Chloé Moglia

Aléas

Chloe Moglia   Aleas

source: cirquenexon

La trapéziste Chloé Moglia suspend nos certitudes. Bien sûr, évoluer au-dessus de nos têtes, sans filet, incite à méditer sur la prise de risque de nos existences. N’est-ce pas un leurre ? L’artiste n’est-il pas déjà sans protection dès lors qu’il se livre sans calcul, mis à nu dans ses intentions devant le public ? Elle ouvre le débat avec une maturité étonnante au gré de ses Aléas…

Aléas est un cycle de trois créations proposé dans une même soirée.

Trente mètres de fin cylindre d’acier en suspension reconfigurent l’espace. La Ligne, c’est la traversée de cet espace linéaire, horizontal, aérien, implacable, par soixante kilos de masse féminine vivante.

Durée estimée 40 min
Cinq femmes suspendues et autant de modalités de saisie, de résistance ou d’abandon. Interroger ensemble cette pratique, et en redéfinir les contours. Une épopée à densités multiples.

Les Aléas sont pensés et travaillés en salle, dans un rapport frontal, mais en réinterrogeant cet espace et en visant à ce que l’action déborde le quatrième mur.
Plutôt que « se donner en spectacle créant par là un fossé infranchissable entre la « trapéziste » dont le domaine serait l’extra-ordinaire et le public investissant par opposition le domaine de l’ordinaire, il est prévu de brouiller les cartes en posant l’acte comme celui d’une femme ou plusieurs femmes et non celui d’une ou plusieurs trapézistes partageant les mêmes conditions d’existence que le public réuni.

Les matières-racines
Aléas est un cycle d’expérimentation et de création, une réflexion transversale qui se déploie en phases successives depuis 2 années.

Pour Chloé Moglia, « le trapèze et plus précisément la suspension, les arts martiaux, le dessin et les sciences, la philosophie, sont autant de portes qui ouvrent à une dynamique de questionnements sensitifs et de perspectives changeantes ». Elaborés en suivant les principes de dépouillement, de soustraction, d’effacement, ils laissent apparaître la suspension dans son intensité fondamentale.
.
.
.
.
.
.
.
source: rhizome-web

Trente à quarante mètres de fin cylindre d’acier traversent et reconfigurent l’espace. Différents tracés de lignes et de courbes, autant de territoires aériens, implacables, parcourus par soixante à trois cent kilos de masse féminine vivante laissant apparaître diverses modalités de résistance ou d’abandon.
Des Aléas qui déploient l’intensité de la suspension dans un espace souligné par le vide et dans un temps qui perd sa mesure.
.
.
.
.
.
.
.
source: rhizome-web

Chloé Moglia grandit dans le milieu de la céramique, nourrie par les interactions de la terre, de l’eau et du feu. Elle se forme au trapèze au CNAC, et aux arts martiaux – arts énergétiques avec Jean-Michel Chomet et Laurence Cortadellas.

En 2000, elle fonde avec Mélissa Von Vépy la Cie Moglice – Von Verx. Elles créent ensemble plusieurs spectacles et obtiennent en 2007 le Prix SACD des arts du cirque. Dans cette même période, elle croise le travail de la Cie Fattoumi Lamoureux et participe aux recherches de Kitsou Dubois sur le mouvement en apesanteur.

En 2009 elle fonde Rhizome en Bretagne, intègre sa pratique des arts martiaux dans son cheminement artistique et inscrit son face à face avec le vide dans une perspective d’expérimentation. Cette confrontation génère du sens et offre des questions silencieuses qui forment le socle de ses spectacles et performances : Nimbus (2007), Rhizikon (2009) Opus Corpus (2012) et en duo avec Olivia Rosenthal Le Vertige (2012). Elle entame en 2013 le processus de création intitulé Aléas.

Défendant une pensée incarnée, autant qu’une corporéité sensible et pensante, elle s’attache à déployer attention et acuité par le lien entre pratique physique, réflexion et sensitivité.
.
.
.
.
.
.
.
source: envisitparisregion

Described as “one of the great young names in aerial acts” when she started out, the Perpignan native, now thirty, has come a long way. The head of the Rhizome company, which originated in 2009, the dancer and trapeze artist Chloé Moglia, a Centquatre artist, has indeed occupied a place in the hearts of the public with her spectacles The Vertigo and Opus corpus, which were shown during the 2013 and 2014 editions of the Sequence Dance Paris festival.

Trained in martial arts, which she integrates in her artistic work, Chloé Moglia is back with Aléas, showing power, control and weightlessness. In the first part of this spectacle, The Line, she changes forms with agility and grace, both in the air and around thirty to forty metres of fine steel cylinder, where space is crossed and reconfigured. Then she breaks a line with Suspensives, which she distributes to five circus performers. This is before covering herself in paint in Tracé – coloured material which drips and draws a path on the floor.