GABRIELE BASILICO

GABRIELE BASILICO

source: publicopt

O fotógrafo italiano Gabriele Basilico morreu na manhã de quarta-feira em Milão, a cidade onde nasceu, não resistindo à doença que tinha marcado os últimos meses. Tinha 68 anos

Grande referência mundial da fotografia de arquitectura, Basilico manteve uma relação especial com Portugal e com a arquitectura portuguesa, que ajudou a divulgar internacionalmente através de exposições e livros.

“Ele era o grande fotógrafo da arquitectura. Tinha o que une estas duas artes: o domínio do espaço e da luz”, diz Teresa Siza, crítica e historiadora da fotografia, comissária da exposição que Basilico apresentou no Arquivo Distrital do Porto, no ano da Capital Europeia da Cultura (2001), no âmbito do projecto Cityscapes.

“Basilico disse-me uma vez: ‘A luz é sempre amiga’”, acrescenta a ex-directora do Centro Português de Fotografia (CPF), em cuja colecção a obra do fotógrafo italiano está representada. E acrescenta que Basilico “fotografava com qualquer luz, mesmo nas situações mais difíceis, como acontecia junto à Cadeia da Relação, no Porto”.

“Ele tinha a capacidade de captar a arquitectura das cidades sem tentar embelezá-las, sem disfarçar os seus acidentes – os postes de iluminação, os carros estacionados junto aos edifícios, a degradação dos materiais… –, assumia a cidade como ela é, como uma entidade viva”, acrescenta Teresa Siza.

Formado em Arquitectura em Milão, onde nascera em 1944, Gabriele Basilico começou a usar a fotografia, logo após ter terminado o curso (1973), para documentar a situação política e social da sua cidade. Daí nasceu uma primeira exposição marcante, Milão, retratos de fábricas, realizada em 1983 no Pavilhão de Arte Contemporânea milanês. Uma experiência que haveria de o levar a optar pela fotografia, sem no entanto abandonar a arquitectura, como a sua obra viria depois a confirmar.
.
.
.
.
.
.
.
source: severinevanina

Gabriele Basilico (Milan in 1944 -2013) is one of the best known photographers in Europe
His areas of research are the city and the industrial landscape.

“Monuments embarrass me. I have no affection for the castles,” said Gabriele Basilico. Born in Italy, the land of ancient ruins, the Italian documentary photographer, however, was little nostalgic. He became famous for his obsession with the modern city, with its layers of stacked past with varying degrees of charm and care

Degree in architecture in 1973, Gabriele Basilico first used of photography as a tool … before realizing it amused significantly more than the architect’s work. He then became a photographer, but used the image in connection with its formation, to analyze, dissect, explain the urban structures. “I lean on the urban as the doctor on the patient,” he told Le Monde in 2006.

His practice as a photographer, he began in 1973, is located in the artistic, theoretical and political context of Italy in the 1970s after his first major exhibition in 1983. He was the only Italian to participate in the program DATAR in 1984 (Delegation for Territorial Planning and Regional Action) on the condition of landscapes, places of living and working in France in the 80s.

Responsible for dealing with the seaside, the Belgian border at Mont-Saint-Michel, he found his style: the front and contrasting photographs, black and white, with no concession to the picturesque. Far from the image on the sly, he put his camera, facing the sea, with tourist buildings of the 1960s and houses of traditional resorts. Centered on its subject, he wicks humans

Basilico, who never isolated elements but shows the links between the different elements of the landscape, the built in different eras and natural constraints (difference, cliffs, lakes)

Basilico represented in such black and white views of the coastal towns of Nord-Pas-de-Calais. It was not a simple description of locations. He analyzed including the relationship between the maritime and port activity with a goal and distant look. Porti di Mare Series began in 1982 on seven European harbors, expressing that paradoxical impression of silence and slow, reinforced by the formal organization of the lines where the horizontal and vertical dominate.

