NARINDA REEDERS

The Shy Picture

source: narindareeders

A small photograph hangs on the gallery wall, quiet, unobtrusive and mysterious. As we approach, the figures in the picture appear to sense us coming, they take cover, running and hiding; sneaking back only when they feel it is safe. Custom software and motion sensing enables The Shy Picture to detect our movement, allowing the characters in the picture to assess the presence or absence of intruders. Combining Reeders and MacLeod’s photographic, video, and programming skills, The Shy Picture resembles an early black & white film still which comes to life, but refuses to disclose the plot.
.
.
.
.
.
.
source: malaxi

Voici un film calme et intimiste en noir et blanc, mais qui refuse de divulguer l’intrigue. J’ai découvert cette création avec jubilation et étrangement elle me renvoie vers une nouvelle que j’ai écris (Parue dans Nuits Off en 2009 ). Les personnages de l’histoire se révèlent être dans une peinture. Bien que le sujet soit fort classique depuis le portrait de Dorian Grey d’Oscar Wilde. Tout se passe cette fois comme si la problématique de la création avait en définitive sa propre existence. Ce qui est le cas souvent pour l’artiste face à sa production. Où devant l’oeuvre terminée. Narinda Reeders et David MacLeod’s donnent vie à cette petite photo accrochée au mur de la galerie. C’est calme, discret et mystérieux. C’est une dualité qui fonctionne pourtant dans les deux sens, celui de l’oeuvre vis à vis de l’artiste, celui de l’amateur d’art devant une oeuvre. Dans les deux cas il y a de l’intime qui ramène à la vie. Mais le réel lui n’en sort pas indemne.