OLIVIER RATSI

Perspective du cadre
Mesurant 30m x 30m x 2,4m et doté de lumières LED et de 8 canaux audio, Frame Perspective transforme un espace caverneux à la Maison de la Région. A des dates précises tout au long du festival Constellations, Ratsi a préparé un programme lumière dans l’espace, accompagné d’une composition sonore interprétée par Thomas Vaquié (voir le programme du festival pour plus de détails). Frame Perspective poursuit l’interrogation de Ratsi sur la réalité à travers la création d’espaces exploratoires et périphériques. Les formes répétitives de l’installation créent de nouvelles dimensions dans la Maison de la Région, interrompant les lignes de l’architecture. Pendant ce temps, la composition des lumières et des sons en interaction perturbe les textures sonores et visuelles de l’espace et résonne avec le visiteur sur des fréquences inexplorées. L’effet est de plonger le visiteur dans un environnement fluctuant qui relie les technologies numériques aux espaces physiques et soulève des questions sur la façon dont la réalité est construite et vécue dans les domaines numérique, physique et autres.

JONNA KINA

Arr. pour une scène
La force sonore de la scène de meurtre la plus célèbre du cinéma est étudiée. Deux artistes foley recréent la séquence de douche d’Hitchcock, déconstruisant les associations de signifiants auditifs et le pouvoir synesthésique du son. Jonna Kina contextualise ce phénomène étrange – la qualité trans-sensorielle du son – à la fois dans l’œuvre de Kina, ainsi que dans d’autres œuvres historiques et contemporaines à l’intérieur et à l’extérieur du domaine de l’art. Dans Arr. for a Scene (2017), Kina explore les structures et les formes du son cinématographique – en transformant une image emblématique – la scène de douche horrible dans Psycho d’Alfred Hitchcock (1960) – en fréquences sonores d’objets domestiques originaux et apparemment innocents.

CHANG FUNJU & HAN CHENGYEH

Jungle du Vide
Bai Ailin_VOID JUNGLE est une performance audiovisuelle numérique qui se déroule dans une installation d’éclairage immersive. Les faisceaux lumineux entraînés par le son sont combinés dans une variété de structures lumineuses géométriques grâce à des calculs de programme, combinant le champ sonore numérique et des chants chuchotés écrits par le créateur de musique électronique Han Chengye, donnant au public l’impression d’entrer dans un monde froid et sans fin mais plein. de tension émotionnelle.

Iannis Xenakis

ЯНИС КСЕНАКИС
ヤニス·クセナキス
Stratégie
per due Orchestre e due Direttori

Iannis Xenakis est né en 1922 (ou 1921), à Braïla (Roumanie), au sein d’une famille grecque. Il passe sa jeunesse à Athènes, où il achève des études d’ingénieur civil et s’engage d’abord contre l’occupation allemande, puis contre l’occupation britannique (guerre civile). En 1947, après une terrible blessure et une période de clandestinité, il fuit la Grèce et s’installe en France, où il travaille pendant douze ans avec Le Corbusier, en tant qu’ingénieur, puis en tant qu’architecte (Couvent de la Tourette, Pavillon Philips de l’Expo universelle de Bruxelles de 1958 – où fut donné le Poème électronique de Varèse – célèbre pour ses paraboloïdes hyperboliques). En musique, il suit l’enseignement d’Olivier Messiaen et, dans un premier temps, emprunte une voie bartókienne qui tente de combiner le ressourcement dans la musique populaire avec les conquêtes de l’avant-garde (les Anastenaria, 1953). Puis, il décide de rompre avec cette voie et d’emprunter le chemin de l’« abstraction » qui combine deux éléments : d’une part, des références à la physique et aux mathématiques ; d’autre part, un art de la plastique sonore.