Simon Stimberg

Bathing Lightness
Bathing in Lightness est une installation lumineuse et sonore interactive qui semble animée par une entité essaim essayant d’explorer son monde intérieur et de communiquer avec l’extérieur. Composé de 52 ampoules à filament, il visualise le mouvement d’un essaim de particules entraîné par la présence du spectateur et sa propre envie intérieure. Les visiteurs peuvent interagir avec l’installation en se déplaçant devant elle tandis que leur mouvement est suivi par l’essaim et ainsi traduit en lumière et en son – visibles à l’intérieur du groupe d’ampoules et audibles via des haut-parleurs ou des écouteurs à proximité.

Rachel Rossin

Stalking the Trace
Stalking the Trace est une installation VR multi-spectateurs qui se déroule dans une série d’enceintes, renforcées par l’audio, l’éclairage et les projections pour créer une atmosphère immersive sensorielle dans la galerie. Rossin utilise le mouvement du spectateur à travers l’espace comme méthode pour interroger le désir humain de contrôle et d’agence, et la notion de temps avec le sujet humain en son centre.
.
Stalking the Trace is a multi viewer VR installation, takes place within a series of enclosures, heightened by audio, lighting and projections to create a sensory immersive atmosphere within the gallery. Rossin utilises the movement of the viewer through the space as a method to interrogate the human desire for control and agency, and the notion of time with the human subject at its centre.
.
Stalking the Trace – это многопользовательская VR-инсталляция, действие которой происходит в серии ограждений, усиленных звуком, освещением и проекциями для создания чувственной иммерсивной атмосферы в галерее. Россин использует движение зрителя в пространстве как метод исследования человеческого стремления к контролю и свободе действий, а также понятия времени с человеческим субъектом в его центре.

Howeler and Yoon Architecture

Swing Time

SWING TIME est un espace de jeux interactif composé de 20 balançoires en forme d’anneau lumineux. L’installation active un parc temporaire entre le Boston Convention and Exhibition Center et D Street pour créer un espace public expérimental. Fabrication sur mesure à partir de polypropylène soudé, les balançoires sont conçus en trois tailles différentes de sorte que les spectateurs peuvent participer, le but de l’exercice, est de jouer avec SWING TIME à titre individuel ou en groupe.L’éclairage LED au sein de la balançoire est contrôlé par un micro-contrôleur personnalisé, signalisant le niveau d’activité de la balançoire. Un accéléromètre interne mesure les forces d’accélération de l’oscillation. Lorsque les forces sont statiques et les fluctuations ne sont pas utilisés, ils émettent une lumière douce, blanche qui éclaire la zone. Lorsque les balançoires sont en mouvement, le micro-contrôleur allume la lumière du blanc au violet, en créant un effet lumineux coloré.

DIRK KOY & BILD UND BEWEGUNG

Espace aérien
En 2016, Dirk Koy a fondé le studio de motion design et de film expérimental «Dirk Koy Bild und Bewegung». Dans son travail, il utilise différentes technologies (drones / animation 2D et 3D / photogrammétrie / AR / VR) pour créer des images numériques en mouvement. Il explore l’interface entre réalité et virtualité et recherche également la composante picturale dans le contexte numérique. L’expérience joue un rôle central.

Collectif Scale

Flux
“Avec Flux, nous proposons une nouveau dispositif imaginé pour le Cloître des Récollets de l’Hôtel de Région Grand Est à Metz et dans le cadre du festival Constellations. Flux est composé de 48 lignes de lumière dynamique de 1,5 m de long, espacées de 40 cm, motorisées et commandées en temps réel. La multiplication formelle de ces lignes couplée avec des micros variations de phases, de délais temporels, de vitesses et d’amplitudes nous permet de sculpter un un objet de 20m de long, vivant et évoluant avec un mouvement de va et vient cyclique.” Collectif Scale

Snarkitecture

스나 키테
蛇纹石
אדריכלות נחשים
Sway
Commandée pour la galerie Intersect par Lexus, Sway est une installation participative composée de 150 sphères blanches montées sur des poteaux se balançant doucement et disposés dans deux champs précis. Entourés de miroirs, les plans du sol et du plafond sont réfléchis pour former une enceinte parabolique infinie. En réponse directe au mouvement humain et au toucher, chaque sphère légèrement éclairée révèle un changement de teinte et d’intensité.

THOMAS HEATHERWICK

托马斯·赫斯维克
トーマス·ヘザーウィック
ТОМАС ХЕЗЕРВИК
Rolling Bridge
Le rolling bridge à la particularité de s’enrouler sur lui-même pour concilier à la fois la navigation fluviale du bassin Paddington et la sortie du magasin Marks & Spencer. L’objectif était de faire du mouvement, l’aspect extraordinaire du pont. Un pont roulant qui s’ouvre lentement et en douceur jusqu’à ce qu’il se transforme d’un pont droit classique, en une sculpture circulaire qui se trouve sur la rive du canal.

REJANE CANTONI & LEONARDO CRESCENTI

Túnel
«Tunnel» est une sculpture cinétique, immersive et interactive, composée de 92 portiques qui se désordonnent en fonction de la position et de la masse corporelle de l’interacteur. De nombreux utilisateurs peuvent simultanément entrer et interagir avec la machine. Les interacteurs agissent sur la machine par leur position et leur poids. Un exemple d’interaction est: vous entrez dans le «Tunnel» et vous vous tenez près de l’un des murs latéraux. Dans ce cas, la position relative et la force gravitationnelle de votre corps provoquent des variations de hauteur du sol. Le sol s’incline jusqu’à 5 °, les portiques associés tournent progressivement dans la direction et l’angle correspondants, ce qui propage des mouvements ondulatoires dans toute l’installation. Pour l’observateur extérieur, le mouvement interne ou votre déplacement par rapport à l’installation produit des effets optiques cinétiques.

mourad merzouki

Vertikal
“Pour cette nouvelle création, je désire aborder un nouvel espace, celui de la verticalité. À travers un dispositif proposé par la compagnie Retouramont et Benjamin Lebreton, et accompagné d’une dizaine de danseurs au plateau je me confronterai à un environnement où le mouvement se joue de la gravité.”more

NICOLAS SCHÖFFER

ニコラ·シェフェール

Cet intérêt pour le dynamisme artistique a été initié par les cubo-futuristes puis intensifié et solidifié par les artistes constructivistes, tels que Naum Gabo, Anton Pevsner, Laszlo Moholy-Nagy et Ludwig Hirschfeld-Mack, soucieux d’ouvrir les trois statiques. -Forme sculpturale dimensionnelle à une quatrième dimension du temps et du mouvement. Et c’était aussi l’intention de Schöffer. En 1948, il a commencé à explorer la spatio-dynamique, plus tard en 1957 la luminodynamique (en intégrant la lumière, la musique, le film), et depuis 1959 l’élément du temps aboutissant aux travaux cinétiques (chronodynamique). Schöffer cependant, venant bien après, a bénéficié des théories cybernétiques (théories des systèmes de rétroaction principalement basées sur les idées de Norbert Wiener) en ce qu’elles lui suggéraient des processus artistiques en termes d’organisation du système qui le manifestait (par exemple, la causalité circulaire de boucles de rétroaction). Pour Schöffer, cela a permis à la cybernétique d’élucider des relations artistiques complexes à partir de l’œuvre elle-même.