YOCHAI MATOS

יוחאי מטוס
Йохай Матос

You Are a Saint

source: boumbang

Artiste israélien à la fois performeur, danseur et plasticien, Yochai Matos exprime par la multiplicité de ses disciplines la richesse de son art. Son travail plastique est essentiellement accès sur l’appropriation des œuvres par le public. Constatant que les individus se prennent facilement en photo dans l’espace public devant des monuments ou des œuvres, il a voulu développer ce lien particulier dans son travail en le proposant dans la rue mais aussi dans des lieux d’expositions conventionnels. Il a ainsi développé une partie de ses expérimentations sur le concept du « do it yourself »: les spectateurs devenant acteurs des œuvres en se prenant en photo eux-mêmes avec elles.

L’art de Yochai Matos est résolument « lumineux » autant par ses symboliques que par les médiums utilisés: le néon étant son outil de prédilection.

« Les choses sont simples, on fait avec ce que l’on a, je n’invente rien. Et je n’oublie pas que la première source de lumière, c’est le soleil, qui est source de joie, concrètement. La lumière, c’est la vie ; le soleil nous rend heureux, et c’est gratuit. J’ai la passion de la lumière, et je donne beaucoup d’amour à travers cette passion. »

Il utilise ainsi la lumière comme un élément indispensable pour le sens de l’œuvre, faisant référence à la religion en créant un halo, ou encore, en proposant une distinction entre le commun (dans l’ombre) et l’exceptionnel (dans la lumière). Ceci peut éventuellement faire penser à Walter Benjamin et sa question de l’aura de l’œuvre d’art: la lumière apparaissant dans le travail de Yochai Matos comme un des éléments constitutif de celle-ci.

Son œuvre « You’re a Saint » semble intéressante dans la synthèse de ces éléments. Elle est constituée de néons disposés en éventail, le spectateur peut y prendre place en son centre afin d’y être photographié. Ce travail rappelle toute l’iconographie religieuse développée pendant des siècles dans l’histoire de l’art. Ici, la frontière entre l’œuvre et le spectateur est brouillée: celui-ci devient l’œuvre d’art, le travail de l’artiste n’ayant pas de sens sans lui. Ceci peut faire référence aux quinze minutes de gloire d’Andy Warhol, mais Yochai Matos, lui, nous propose notre quart d’heure de sainteté!
.
.
.
.
.
.
.
source: artiscontemporaryorg

Yochai Matos (born 1977) lives and works in Tel Aviv. He Graduated in 2004 from the Bezalel Academy of Art and Design, Jerusalem. His work deals with public space as property, taking place both on the streets and inside the established Art world and searching for the cross points between the two disciplines.

In his works Matos uses basic and simple images derived from Modern Culture – images which already contain layers of replication and recycling. The images’ evolution leads both to depletion and to over-readability. By dealing with pop and kitsch icons (such as sunsets; flames of fire; a heart; a couple of dolphins jumping over the water) Matos wishes to touch upon romantic, authentic and lost emotions, suggesting a simple and comforting way of confronting the contemporary disease of emotional disability. Furthermore, the hypnotic WOW effect of the flickering fluorescent lights functions as a warm welcoming hand to join in to feel and experience the artifact while simultaneously alienating the viewer by literally dazzling and flattening the space. This ambiguous sensation reflects and emphasizes our atmosphere – the way our surrounding culture progresses, emotionally, physically and virtually.

Matos had several solo shows and has attended group exhibitions in Europe, US and in Israel.