Reynald Drouhin

GridFlow

«GridFlow» rassemble des images d’articles dont les flux RSS sont enregistrés sous forme de mosaïque. Ainsi, le projet montre une fraction de temps sans début ni fin comme un rhizome, et révèle l’esprit des temps («Zeitgeist») à travers l’accumulation ou la répétition d’éléments phares de ces jours sur le web.

web work

Damien Jalet and Kohei Nawa

Vessel
les corps se rassemblent alors pour former les vaisseaux de naissance. Avec un mélange de jambes et de bras, la forme des danseurs crée des roches comme des entités vaginales, d’où émergent de nouvelles créatures. C’est une scène de prison. Il est intelligent et vient clairement d’esprits exceptionnellement créatifs.

Samara Golden

“The Flat Side of the Knife”combine des espaces physiques avec des espaces illusoires qui n’apparaissent que dans des miroirs, reflétant ce que l’artiste appelle des «couches de conscience», semblables aux espaces psychologiques et psychédéliques de l’esprit. Son utilisation de miroirs en conjonction avec des éléments sculpturaux fabriqués à partir d’un panneau isolant argenté, connu sous le nom de Rmax ou Thermax, permet à l’isolant d’espace de s’étendre dans de multiples directions; créer une profondeur imaginaire sous le sol de la galerie, par exemple, ou suggérer des pièces adjacentes qui n’existent pas réellement.

PASCAL DUPONT

Une sélection des jolies photographies surréalistes de l’artiste français Cal Redback, basé à Paris, qui explore les relations entre nature et individu, mais aussi la fragilité du corps humain et de l’esprit à travers des compositions et des montages poétiques.

Philipp Artus

FLORA
L’animation dans FLORA est générée par des ondes sinusoïdales superposées qui traversent une chaîne de lignes. Ce principe d’onde apparaît souvent dans la nature lorsque l’énergie est transmise à travers un milieu comme l’eau, l’air ou simplement une corde. Elle peut également être observée dans la locomotion des animaux et des êtres humains, dans laquelle l’énergie cinétique est transmise successivement par les articulations.
L’algorithme FLORA de est basé sur la découverte qu’un simple système de lignes rotatives peut créer des variations infinies de formes abstraites – allant des lignes courbes harmonieuses aux motifs énervés et chaotiques. L’esthétique qui en résulte associe une précision de calcul à un aspect ludique organique et a tendance à déclencher diverses associations dans l’esprit du spectateur.

FILE FESTIVAL

gif

CHANTAL MICHEL

Pour Chantal Michel, les sujets et les objets ne sont pas des catégories définies, l’un peut être pris pour l’autre et inversement. L’humain peut être une marchandise, comme les choses peuvent prendre des traits anthropomorphes. La photographe fait office de médium dans une sorte de royaume intermédiaire, où elle incarne un ange (protecteur), un esprit (frappeur), voire même un (non-)être. Elle a un flair prononcé pour ces détails qui évoquent le passé comme les moquettes, les lampes ou les tapisseries qui, malgré leur caractère ordinaire, laissent un goût d’étrangeté

Candida Powell-Williams

L’esprit de l’escalier

Violet Dennison

MUMBO JUMBO
En utilisant des matériaux de son environnement urbain, y compris du béton et des tasses à café, Violet Dennison crée des sculptures qui répondent aux conditions de travail modernes. Alors que ses sculptures abordent les conditions de travail terne avec esprit et parfois avec un ton moqueur, elle rejette des termes comme la satire comme trop restrictifs, déclarant qu’elle veut «que l’art soit plus ouvert que cela». Ses dernières séries d’œuvres évocatrices proviennent de chaises de bureau trouvées, qu’elle a démontées et re-combinées avec des arrangements fantaisistes composés de matériaux industriels quotidiens tels que les barres d’armature.

