LOUIS BLANC

corpus

source: ladepechefr
Il s’agit en fait d’un homme refermé sur lui-même, semblant buter contre l’exiguïté du cadre. Cet homme c’est Louis Blanc, 56 ans, ancien conducteur de travaux passé à la photo «sérieusement», depuis seulement 2010. Avec comme sujet lui-même, dans une série, «Corpus» qui frappe les regards par sa puissance et son exigence formelle.
La passion d’un autodidacte
«Je ne suis pas spécialement souple, affirme le photographe toulousain, et je n’ai jamais recherché la performance physique. J’utilise simplement les effets que permettent certaines optiques.»
Louis Blanc se plie mais ne rompt pas, se cachant derrière ses poings, transformant bras et jambes en inextricable forêt. On cite quelques références illustres, il affirme ne les avoir découvertes qu’après coup. «Complètement autodidacte», le photographe a affiné son regard en montrant des images sur les forums spécialisés, sur Internet. Il a aussi participé à des concours, dont celui du magazine «Réponses photo», qui lui a valu une exposition à Arles l’été dernier. «Ce que je fais, ce ne sont pas exactement des autoportraits. Je me suis photographié uniquement pour des raisons pratiques, au moins j’avais mon modèle sous la main. Le reste s’est fait à l’intuition, chez moi, avec un drap comme fond, le plus souvent en lumière naturelle. J’ai juste utilisé Photoshop pour repasse ce drap souvent fripé !»
Le résultat, cette architecture de muscles, ces yeux clairs qui semblent chercher une issue, Louis Blanc en a été le premier surpris, «d’une façon qui m’a dépassé, qui n’était pas calculée.» Il n’est pas le seul.
.
.
.
.
.
.
source: designcatwalk
When creativity pushes its boundaries further and further, the result we get is a glimpse of genius work, the more we come closer to a state of creative enlighting the more we get results like the following pictures.
As soon as I saw the protraits of the photographer Louis Blanc, I was impressed by his incredible interpretation of the human body. It is not easy to look at reality through the eyes of others, but photography, especially in this case, gives to us many suggestions of how the body is seen by artists.
Exaggerated dimensions and distorted perspectives attempt to transform the body perception through close-ups.