DOROTHEE SMITH

Cellulairement

Cellulairement entend élucider le sentiment de hantise, à travers la figure du spectre, résidu d’identité caractérisé par une visibilité invisible, capable d’une existence désincarnée. Il s’agit pour l’artiste de transformer son propre corps en réceptacle de spectres, par la mise au point d’un dispositif lui permettant d’être ponctuellement hantée par chacun des visiteurs de l’exposition.