OLIVIER RATSI

Perspective du cadre
Mesurant 30m x 30m x 2,4m et doté de lumières LED et de 8 canaux audio, Frame Perspective transforme un espace caverneux à la Maison de la Région. A des dates précises tout au long du festival Constellations, Ratsi a préparé un programme lumière dans l’espace, accompagné d’une composition sonore interprétée par Thomas Vaquié (voir le programme du festival pour plus de détails). Frame Perspective poursuit l’interrogation de Ratsi sur la réalité à travers la création d’espaces exploratoires et périphériques. Les formes répétitives de l’installation créent de nouvelles dimensions dans la Maison de la Région, interrompant les lignes de l’architecture. Pendant ce temps, la composition des lumières et des sons en interaction perturbe les textures sonores et visuelles de l’espace et résonne avec le visiteur sur des fréquences inexplorées. L’effet est de plonger le visiteur dans un environnement fluctuant qui relie les technologies numériques aux espaces physiques et soulève des questions sur la façon dont la réalité est construite et vécue dans les domaines numérique, physique et autres.

Damien Jalet and Kohei Nawa

Vessel
les corps se rassemblent alors pour former les vaisseaux de naissance. Avec un mélange de jambes et de bras, la forme des danseurs crée des roches comme des entités vaginales, d’où émergent de nouvelles créatures. C’est une scène de prison. Il est intelligent et vient clairement d’esprits exceptionnellement créatifs.

RUUD VAN EMPEL

루드 반 엠펠
Рууд ван Эмпель

La méthode de travail de Van Empel est complexe. Il photographie 4 ou 5 modèles professionnels dans son atelier, et réalise de nombreuses séries de photos détaillées de feuilles, fleurs, plantes et animaux. Après avoir rassemblé des centaines d’images dans une base de données, il sélectionne les images avec lesquelles il peut obtenir les meilleurs résultats. Les modèles sont mélangés dans le programme Photoshop, les vêtements sont photographiés séparément sur un mannequin de tailleur. De cette manière, il crée de nouvelles images principalement d’enfants, en noir ou blanc,dans un paradisque environment.

J. MAYER H.

于爾根·邁爾
يورغن ماير
위르겐 마이어
יורגן מאייר
ユルゲン・マイヤー
Юрген Майер
RAPPORT Structures spatiales expérimentales
MAYER H. Architects travaille sur les interfaces entre l’architecture, la conception de la communication et les nouvelles technologies. L’utilisation de médias interactifs et de matériaux réactifs joue un rôle central dans la production de l’espace. En équipes coopératives, des installations au design urbain en passant par les concours internationaux, une recherche spatiale multidisciplinaire sur la relation entre le corps, la nature et la technologie est développée et mise en œuvre

SUSANA SOARES

Life Support
Les abeilles sont entraînées en utilisant le réflexe de Pavlov pour cibler une odeur spécifique et leur plage de détection comprend les phéromones, les toxines et le diagnostic des maladies. Non seulement ils peuvent parcourir de grandes distances à la recherche de ce que vous voulez qu’ils reniflent, mais cela ne prend que quelques minutes pour les entraîner, contrairement aux chiens dont la formation peut durer jusqu’à un an. Leur comportement peut être conditionné par des récompenses telles que l’eau sucrée. Ils sont placés dans des récipients en forme de paille et conçus pour sentir une combinaison, disons de sucre, avec de minuscules résidus de TNT. C’est tout! Le sens aigu de l’odorat des abeilles associera alors l’odeur des explosifs à la nourriture. Dans son projet BEE’S, Susana utiliserait les insectes comme biocapteurs, exploitant leur odorat extroadinaire pour détecter des maladies telles que le cancer du poumon, le cancer de la peau et la tuberculose. En outre, ils pouvaient repérer le problème très tôt bien mieux que les machines. Ils pourraient même détecter si une femme est enceinte, ce que je trouve beaucoup plus attrayant et élégant que la méthode habituelle qui consiste à faire pipi sur un morceau de plastique.La créatrice a visité la London Beekeepers Association et a utilisé du chewing-gum dans ses tests avec les abeilles. Elle a ensuite localisé un maître verrier et fait souffler des objets en verre. Les gens respiraient dans les outils de diagnostic en verre où les abeilles sont gardées pendant la courte période de temps nécessaire pour leur permettre de détecter les cycles généraux de santé et de fertilité. Pour éviter que la bouche n’entre en contact avec l’insecte, il existe deux sphères différentes, l’odeur de l’abeille étant suffisamment forte pour renifler ce que vous respirez à travers le verre. Bess se précipiterait dans les tubes qui mènent plus près de la respiration quand ils détectaient une maladie qu’ils associent à la nourriture. Dans son scénario, les gens recevraient des abeilles entraînées par la poste (rien de rare ici apparemment), procéderaient au test respiratoire que de libérer les abeilles.BEE’S explore comment nous pourrions cohabiter avec les systèmes biologiques naturels et utiliser leur potentiel pour augmenter nos capacités de perception. . Nous avons toujours coexisté avec ces systèmes, mais leur potentiel était inconnu. Ce projet est basé sur des recherches en cours qui ont fourni les connaissances nécessaires pour permettre de nouvelles interactions. L’objectif de ce projet est de développer des relations de collaboration entre la recherche scientifique et technologique, les apiculteurs et le design, entre autres, traduisant le résultat en systèmes et objets que les gens peuvent comprendre et utiliser, engendrant des ajustements significatifs.

