Mohamadreza Tazari

HYPER FRACTAL

When I was a child I had some vivid dreams. They felt like I was falling and flying into an infinite multi-dimensional environment. They were satisfying and terrifying at the same time but I couldn’t find any explanation for them. 6 years ago I read about Benoit Mandelbrot’s theory, the fractals, and it changed my perspective. I realized that my dreams were fractals. So I tried to remake my dreams as a visual VR experience. According to Benoit Mandelbrot’s theory, Fractals are the mathematical\visual explanation of the nature’s structural geometry. Geometry for irregularity.

Leonhard Lass and Gregor Ladenhauf

DEPART
The Entropy Gardens
.
The Entropy Gardens is an artistic VR experience that explores one of humanity’s most archetypical artforms – garden making. It challenges its myths, aesthetics and modes of perception. Like a garden, The Entropy Gardens attempts to become a spatiotemporal poem — a poetic organism. In the form of a sprawling journey it constructs a hermetic, virtual garden as a poetic ecosystem — a psychic landscape that is foremost a complex audiovisual experience. It admits the visitor into a place that is equally challenging and contemplative (and of course profoundly weird).

Move Lab

Who Wants To Be A Self Driving Car?

The moovel lab collaborated with MESO Digital Interiors to prototype this immersive experience. The idea was to make a machine that replaces the human senses with the sensors that a self-driving car might use. Our unconventional driving machine is essentially a steel-frame buggy with in-wheel, electric motors, complete with hydraulic breaking. Drivers lay head first on the vehicle; the positioning used to enhance the feeling of immersion (and vulnerability) created during the experience. A physical steering wheel controls the turning of the vehicle.The VR experience is created using data collected by the sensors outfitted on the driving machine.

Meiro Koizumi

Prometheus Bound
In Greek Mythology, Prometheus stole fire (technology) from Zeus and gave it to humans, and for this, he got crucified on a mountaintop, and had to endure the eternal pain as a punishment. Since the beginning of our civilization, technology has been the source of prosperity and development. But also it has been the cause of great tragedies such as war sand nuclear accidents. Setting the Aeschylus Greek tragedy “Prometheus Bound” as a starting point, Koizumi created VR (Virtual Reality) theater which deals with this age-old tension between humanity and technology, through collaboration with a person who is desperately longing for the technological advancement – a person who is suffering from ALS (Amyotrophic Lateral Sclerosis- the deadly neurological disease that make a person paralyzed). Through the dialogues with the man about his personal life and his visions of the future, they created a sci-fi vision in which past and future, self and others, humans and machines are all merged into one sequence of abstract VR theatrical experience.

OLAFUR ELIASSON

L’ouverture indicible des choses
Le titre de l’exposition, L’ouverture indicible des choses, est une phrase que le philosophe Timothy Morton utilise pour décrire l’art et qui résonne fortement avec l’artiste. Eliasson décrit comment «l’art existe à la fois dans et au-delà du domaine de la langue. Avant que la forme d’une œuvre n’émerge, il y a un sentiment pas tout à fait saisissable qui pénètre dans le processus artistique – et qui reste dans l’œuvre finie comme quelque chose qui ne peut pas être pleinement exprimé. Dans le même temps, l’œuvre est fondamentalement ouverte aux visiteurs. Il est prêt à les écouter et à accueillir leurs questions et leurs expériences. »

Michaela Pnacekova

A Symphony of Noise
Created by Michaela Pnacekova, Jamie Balliu
Herbert’s everyday sound sources are the inspiration for A Symphony of Noise VR. This interactive virtual reality experience is a journey through four sonic landscapes. The first centers on breathing, which immediately makes you focus on listening to the world differently. This is followed by an arctic environment full of scraping and crunching sounds, and finally a shop interior. Using the controllers or by blowing or singing, you can add sounds to the audio palette, which is visualized as waves and colors in three-dimensional space. In the fourth and final landscape, all the sounds are combined in an ultimate symphony.

