CÉCILE BEAU

Artothèque de Caen

source: cnapfr

Pour la troisième année consécutive, l’Artothèque de Caen participe au festival ]interstice[, festival international intermédia. Dans ce cadre est proposée une installation sonore de Cécile Beau.

installation sonore. une maquette architecturale transparente, sorte de raffinerie miniature, est composée de verreries de chimie. Des sonorités aléatoires et un streaming (son en direct sur internet) diffusant des sons de flux urbains se relaient à l’intérieur via des systèmes d’émission et de captation sonores afin de créer une circulation. leur passage à travers les différents modules en verre filtre lentement le son, l’arrondit, le remodèle, jusqu’à perte de sa texture première, évoquant ainsi une distillerie sonore.

“les travaux de Cécile beau s’offrent moins sur le mode du spectacle, lequel serait travaillé de l’intérieur par une dramaturgie et des effets de décor, que sur celui de l’expérience, définie comme mise à l’épreuve personnelle d’une chose, d’une matière, d’une structure ou d’un phénomène… si la contemplation est incroyablement multiple dans ses formes et ses occurrences, elle nécessite presque toujours la lenteur et la disponibilité du corps. elle opère une mise en oscillation de l’intériorité et de l’extériorité. le bruissement confus des idées, des souvenirs et des désirs entre en contact avec les présences et les dispositifs sensoriels des objets et des phénomènes sensibles.”
Emile Soulier
.
.
.
.
.
.
.
.
source: frac-centrefr

L’exposition de cette jeune artiste s’articule autour de l’œuvre, C=1/√ρχ, 2008, récemment acquise par le FRAC Centre. Cette installation à mi-chemin entre maquette d’architecture et sculpture acoustique tire son nom d’une formule permettant de calculer la vitesse de propagation d’une onde sonore dans un fluide. L’œuvre est composée de verreries de chimie assemblées sur une table. Des sonorités passent à travers les différents modules en verre qui filtrent lentement le son, l’arrondissent, le remodèlent, jusqu’à lui faire perdre sa texture première, évoquant ainsi une distillerie.