richard tuttle

Таттл, Ричард
理查德·塔特尔
리처드 터틀
ריצ’רד טאטל
リチャード・タトル
I Don’t Know
Richard Tuttle emploie magistralement différents matériaux pour élaborer un lexique personnel où le carton, le métal, le bois, le papier ou le textile deviennent comme les mots d’un poème ou les notes d’une partition. Ses sculptures se caractérisent également par l’absence de référence ou d’interprétation. “Faire une chose qui ne ressemble qu’à elle même, c’est là le problème, c’est là la solution. Faire quelque chose qui soit son propre dénouement, sa propre justification, cela ressemble au rêve. Il n’y a là aucun paradoxe, car ceci n’est qu’un adieu au réel. Nous n’avons pas d’esprit, nous n’avons que son rêve d’existence, un rêve de substance quand il y en a une”.

RAYMOND QUENEAU

雷蒙格诺
レイモン·クノー
רמונד קנה
Раймонд Кено
OULIPO
Cent mille Milliards de poèmes
Since its arrival (the Oulipo), the rules of the group were set out as follows: “We define potential literature as the search for new forms and structures that can be used by writers in the way they will most like.” “Potential” refers to something that exists in power in literature, that is, that is found within language and that has not necessarily been explored. The favorite tool for study and production is the contrainte, an arbitrary formal restriction that can create new procedures, new forms and literary structures that can generate poems, novels, texts. Over the years, dozens of different contraintes have been explored, from those somehow related to the riddle, such as the palindrome, the acrostic, the lipogram, of which the playful aspect has certainly not been underestimated, with forms more directly related to the codes of exact sciences, such as combinatorial calculus, set theory or graph theory. Among the numerous definitions of the Oulipo provided by the members themselves, one is very elegant and significant: “An Oulipiano is a mouse that builds the labyrinth from which it is proposed to come out later”. Queneau often explained that some of his works might seem simple pastimes, simple jeux d’esprit (mind games), but he remembered that topology or number theory also arose, at least in part, from what was once called “funny mathematics“.

JUNG-YEON MIN

Јунг-Јеон Мин
郑妍敏
JUNG-YEON MIN VIENT DE CORÉE DU SUD, MAIS MAINTENANT ELLE VIT ET TRAVAILLE À PARIS. ELLE A BEAUCOUP D’OEUVRES INVENTIVES ET SES SUPER IMAGINATIVES ONT L’ESPRIT QU’ILS POURRAIENT ÊTRE INDUITES AUX DROGUES. LES GENS SONT DANS LEURS RÊVES, DANS UN MONDE SURRÉEL. IL Y A UN MÉLANGE DE RÉALISTE ET D’EXTRAORDINAIRE; LE MICRO ET LA MACRO, LE MONDE QUE NOUS CONNAISSONS ET LE VIRTUEL. IL N’Y A PAS LE TEMPS.

Jofroi Amaral

Esprit Nouveau n°9

PETER FISCHLI AND DAVID WEISS

ПЕТЕР ФИШЛИ И ДЭВИД ВАЙС
ピーター·フィッシュリ·ヴァイス
彼得菲施利大卫韦斯
Equilibres / Quiet Afternoon
Peter Fischli (né en 1952 à Zurich) et David Weiss (né en 1946 à Zurich) produisent depuis les années 80 un œuvre protéiforme largement récompensée (Lion d’Or de la Biennale de Venise 2003). Le duo utilise de nombreux supports: installations, sculptures, photographies, vidéos… Entre humour et légèreté, métaphysique et ironie, le travail des deux artistes questionne avec distance le monde, s’interroge sur la difficulté à donner un sens à l’existence humaine. Leur art se situe dans la lignée de l’esprit dada en créant de légers décalages, des détournements propres à révéler la dimension incongrue et poétique du réel. Se jouant de l’attente du spectateur, ils interrogent les conventions de l’art en associant les références à la culture savante et à la culture populaire.
“Est-ce qu’il est possible de vivre sans le moindre doute, en ayant pourtant la possibilité de savoir quelque chose qui soit pertinent en ce qui concerne la vie ? ”