YING GAO

Eau qui coule
Ce projet s’inspire du roman du neurologue Oliver Sacks, L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau, dans lequel il raconte l’histoire de Jimmie G, un ancien marin de 49 ans convaincu d’avoir 19 ans depuis qu’il a quitté la Marine. Choqué par son propre reflet lorsque Sacks lui tend un miroir, Jimmie revient à lui-même de 19 ans dès que son regard quitte la surface réfléchissante. Ayant perdu tout sens de la continuité temporelle, Jimmie vit prisonnier de cet instant unique et perpétuel, oscillant entre une présence au monde et une présence à soi. Tout comme Jimmie G, les vêtements évoluent entre deux états et affichent une perpétuelle métamorphose au fur et à mesure qu’ils réagissent au spectre chromatique. Ce voyage entre états opposés – de l’immobilité au mouvement – ​​ne fonctionne pas comme une dichotomie

DAAN BRINKMANN

Instrument de peau
File Festival
Skinstrument est un instrument de musique qui peut être joué par deux joueurs. Au moyen d’un petit courant imperceptible, les joueurs font partie d’un circuit. Lorsque les joueurs se touchent sur la peau, ce circuit commence à générer du son. L’intensité du toucher détermine la fréquence du son.

Fleuryfontaine

Contraindre
Nous sommes tous et toutes prisonniers et prisonnières d’une nationalité, d’une condition sociale, d’un genre, d’une couleur de peau, auxquels la police et la répression d’État nous force à nous résigner. Ce film raconte comment souffrent les corps, sous les coups, la contrainte et l’humiliation. Le personnage de ce film parle de la répression policière en France, la place qu’il tient dans la société et ses efforts pour y échapper. Ses mouvements sont ceux de danseuses captées numériquement et réinterprétant des scènes d’agressions policières. Mis en regard avec la notion militaire de “théâtre d’opération”, et sans jamais que les agresseurs n’apparaissent à l’écran, cet ensemble mouvant édifie un portrait aux visages multiples, dont la souffrance est la somme de toutes les violences perpétrées par l’état français et sa police.

JOHN GERRARD

Drapeau occidental
Des traînées de fumée forment un drapeau noir en constante évolution dans cette séquence vidéo créée par l’artiste irlandais John Gerrard pour mettre en évidence la menace posée par l’augmentation des niveaux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère terrestre.

FRANCOISE GAMMA

Un corps numérique se heurte et explose dans l’envie de devenir visible. Un être dont la peau a absorbé les hallucinations d’un dernier voyage psychédélique, vous regarde avec des yeux étranges, et participe à un événement singulier, indescriptible, mais séduisant…
gif

SUSANA SOARES

Life Support
Les abeilles sont entraînées en utilisant le réflexe de Pavlov pour cibler une odeur spécifique et leur plage de détection comprend les phéromones, les toxines et le diagnostic des maladies. Non seulement ils peuvent parcourir de grandes distances à la recherche de ce que vous voulez qu’ils reniflent, mais cela ne prend que quelques minutes pour les entraîner, contrairement aux chiens dont la formation peut durer jusqu’à un an. Leur comportement peut être conditionné par des récompenses telles que l’eau sucrée. Ils sont placés dans des récipients en forme de paille et conçus pour sentir une combinaison, disons de sucre, avec de minuscules résidus de TNT. C’est tout! Le sens aigu de l’odorat des abeilles associera alors l’odeur des explosifs à la nourriture. Dans son projet BEE’S, Susana utiliserait les insectes comme biocapteurs, exploitant leur odorat extroadinaire pour détecter des maladies telles que le cancer du poumon, le cancer de la peau et la tuberculose. En outre, ils pouvaient repérer le problème très tôt bien mieux que les machines. Ils pourraient même détecter si une femme est enceinte, ce que je trouve beaucoup plus attrayant et élégant que la méthode habituelle qui consiste à faire pipi sur un morceau de plastique.La créatrice a visité la London Beekeepers Association et a utilisé du chewing-gum dans ses tests avec les abeilles. Elle a ensuite localisé un maître verrier et fait souffler des objets en verre. Les gens respiraient dans les outils de diagnostic en verre où les abeilles sont gardées pendant la courte période de temps nécessaire pour leur permettre de détecter les cycles généraux de santé et de fertilité. Pour éviter que la bouche n’entre en contact avec l’insecte, il existe deux sphères différentes, l’odeur de l’abeille étant suffisamment forte pour renifler ce que vous respirez à travers le verre. Bess se précipiterait dans les tubes qui mènent plus près de la respiration quand ils détectaient une maladie qu’ils associent à la nourriture. Dans son scénario, les gens recevraient des abeilles entraînées par la poste (rien de rare ici apparemment), procéderaient au test respiratoire que de libérer les abeilles.BEE’S explore comment nous pourrions cohabiter avec les systèmes biologiques naturels et utiliser leur potentiel pour augmenter nos capacités de perception. . Nous avons toujours coexisté avec ces systèmes, mais leur potentiel était inconnu. Ce projet est basé sur des recherches en cours qui ont fourni les connaissances nécessaires pour permettre de nouvelles interactions. L’objectif de ce projet est de développer des relations de collaboration entre la recherche scientifique et technologique, les apiculteurs et le design, entre autres, traduisant le résultat en systèmes et objets que les gens peuvent comprendre et utiliser, engendrant des ajustements significatifs.