For nearly forty years, Gabriele Basilico photographed cities around the world, often on the basis of orders, trying each time a particular point of view which would give the keys to the local spatial organization – at ground level, perched on a hill, the top of a building … For each mission, he documented a lot, made ​​visits with historians and planners, and was carried away by the rhythm of the city. He photographed Beirut and its ruins in 1991 shows Moscow with all its buildings in height, Monaco tortuous and stacked, or San Francisco city, organized by the roads. And Milan, his hometown, he loved, “modern city in chaos.” Each of these series seeks to convey the complexity of a constantly changing urban reality.

And when he wanted to have fun …. Gabriele Basilico photographed naked bodies whose buttocks are sitting on different chairs. The idea was to show the relationship between the human body and inanimate objects.
.
.
.
.
.
.
.
source: fondazionefotografiaorg

Gabriele Basilico inizia a fotografare nei primi anni ’70. Dopo la laurea in architettura (1973), si dedica con continuità alla documentazione della città e del paesaggio urbano.
Il suo primo progetto fotografico è Milano ritratti di fabbriche 1978-80, ampio lavoro che ha come soggetto la periferia industriale milanese.
Nel 1984-5 con il progetto Bord de mer partecipa, unico italiano, alla Mission Photographique de la DATAR, il grande mandato governativo affidato a un gruppo internazionale di fotografi con lo scopo di rappresentare la trasformazione del paesaggio francese.
Nel 1991 partecipa alla mission su Beirut, città devastata dalla guerra civile durata 15 anni.
Fino ad oggi Gabriele Basilico ha prodotto e partecipato a numerosissimi progetti di documentazione in Italia e all’estero, che hanno generato mostre e libri, tra i quali Porti di mare (1990), L’esperienza dei luoghi (1994), Sezioni del paesaggio Italiano (1998), Interrupted City (1999), Cityscapes (1999), Scattered City (2005), Intercity (2007).
Tra gli ultimi impegni: Silicon Valley su incarico del San Francisco M.O.M.A., Roma 2007 realizzato per conto del Festival Internazionale di Fotografia 2008, e Mosca Verticale, progetto fotografico sul paesaggio urbano di Mosca, ripreso dalla sommità delle Sette Torri Staliniane.
.
.
.
.
.
.
.
source: lemondefr

Né en Italie, au pays des ruines antiques, le photographe documentaire italien n’était pourtant guère nostalgique. Il s’est rendu célèbre par son obsession de la ville moderne, avec ses couches de passé empilées avec plus ou moins de charme et de soin. Le photographe italien, qui a durablement marqué la photographie de paysage urbain, est mort, des suites d’un cancer des poumons.

Diplômé d’architecture en 1973, Gabriele Basilico se sert d’abord de la photographie comme d’un outil… avant de s’apercevoir qu’elle l’amuse nettement plus que le travail d’architecte. Il devient alors photographe, mais se sert de l’image en lien avec sa formation, pour analyser, décortiquer, expliciter les structures urbaines. “Je me penche sur l’urbain comme le médecin sur son patient”, dit-il au Monde en 2006.
Après des expériences comme photographe d’architecture pour l’édition, l’industrie, des institutions publiques et privées, il est révélé au public par la mission de la Délégation à l’aménagement du territoire régionale (Datar) en 1985 : ce grand projet du gouvernement français, qui évoque la Mission héliographique de 1851, veut tirer un portrait du territoire géographique et social de la France de ces années 1980. Gabriele Basilico fait partie de la première vague de cette grande campagne (29 photographes). Il est aussi l’un de ceux qui sait le mieux concilier le regard d’artiste et l’analyse des transformations urbaines – le travail débouchera sur un livre, Bord de mer, publié en 1990 et réédité depuis.

Chargé de traiter les bords de mer, de la frontière belge au Mont-Saint-Michel, il trouve son style : des photographies frontales et contrastées, en noir et blanc, sans concession au pittoresque. Loin de l’image à la sauvette, il pose sa lourde chambre face aux littoraux où cohabitent, face à la mer, les immeubles touristiques des années 1960 et les maisons de villégiature traditionnelle. Centré sur son sujet, il évacue les humains. Alors que la photographie de paysage est peu prisée en France à l’époque, l’entreprise la remet en selle. Nombre de photographes vont être influencés par le regard global de Basilico, qui n’isole jamais les éléments mais montre les liens entre les différents éléments du paysage, le bâti de différentes époques et les contraintes naturelles (dénivelé, falaises, plans d’eau).