Jean-François Brun, Dominique Pasqualini and Philippe Thomas

INFORMATION FICTION PUBLICITÉ (IFP)
De temps à autre

Le MAC/VAL donne à son tour un éclairage inédit sur IFP, en parfaite association avec les artistes, Jean-François Brun et Dominique Pasqualini et en misant sur une très forte documentation. Si l’exposition ne présente pas de nouvelles pièces – et pour cause, les activités de l’agence cessent en 1994 –, elle associe volontairement les deux protagonistes à son élaboration même, avec la volonté de réactiver, réactualiser, voire même «amplifier» certaines œuvres emblématiques comme les images de ciels nuageux, les bâches, les caissons lumineux ou autres plots, en plaçant le visiteur au centre du processus.

julie legrand

Au centre des luttes, des désirs souterrains, des pulsions de vie d’un corps. Se trouver au sein d’un volcan. S’introduire dans l’univers de Julie Legrand, dans lequel les oppositions ne se contrarient pas, mais correspondent à une recherche permanente de nouvelles complémentarités entre matières, structures, agencements et couleurs, comme la naissance de nouveaux possibles.

Susanna Fritscher

Souffle
Connue pour ses interventions « minimales », discrètes et aériennes qui s’inscrivent en dialogue avec l’architecture, l’artiste d’origine autrichienne propose au Frac Franche-Comté une série de nouvelles œuvres produites pour l’occasion : Installations, pièces sonores, sculptures et dessins révèlent une œuvre sensible jouant de la transparence, de la couleur et de la lumière.more

Silvio Zangarini

Stairs
J’ai un diplôme en arpentage et j’ai étudié l’esthétique et la philosophie à l’Université. Franco Vaccari est mon mentor intellectuel et sa théorie de l’inconscience technologique mon credo. Je recherche ce que je suis inconsciemment incapable de voir dans la réalité, tout comme chez moi. Je parle avec mon appareil photo car il exprime un langage plus complexe. Chaque photographie révèle quelque chose que je ne savais pas. Chaque image est une révélation et révèle une nouvelle perspective. Je suis intrigué par ces épiphanies et je les recherche en jouant avec les déformations photographiques. Je dialogue avec de nouvelles réalités, de nouveaux sujets, et change constamment de position d’interlocuteur. La dialectique est rafraîchie chaque fois que quelqu’un regarde mes créations. L’épiphanie se reproduit et je vois quelque chose dans l’image dont je n’étais pas au courant. Mon travail est herméneutique, ambigu, ouvert. Je ne crois pas à l’immédiateté photographique. Il n’y a rien de stable dans la réalité et mon appareil photo a l’intention de capturer cette condition. Mes distorsions anamorphiques reflètent mon besoin existentiel de révélations. Ils m’offrent un moyen de regarder le royaume différemment. La photographie révèle de nouvelles perspectives, de nouveaux lieux, ouvrant des circonstances inattendues et révélant des personnalités inconnues. Les perspectives ouvrent des dialogues. Les dialogues posent des questions. Et j’explore leur complexité intrigante.