KOTO BOLOFO

Sous la peau
Koto Bolofo nació en Sudáfrica en 1959 y se crió en Gran Bretaña. Bolofo ha fotografiado y ha hecho cortometrajes para revistas como Vogue, Vanity Fair y GQ. Ha creado campañas publicitarias para compañías como Hermès, Louis Vuitton y Dom Pérignon. Bolofo vive en la Vendée, Francia.

MONA LUISON

Je Grandis enfantin
via highlike submit

“Mes créations sont réalisées à partir de matériaux issus de notre environnement quotidien et de techniques artisanales. Peluches, vêtements usagés, capsules de café, bouteilles d’eau, boîtes de conserve… Elles sont tissées, découpées,cousues… Un flux de matériaux hétéroclites assemblés pour parler du monde tel qu’il est. Comme des peaux sursignifiantes, inondées et innervées de signes. Mes sculptures associent notre anatomie aux catastrophes naturelles, à la guerre, aux grandes dates de l’histoire…”

TAE GON KIM

تاي غون كيم
Robes de mémoire

Amant imaginaire
L’œuvre éthérée de Tae Gon Kim, Dresses of Memory, façonne des centaines de brins de fibre optique sous la forme de quatre robes magnifiques et extravagantes. Suspendues dans l’obscurité, les robes apparaissent comme des apparitions, scintillantes des royaumes de la fantaisie. Lentement, la fibre optique illuminée de chaque robe change de couleur, symbolisant son histoire et sa transformation au fil du temps.En créant l’œuvre, l’artiste s’est inspirée de l’écriture du théoricien et philosophe littéraire français Roland Barthes. Dans sa publication de 1978 A Lover’s Discourse: Fragments, Barthes écrivait: «Je veux être un, je veux que ce soit comme si nous étions unis, enfermés dans le même sac de peau, les vêtements étant l’enveloppe lisse du matériau fusionnant qui est en fait mon amant imaginaire.
Tae Gon Kim a interprété ce texte en créant des œuvres qui reflètent également sa propre fascination pour les relations et l’amour. Il veut que les robes amènent le spectateur à imaginer «que nous devenons les gens que nous aimons». En projetant des images sur les robes, il invite le spectateur à l’intérieur, «comme si nous portions nos désirs». Les différentes images racontent également l’histoire et en constante évolution de chaque robe.

Goetz Schrader

Peau d’Orange
Soft sculptures

Goetz Schrader

PEAU D’ORANGE
SOFT SCULPTURES

Goetz Schrader

PEAU D’ORANGE
SOFT SCULPTURES

Ann Veronica Janssens

Chapeau

Goetz Schrader

Peau d’Orange
Soft sculptures

VALÉRIE LAMONTAGNE

peau d’ane
For Montreal-based designer Valerie Lamontagne, the spark of creativity can come from the most unlikely of sources. In the case of her climate-reactive dresses, Lamontagne found inspiration in “Peau d’Âne,” a French fairy tale that begins with a king’s vow to remarry only when he finds a woman who equals his late queen’s beauty and virtue. Pressed to find a new wife, he concludes that his daughter alone qualifies. (Quel scandale!) The princess delays the wedding by demanding impossible prenuptial gifts, including three dresses made from moonbeams, sunlight, and the sky. Lamontagne recreates these fantastic gowns but with a high-tech twist: Each dress reacts—in real time—to changing weather conditions.

JAKOB + MACFARLANE+ ELECTRONIC SHADOW

FRAC centre

EN 2006, le Frac Centre d’Orléans lance un grand concours international d’architecture pour imaginer et construire le bâtiment qui devrait héberger ses expositions temporaires dont Archilab et sa collection permanente d’art et d’architecture, l’une des plus importantes au monde en ce qui concerne l’architecture contemporaine. Le concours comportait cette particularité d’associer une équipe d’architectes à un artiste, une première. Au terme de ce concours, la paire Jakob MacFarlane + Electronic Shadow est lauréate avec son projet de Turbulences et sa peau lumineuse interactive intégrée à l’architecture.
Sept ans plus tard, le bâtiment est sorti de terre et s’ouvre enfin au public.
L’oeuvre intégrée au bâtiment en dessine les contours par la lumière et évolue au gré des informations qu’elle collecte sur les réseaux, conditions climatiques, saisons, vitesse du vent, autant de paramètres qui influencent le comportement de la peau de lumière.

GIUSEPPE GALLO

Tableau Drapeau