Pendant près de quarante ans, Gabriele Basilico va arpenter les villes du monde entier, souvent sur la base de commandes, cherchant à chaque fois un point de vue particulier qui permette de donner les clés de l’organisation spatiale locale – au ras du sol, perché sur une colline, en haut d’un immeuble… Pour chaque mission, il se documente énormément, fait des visites avec des historiens ou des urbanistes, puis se laisse entraîner par le rythme de la ville. Il photographie Beyrouth et ses ruines en 1991. Il montre Moscou, avec ses immeubles tout en hauteur, Monaco ville tortueuse et empilée, ou San Francisco, structurée par les axes routiers. Et Milan, sa ville natale, qu’il affectionne, “ville moderne plongée dans le chaos”. Ses images lui ont valu nombre de prix et d’expositions, dont une rétrospective à la Maison européenne de la photographie en 2006.

De continent en continent, de pays en pays, Gabriele Basilico a fait le tableau des mégapoles modernes, qui malgré leurs nuances finissent par toutes se ressembler. Un peu comme une grande “ville-monde” anarchique, construite sans plan préalable, et surtout sans l’idée de collectif. “Les architectes et les décideurs sont incapables de gérer le développement urbain. De ville en ville, je constate l’ampleur du désastre. Les œuvres des grands architectes, bonnes ou mauvaises, sont le résultat d’une défaite, celle de faire de la ville une utopie de vie collective. Elles sont la preuve que personne ne pense l’urbanisme dans son ensemble. On perd le sens de l’histoire commune.” Face à la mondialisation, “une réalité qu’il faut accepter”, le photographe n’a jamais versé dans le pessimisme ni perdu de sa curiosité. Passé à la couleur, il avait récemment fait des photographies de Rio de Janeiro où il s’était pour une fois mis à intégrer des traces humaines. Avide de collaborations avec d’autres artistes, il a mené divers projets collectifs dont le livre Unidentified Modern City, projet mené avec l’artiste Dan Graham publié en 2011 aux Presses du Réel.
.
.
.
.
.
.
.
source: alerieannebarrault
Gabriele Basilico (né à Milan en 1944) est l’un des photographes “documentaristes” les plus connus aujourd’hui en Europe; ses champs de recherche sont la ville et le paysage industriel.
Architecte de formation, il travaille comme photographe d’architecture pour l’édition, l’industrie et les institutions publiques et privées. Et en 1983, la PAC de Milan présente sa première exposition importante: “Milano, ritratti di fabbriche.”
En 1984 et 1985, Il participe à la mission photographique de la D.A.T.A.R., initié par le gouvernement français pour documenter la transformation du paysage national contemporain.
Il est alors successivement invité à participer à de nombreux projets analogues dans différents pays d’Europe: Italie, France, Allemagne, Suisse, Espagne, Portugal, Hollande, Autriche…
En 1990, il remporte le Grand Prix International du Mois de la Photo en présentant à Paris “Porti di mare”, une recherche photographique portant sur différents ports maritimes.
C’est en 1991 qu’il participa, au sein d’un groupe de photographes internationaux, au projet photogaphique sur Beyrouth dévastée par la guerre.
En 1994 la Fondation/Galerie Gottardo di Lugano lui dédie une importante rétrospective réunissant quinze ans de photographie (1978-1993), exposition itinérante présentée dans les principaux musées européens. A cette occasion, le livre “L’esperienza dei luoghi” est publié.
Le 15 septembre 1996, le jury international de la VI exposition d’Architecture de la Biennale de Venise, lui attribue le 1er prix pour la photographie d’architecture contemporaine.
