STUDIO THEGREENEYL

Table de Chuchotement
Quatre festivités uniques célébrées par des personnes de cultures distinctes sont rassemblées dans une scène archétypique de la congrégation. Les visiteurs qui s’approchent d’une table ronde remplie de plats vides découvrent que ceux-ci racontent en fait des histoires personnelles sur la signification symbolique de la nourriture et des rituels. Écrites par un écrivain, ces histoires sont basées sur des interviews et des recherches menées pour cette pièce. Le contenu change en fonction des positions des plats et de leur distance par rapport aux autres. Similitudes et particularités des différentes cérémonies culinaires explorées de manière ludique et divertissante. En changeant les constellations de table, les visiteurs révèlent de plus en plus d’histoires et s’intègrent à un spectacle participatif.

Bill Vorn & Louis-Philippe Demers

루이 필립 멀스
Луи-Филипп Демерс
Inferno

“Inferno” est un projet de performance robotique inspiré par la représentation des différents “niveaux de l’enfer”, la particularité de ce projet réside dans le fait que les différentes machines faisant partie du spectacle seront installées sur le corps même des spectateurs.

THOMAS HEATHERWICK

托马斯·赫斯维克
トーマス·ヘザーウィック
ТОМАС ХЕЗЕРВИК
Rolling Bridge
Le rolling bridge à la particularité de s’enrouler sur lui-même pour concilier à la fois la navigation fluviale du bassin Paddington et la sortie du magasin Marks & Spencer. L’objectif était de faire du mouvement, l’aspect extraordinaire du pont. Un pont roulant qui s’ouvre lentement et en douceur jusqu’à ce qu’il se transforme d’un pont droit classique, en une sculpture circulaire qui se trouve sur la rive du canal.

marion brusley

L’équilibre des forces
Le travail de Marion Brusley explore et interroge différentes particularités de notre société (la normalisation, la productivité, l’utilité, les valeurs de réussite ou encore d’échec…), à travers la réalisation, l’archivage ou le détournement d’objets et d’activités empruntés à divers champs de la vie quotidienne. Les objets ou situations présentés apparaissent pour la plupart noueux, incongrus ou mis sous tension.

Eliane Radigue

Islas resonantes

c’est un des apanages de la musique minimaliste basée sur des sons longuement tenus, lorsqu’elle est conçue de manière adéquate et irriguée par une réelle inspiration, que d’être susceptible de plonger l’auditeur dans un état second, une sorte de rêve éveillé qui décuple paradoxalement l’acuité de son écoute et lui permet de percevoir les détails les plus infimes et les nuances les plus subtiles de ce qui lui est donné à entendre. c’est à une aventure de ce type que nous convie éliane radigue avec « l’île re-sonante », jusqu’à des confins poétiques qui n’appartiennent qu’à son univers musical.

si cette pièce a été composée pour être écoutée d’une traite et qu’aucun effet de rupture n’y est brutalement marqué, elle offre cependant la particularité d’être constituée d’une succession de séquences qui crée une sorte d’architecture impalpable aux proportions harmonieusement établies. c’est bien d’une oeuvre musicale au sens que l’on donne habituellement à ce terme en occident qu’il s’agit, et non d’un simple environnement sonore à caractère plus ou moins expérimental.

JAKOB + MACFARLANE+ ELECTRONIC SHADOW

FRAC centre

EN 2006, le Frac Centre d’Orléans lance un grand concours international d’architecture pour imaginer et construire le bâtiment qui devrait héberger ses expositions temporaires dont Archilab et sa collection permanente d’art et d’architecture, l’une des plus importantes au monde en ce qui concerne l’architecture contemporaine. Le concours comportait cette particularité d’associer une équipe d’architectes à un artiste, une première. Au terme de ce concours, la paire Jakob MacFarlane + Electronic Shadow est lauréate avec son projet de Turbulences et sa peau lumineuse interactive intégrée à l’architecture.
Sept ans plus tard, le bâtiment est sorti de terre et s’ouvre enfin au public.
L’oeuvre intégrée au bâtiment en dessine les contours par la lumière et évolue au gré des informations qu’elle collecte sur les réseaux, conditions climatiques, saisons, vitesse du vent, autant de paramètres qui influencent le comportement de la peau de lumière.