PIERRE DELAVIE

TOPSHOTS-FRANCE-ARCHITECTURE-CULTURE-MARSEILLE

source: g1globo

Um quadro realista gigantesco foi colocado na fachada do Palais de la Bourse, em Marselha – edifício onde ficam a Câmara de Comércio e da Indústria e o Museu da Marinha e da Economia da cidade do sul da França.
A intervenção artística, obra do artista Pierre Delavie, é parte da programação de abertura para os eventos que celebram a escolha da cidade como Capital Cultural Europeia em 2013.
.
.
.
.
.
.
.
source: pierredelavie

Getting « to the reality »? Yes, but the one we don’t see in order to invent an art form or an seriously joyfull urban lie and create architectural objects set free from their own first degree look. They suddenly appear in the city taking our reason to the treshold of what’s credible.

Soften a building in Paris, avenue George V, simulate the deconstruction of the Grand Palais’ front, make visible Versailles in the open sky, or divert (without exaggerating) the Canebière for Marseille 2013, why not? It’s simply about giving memory some steps ahead.

Are we ever sure of what we see? It’s the overall issue of a research that questions and makes light of the reality with every means, indoor/outdoor, in situ in a monumental size, or through intimate exhibitions, with a priority of breaking every possible certainties.
.
.
.
.
.
.
.
source: palaisdelabourse2013ccimp

À l’invitation de Lieux publics, Pierre Delavie fait oeuvre de « Détournement de Canebière », sur la façade du Palais de la Bourse, emblème de la puissance et du dynamisme économique des entreprises du territoire.

Ce n’est pas un simple accent tonique dans le paysage volontiers épicé de Marseille, c’est une tentative monumentale de déstabilisation de la perception. Elle s’opère dans une artère symbole, un lieu qui définit d’un simple nom chantant une ville qui est aussi un port d’attache.

Détournée, la Canebière ? Revisitée, questionnée, bousculée, pour qu’à l’habitude, à la paresse ophtalmique, se superpose, outre la mémoire collective, une confrontation entre rêve et réalité. Mémoire ou poésie de l’instant, une brèche s’ouvre dans la certitude de nos architectures mentales.

La technique de la toile imprimée grand format joue sur le réel, à moins bien sûr que tout ne soit vrai.

Sur la façade du Palais de la Bourse, cette architecture – évènement devient symbole du point de rencontre vertueux du culturel et de l’économique, tout en s’intégrant naturellement dans un effort continu de la CCI Marseille Provence pour oeuvrer à la requalification urbaine du centre-ville de Marseille. Rénové pour l’occasion, paré en façade de ce monumental « Détournement de Canebière » de l’artiste Pierre Delavie, le Palais de la Bourse abrite en 2013 une programmation culturelle patrimoniale, moderne et ouverte.