Au printemps 2000, le Musée Stedelijk d’Amsterdam présente une rétrospective de son travail, en relation avec son dernier livre “Cityscapes”, qui illustre, en 330 images, son travail de 1984 à 1999. Cette exposition sera reprise par le CPF (Centre Portugais de la Photographie) de Porto, au MART (Musée d’Art Moderne de Trente et Rovereto) et au MAMBA (Musée d’Art Moderne de Buenos Aires).
La même année, un travail de recherche sur la zone métropolitaine de Berlin voit le jour, à la demande du DAAD (Deutscher Akademischer Austausch Dienst). L’IVAM (Institut Valencien d’Art Moderne) lui confie également la tâche d’élaborer une étude photographique sur la ville de Valence, pour l’exposition “Milano, Berlin, Valencia”.
Enfin, il reçoit le premier INU 2000 de l’Institut National de l’Urbanisme pour sa contribution à la documentation de la ville contemporaine à travers la photographie.
Il réalise, en 2001, une vaste campagne, intitulée L.R.19/98, sur les aires abandonnées de la Région Emilie-Romagne, et commence une grande recherche sur l’aire archéologique de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, sujet de l’exposition “Provincia Antiqua” pour les XXXIIIèmes Rencontres Internationales de la Photographie d’Arles.
En juin 2002, il reçoit pour son ouvrage “Berlin” le prix du meilleur livre de photographie de l’année par PHOTOEspagna.
La même année, la Province Autonome deTrente lui confie la réalisation d’un travail documentaire sur la province; qui se conclua sur une exposition au MART.
L’année 2003 est marquée par les retours sur deux travaux importants dans le parcours de Gabriele Basilico:
dans le nord de la France, où il fut invité par la ville de Cherbourg, il retraverse et réobserve le paysage déjà parcouru en 1984-5 pour la campagne de la D.A.T.A.R.; et à Beyrouth, où il photographie pour la revue Domus la partie centrale de la ville, alors reconstruite, en contrepoint au travail qu’il a conduit en 1991.
Ces deux travaux furent traités dans les volumes: “Bords de mer” et “Beirut 1991 (2003)”.
En outre, il participa en 2003 à la Vème Biennale Internationale d’Architecture et de Design de Sao Paulo avec une exposition d’images spécialement réalisées au Portugal sur l’architecture portugaise récente cette exposition intitulée “Disegnare la città” a été présentée à la Triennale de Milan en janvier 2004.
Au cours de ce même mois de janvier, ont été exposé au MIT Museum de Cambridge les expositions “L.R. 19/98” sur l’air désaffectée de la rédion Emilie-Romagne et la version étendue de “Bords de mer”.
Le CGAC (Centro Galego de Arte Contemporanea) de Saint-Jacques-de-Compostelle a présenté en mars 2004 le travail confié à Gabriele Basilico, avec d’autres nouveaux artistes européens, pour un projet de recherche sur la ville.
A l’automne 2004, il participe à l’exposition “Arti e Architettura 1900-2000” au Palais Ducal de Genève, et il réalise deux campagnes photographiques sur les villes de Barcelone et de Mantoue pour le projet Postcard City, Mantova-Barcelona, Città della Cultura pour l’exposition homonyme au Palais de la Région de Mantoue. Il est l’invité par l’institution chargée des Biens architecturaux et du Paysage de Naples à produire une série de prises inédites pour l’exposition Obiettivo Napoli. Les Lieux de mémoire imaginés (Luoghi memorie immagini), présentés en mars 2005 à la Salle Dorique du Palazzo Reale. Au cours de ce mois, est inaugurée l’installation permanente d’un opéra photographique (27 x 1,90 m) sur le quai de la station Vanvitelli du métropolitain napolitain. Est aussi publié l’ouvrage ?Scattered City?, qui réunit 160 images inédites de villes d’Europe.
(un travail de reconnaissance sur l’aire urbaine de Turin pour la collectivité “6 x Torino” est en cours à la Galerie d’Art Moderne.)

Ces derniers travaux photographiques sont dédiés à la transformation urbaine.