est grâce à la contribution de plusieurs artistes comme Klein, Arman, César, Soto, Weber… Le Cyclop se parcourt à l’extérieur mais aussi par l’intérieur où plusieurs salles sont dédiées aux oeuvres des divers artistes souvent sculpteurs. Le visiteur est au coeur de la structure, constate et se questionne. La créature, qui est recouverte de milliers d’éclats de miroirs, contraste totalement avec l’environnement qui l’entoure. On a une construction plutôt moderne placé dans un paysage réel et vivant, ce qui fait ressortir l’oeuvre et lui donne toute son originalité. Cela m’intéresserait de me balader dans le bois-des-Pauvres et d’y trouver une création aussi riche et complète. J’ai l’espoir et l’envie de la voir et de pouvoir la parcourir par moi-même, un jour, peut être…

Philipp Artus

FLORA
L’animation dans FLORA est générée par des ondes sinusoïdales superposées qui traversent une chaîne de lignes. Ce principe d’onde apparaît souvent dans la nature lorsque l’énergie est transmise à travers un milieu comme l’eau, l’air ou simplement une corde. Elle peut également être observée dans la locomotion des animaux et des êtres humains, dans laquelle l’énergie cinétique est transmise successivement par les articulations.
L’algorithme FLORA de est basé sur la découverte qu’un simple système de lignes rotatives peut créer des variations infinies de formes abstraites – allant des lignes courbes harmonieuses aux motifs énervés et chaotiques. L’esthétique qui en résulte associe une précision de calcul à un aspect ludique organique et a tendance à déclencher diverses associations dans l’esprit du spectateur.

FILE FESTIVAL

gif