LAWRENCE MALSTAF

Nemo Observatorium
File Festival

Si on pouvait décrire Nemo Observatorium, on en parlerait comme d’une pièce, une chambre plutôt, qui n’aurait la possibilité d’être visitée que par une ou deux personnes maximum. Dans Nemo Observatorium, le visiteur se place au centre d’un cylindre transparent et appuie sur un bouton. Ce bouton déclenche alors un tourbillon qui fait voltiger à très haute vitesse des petites bulles de polystyrène qui se déplacent trop rapidement pour être suivies par l’œil humain. La personne située à l’intérieur décide de la durée de la tornade ( tornado ). La tornade fonctionne à partir de 5 gros ventilateurs. Un situé en dessous du spectateur et 4 autres autour du cylindre.

TEAMLAB

L’univers Cristallin Infini
Le pointillisme utilise une accumulation de points de couleur distincts pour créer une image. Ici, les points lumineux sont utilisés pour créer des objets tridimensionnels. La sculpture lumineuse s’étend à l’infini dans toutes les directions. Les gens utilisent leurs smartphones pour sélectionner des éléments pour lancer l’univers de cristal infini. Ces éléments renaissent en trois dimensions, créant l’œuvre d’art. La présence de personnes et leur emplacement dans l’œuvre affectent ces éléments tridimensionnels, qui à leur tour influencent et sont influencés par d’autres éléments de l’espace. Cette œuvre d’art est en constante évolution, changeant d’instant en instant en raison  des personnes présentes dans l’espace.

ERNESTO KLAR

Lumières relationnelles
FILE FESTIVAL
Lumières relationnelles» est une installation audiovisuelle interactive qui explore la relation des personnes avec le caractère organique-expressif de «l’espace». L’installation utilise la lumière, le son, le brouillard et un système logiciel personnalisé pour créer un espace-lumière en trois dimensions morphing (métamorphose), dans lequel les spectateurs participent activement, le manipulant avec leur présence et leurs mouvements […] un organisme vivant, avec ou sans la présence et l’interaction des spectateurs. Lorsque les spectateurs quittent la zone de suivi active, le système commence son propre dialogue avec l’espace en extrudant et en transformant des séquences de formes géométriques lumineuses. Lorsque les spectateurs pénètrent et interagissent avec l’espace-lumière projeté, une expression collective et participative de l’espace se déploie. «Relational Lights» élargit le tissu tridimensionnel de l’espace, le rendant visible, audible et tangible pour les participants.