jean luc moulène

opus + one

jean luc moulene  opus + one

source: modernartoxford
Alongside Moulène’s renowned photographic work, his practice has often included manufactured objects, drawings and prints – a celebration of the act of making as fundamental to human activity, and evidence of his enduring interest in anthropology and material cultures of the past. The ongoing relationship between image and object at the heart of Moulène’s practice forms a central theme of this exhibition. The works also reveal a use of mathematics and geometry that is at the core of the formulation of his works. After gaining his degree in Art and Literature from the Sorbonne University (Paris, 1976), Moulène moved from performance to photography and drawing. This is the first major exhibition of his work in the UK. He lives and works in Paris, France.
.
.
.
.
.
.
.
source: photo-aragofr
Le travail de Jean-Luc Moulène est issu de la diversité de sa formation et de ses expériences : arts plastiques, enseignement et monde de l’entreprise où il a travaillé comme “communiquant”.
Sa première participation remarquée à une manifestation collective remonte à 1991, lorsqu’il présente ses photographies au Musée d’art moderne de la Ville de Paris, dans le cadre de l’exposition ” Lieux Communs, figures singulières “, bouleversant l’approche conventionnelle du portrait autour de l’idée de “disjonction”.
La réflexion de Jean-Luc Moulène sur l’image s’articule autour de trois pôles : l’apparition, la production, la diffusion. Ces notions servent de point de départ à chaque nouvelle recherche. Aussi, l’oeuvre de Jean-Luc Moulène peut investir divers supports tels que l’affichage ou les journaux, comme ce fut le cas lors de la Documenta X de Kassel, en 1997.
De surcroît, l’artiste mesure et utilise le potentiel esthétique intrinsèque d’un objet et le reflexe scopique du spectateur. L’assomption dans le champ muséal et culturel des produits manufacturés dans le temps d’un conflit social (24 objets de grève – 1999), ou la césure dans un même corps du visage (portrait d’identité) et du sexe (photographie pornographique) dans la série ” Filles d’Amsterdam ” pointe la difficulté à arrêter la définition d’un sujet.
Ainsi, dans le flux qui passe de l’objet documenté par la photographie à la création d’un bien symbolique, jusqu’à sa réception par un public, l’oeuvre de Jean-Luc Moulène montre avant tout les écarts.