Ke Jyun Wu

DigiScape – Forest
Lors de la réalisation de ce projet, je passe le plus de temps à gérer des visuels raisonnables et des idées innovantes pour l’image. Je veux prendre soin de chaque détail tel que l’atmosphère, la dynamique des fleurs et des plantes, le changement progressif du soleil et de l’ombre et l’effet du portail lumineux de transition de scène. Cela m’a coûté près d’un demi-mois pour l’éclairage, le réglage des couleurs et la composition. Ce qui se passe normalement, c’est que la partie la plus difficile d’un projet n’est pas de CONSTRUIRE l’environnement mais d’IDÉRER le concept innovant. En raison des progrès technologiques, le seuil technique deviendra de plus en plus bas. Nous devrions nous concentrer davantage sur l’idéation des concepts.

Rachel Rossin

Stalking the Trace
Stalking the Trace est une installation VR multi-spectateurs qui se déroule dans une série d’enceintes, renforcées par l’audio, l’éclairage et les projections pour créer une atmosphère immersive sensorielle dans la galerie. Rossin utilise le mouvement du spectateur à travers l’espace comme méthode pour interroger le désir humain de contrôle et d’agence, et la notion de temps avec le sujet humain en son centre.
.
Stalking the Trace is a multi viewer VR installation, takes place within a series of enclosures, heightened by audio, lighting and projections to create a sensory immersive atmosphere within the gallery. Rossin utilises the movement of the viewer through the space as a method to interrogate the human desire for control and agency, and the notion of time with the human subject at its centre.
.
Stalking the Trace – это многопользовательская VR-инсталляция, действие которой происходит в серии ограждений, усиленных звуком, освещением и проекциями для создания чувственной иммерсивной атмосферы в галерее. Россин использует движение зрителя в пространстве как метод исследования человеческого стремления к контролю и свободе действий, а также понятия времени с человеческим субъектом в его центре.

Howeler and Yoon Architecture

Swing Time

SWING TIME est un espace de jeux interactif composé de 20 balançoires en forme d’anneau lumineux. L’installation active un parc temporaire entre le Boston Convention and Exhibition Center et D Street pour créer un espace public expérimental. Fabrication sur mesure à partir de polypropylène soudé, les balançoires sont conçus en trois tailles différentes de sorte que les spectateurs peuvent participer, le but de l’exercice, est de jouer avec SWING TIME à titre individuel ou en groupe.L’éclairage LED au sein de la balançoire est contrôlé par un micro-contrôleur personnalisé, signalisant le niveau d’activité de la balançoire. Un accéléromètre interne mesure les forces d’accélération de l’oscillation. Lorsque les forces sont statiques et les fluctuations ne sont pas utilisés, ils émettent une lumière douce, blanche qui éclaire la zone. Lorsque les balançoires sont en mouvement, le micro-contrôleur allume la lumière du blanc au violet, en créant un effet lumineux coloré.

CHANG FUNJU & HAN CHENGYEH

Jungle du Vide
Bai Ailin_VOID JUNGLE est une performance audiovisuelle numérique qui se déroule dans une installation d’éclairage immersive. Les faisceaux lumineux entraînés par le son sont combinés dans une variété de structures lumineuses géométriques grâce à des calculs de programme, combinant le champ sonore numérique et des chants chuchotés écrits par le créateur de musique électronique Han Chengye, donnant au public l’impression d’entrer dans un monde froid et sans fin mais plein. de tension émotionnelle.

JOSEF SVOBODA

جوزيف سفوبودا
ЙОЗЕФА СВОБОДЫ
la traviata de verdi (Scenografia)
La technologie et la scénographie
Svoboda utilise les techniques de pointe en éclairage, en projection d’image et en mécanique de scène (scène cinétique) afin de s’affranchir des contraintes du lieu théâtral. La scène est pour Svoboda un instrument et un espace magique, lieu d’action de forces dramatiques, réelles, et non pas un espace illusionniste. La scénographie est une des disciplines de l’art théâtral, une composante de la mise en scène et un élément essentiel de la représentation. Elle doit donc d’être dynamique et se transformer dans le temps pour épouser l’action dramatique. La scénographie a un langage propre en tant que discipline à part entière. Svoboda apporte une contribution importante à ce langage par son travail sur la lumière et l’espace.
Lumière, matière et espace
Svoboda dit percevoir la lumière physiquement, et non pas simplement visuellement ; il trouve en elle l’inspiration pour son travail. Tout en reconnaissant son statut ” immatériel “, il la considère comme l’élément fondamental de la scénographie et la traite comme un matériau. D’abord formé en menuiserie, Svoboda affectionne particulièrement les matières brutes, notamment le bois. L’architecture représente pour lui, et ce dès son jeune âge, la somme des connaissances humaines. Formé en architecture d’intérieur, il s’intéresse à l’organisation de l’espace, à la rencontre scénique de l’architecture et du décor. Il privilégie les formes simples : la sphère, le cube et l’escalier. Svoboda croit que ” la mise en scène à l’italienne, bien qu’elle ne corresponde plus aux exigences des méthodes scénographiques actuelles, reste toujours la meilleure “.

Jean-François Brun, Dominique Pasqualini and Philippe Thomas

INFORMATION FICTION PUBLICITÉ (IFP)
De temps à autre

Le MAC/VAL donne à son tour un éclairage inédit sur IFP, en parfaite association avec les artistes, Jean-François Brun et Dominique Pasqualini et en misant sur une très forte documentation. Si l’exposition ne présente pas de nouvelles pièces – et pour cause, les activités de l’agence cessent en 1994 –, elle associe volontairement les deux protagonistes à son élaboration même, avec la volonté de réactiver, réactualiser, voire même «amplifier» certaines œuvres emblématiques comme les images de ciels nuageux, les bâches, les caissons lumineux ou autres plots, en plaçant le visiteur au centre du processus.