IEF SPINCEMAILLE

Clignotement inversé
Imaginez que votre tête soit capturée dans un appareil photo. Il fait complètement noir. Ce n’est que lorsque l’obturateur s’ouvre et se ferme que vous voyez le monde en un éclair. L’obturateur se déplace si vite que rien n’a le temps de bouger. Tout ce sur quoi vous pointez votre regard devient comme une photographie. Un souvenir. Quelque chose qui a été, mais qui n’est plus. Vous voyez les gens comme des personnages figés, des rues entières comme des moments intacts. La vie comme une sorte de spectacle. «Reverse Blinking» crée cette expérience. C’est un casque complètement fermé avec deux volets devant les yeux. Ils sont contrôlables par l’utilisateur. Le clignotement inversé fonctionne sur piles et peut être utilisé librement à l’intérieur ou à l’extérieur du musée. Il est préférable de l’utiliser là où il y a beaucoup de mouvement et de monde. «Reverse Blinking» fait partie d’une série d’œuvres d’art, à travers laquelle l’artiste essaie d’ajouter des effets vidéo et photographiques à notre façon naturelle de voir.

DIRK KOY & BILD UND BEWEGUNG

Espace aérien
En 2016, Dirk Koy a fondé le studio de motion design et de film expérimental «Dirk Koy Bild und Bewegung». Dans son travail, il utilise différentes technologies (drones / animation 2D et 3D / photogrammétrie / AR / VR) pour créer des images numériques en mouvement. Il explore l’interface entre réalité et virtualité et recherche également la composante picturale dans le contexte numérique. L’expérience joue un rôle central.

EMMANUEL VAN DER AUWERA

Vidéosculpture XXI
Les VideoSculptures de Van der Auwera prennent une nouvelle position pour explorer les intersections de la vie numérique et physique et comment le filtrage des images dans la production, la diffusion et la digestion modifie à la fois la perception individuelle et l’expérience consensuelle. Utilisant l’écran comme matériau sculptural, ces œuvres sortent les images du cadre de manière low-tech. Ils commencent par un acte de destruction alors que l’artiste prend littéralement un couteau sur un écran pour découper des couches physiques. À l’insu de la plupart, ces couches sont des filtres qui adhèrent à chaque écran LCD. Sans la médiation de ces filtres, les images deviennent impossibles à voir à l’œil nu et le bruit blanc remplit l’espace.

Keiken + George Jasper Stone

Feel My Metaverse
Feel My Metaverse is Keiken’s first venture in creating a cinematic film, using game engines to build a fictional future, wanting to create stories that viewers can collectively believe in. “I normally make CGI animation from Cinema 4D, often taking days and weeks just to produce short sequences or footage. Whereas working with game engines, we could generate landscapes or worlds that we can continually build onto collectively to produce larger scale works”. The film, set in a future when climate crisis has rendered Earth inhabitable, explores the daily lives of three characters and their experiences in the multiple realities – Pome Sector (a corporate wellness world), 068 (a roleplaying VR world), and Base Reality, or what we currently know as earth. The characters navigate the challenging landscape in the world’s unforgiving points system. Keiken’s goals of unlearning norms of the current world is included in one of these realities.

Kaws

Expanded Holiday
Expanded Holiday demonstrated the enormous potential of AR technology, which provides virtual perspectives on real-world environments, and conveys KAWS’s mischievous humour through the juxtaposition of physical and virtual worlds. These virtual sculptures were accessible via the Acute Art app and could be experienced in conjunction with the NGV’s exclusive exhibition KAWS: Companionship in the Age of Loneliness, a comprehensive survey of 25 years of KAWS’s oeuvre and his largest solo survey to date. Full of humour, hope and humanity, the exhibition featured more than 100 works including iconic paintings reappropriating pop-culture figures to more recent largescale, layered works, and an impressive collection of KAWS’s celebrated sculptural figures.

Freya Olafson

MÆ Motion Afterefffect
MÆ – Motion Aftereffect explores motion-capture, ready-made 3D models and monologues found online, ranging from experiences with virtual reality in live gameplay to out-of-body experiences and astral projection tutorials. The work addresses the impact of emerging consumer technologies associated with AR – Augmented Reality, VR – Virtual Reality, MR – Mixed Reality, XR – Extended Reality and 360° video. Monologues sourced from the internet provide the infrastructure for the work; an in-ear monitor feeds Olafson the monologues onstage, challenging her to listen and speak simultaneously. This dual action of listening and speaking enables her to embody a state of presence that references data streaming, live processing, and gaming. As a performer she becomes a conduit, medium, or interface, broadcasting edited monologues from the internet to the audience. The action of performing the work becomes like playing a video or VR game.

Heinrich Bulthoff

Cable Robot Simulator
Max-Planck-Institut für biologische Kybernetik

Eight steel cables, each with 1.4 tons of tensions, hold aloft a caged platform with a seat for one person. Using a wireless VR headset, that person can simulate experiences like flight while being zoomed in dozens of different ways. Eight retracting cables connected to a winch pull on the cage. It’s like a giant, flying VR jungle gym.

Erik Söderberg

Erik Söderberg

Radiation
gif
Début 2011, j’explorais les relations de la géométrie, de la nature et de l’être humain dans une série de 25 images que j’ai appelées «Expérience fractale». Il s’agit de la deuxième partie – poursuivre l’exploration des formes géométriques, des motifs et des fractales avec un élément supplémentaire: l’espace-temps. Cette fois, j’ai travaillé en 3D et produit un ensemble de gifs en boucle animés.
J’ai limité chaque animation à 48 images au maximum, la plupart se situent entre 10 et 15 images – pour garder la taille du fichier petite et maximiser la créativité avec ces images.

Matteo Zamagni

Nature Abstraction

Nature Abstraction is an immersive sensory experience that explores the arcane forms of fractals, mathematical visual representation of natural and biological forms.
The project gives an insight of their aspects through virtual reality, where they appear as three planets: Birth, Communion and Aether; Each accompained with scores designed to facilitate meditative state and relaxation;The audience is guided to explore these planets and dive into their vast complexities as well as observing the contrast between the entirely digital created world inside the VR against the fully analogue created film projected onto the faces of the cube which have been filmed in real life, recreating using analogue visual effects and various chemical elements.

ELIZABETH MCALPINE

’98m

Le travail d’Elizabeth McAlpine est souvent lié à la question du temps et à l’expérience du regard. Dans « The Height of the Campanile », l’artiste a calculé la durée de son film en fonction de la hauteur de son sujet, le Campanile, de sorte qu’au final la longueur de la pellicule soit équivalente à celle de la tour. De même, le temps nécessaire pour visionner le film et le rythme du travelling effectué par la caméra correspondent. Ainsi, tandis que nombre des oeuvres de McAlpine sont basées sur le montage, la répétition et la fragmentation, « 98m » se présente comme un simple plan-séquence.
L’image, au grain apparent, est projetée au mur à la taille d’une carte postale, pendant que le film forme une boucle au sein d’une structure en verre pensée par l’artiste. La taille de la projection rappelle que Venise est devenue une destination touristique incontournable. L’utilisation du Super 8 est une évocation de la pratique amateur – précédant l’invention de la vidéo, du touriste fixant le souvenir de ses vacances pour le projeter une fois rentré à la maison. Si ce support procure à l’oeuvre un caractère daté, la boucle continue et hypnotique formée par la pellicule suggère au contraire une certaine intemporalité, semblable à celle que peut ressentir le touriste qui découvre San Marco.

Kurt Hentschlager

ZEE

Expérience immersive forte alliant approche méditative et implication physique, Zee s’inscrit dans le travail sur la représentation humaine et ses ressorts psychologiques poursuivi par Kurt Hentschläger. Une expérience qui se suit comme un véritable fil d’Ariane.Savez-vous vraiment ce que signifie faire l’expérience physique d’une œuvre numérique immersive ? Ceux qui ont eu la chance d’expérimenter le Feed de Kurt Hentschläger, plongée radicale au cœur d’une matière instable de brouillard artificiel dense, de lumières stroboscopiques et de fréquences sonores électroniques pulsatives répondront sans doute par l’affirmative. Pour les autres, l’épreuve de rattrapage ultime aura pour nom Zee, pièce rare et prolongement de Feed, présentée au Centquatre parisien dans le cadre de l’exposition Trouble Makers, fil rouge de Némo, le festival arts numériques d’Arcadi Île-de-France. Ancienne moitié du duo de défricheurs numériques extrêmes Granular Synthesis, Kurt Hentschläger cultive le goût des environnements déstabilisants et trouve dans Zee le dispositif déambulatoire idoine pour nous prêter au jeu. « Zee fait partie de la même série de travaux que Feed, mais en format installation », explique l’artiste autrichien basé à Chicago. « Zee fonctionne en mode huis clos, dans un espace totalement fermé. Dès que l’on entre, le brouillard est déjà là. Il remplit l’espace dans lequel vous êtes invitez à vous déplacer. Par rapport à Feed, où le public reste assis à un endroit précis, il y a donc davantage de flexibilité dans l’expérimentation du dispositif. Cette idée de déambulation dans l’espace induit un climat différent. C’est peut-être encore plus intimidant pour certains mais pour moi cela donne à Zee une connotation plus méditative. »Procéder à l’expérience nécessite véritablement de se prendre en main.