GUDA KOSTER

Keep it up
Guda Koster est une artiste néerlandaise qui compose des sculptures vivantes. L’artiste utilise des tissus, des couleurs et des motifs originaux qui lui permettent de créer des harmonies et des tableaux à la fois énigmatiques et mystérieux. Chacune de ses oeuvres mélange des éléments à la fois concrets et surréalistes.

PFADFINDEREI STUDIO

Monolithe
Monolith est un travail expérimental non commandé, jouant avec des motifs de pixels irréguliers. Que se passe-t-il lorsqu’un écran présente une disposition non uniforme des pixels? Comment cela influence-t-il notre perception des images et de quelle quantité d’informations visuelles avons-nous même besoin pour franchir la frontière de l’abstrait au figuratif? Pour répondre à ces questions, nous avons créé une sculpture vidéo, qui fait fondre esthétiquement l’écran et le contenu. Dans un jeu entre beauté naturelle et bouleversement technique, les images de bustes classiques se transforment cycliquement en dégradés abstraits et redeviennent des images perceptibles.

KOHEI NAWA

Biomatrix
«Biomatrix» est une installation d’extrémités scycles de bulles de cellules éruptives émergeant à la surface de l’huile de silicone liquide. Cette circulation du liquide coloré évoque le comportement du magma ou du sang et, en raison de la viscosité élevée de l’huile de silicium, illustre le mouvement du matériau à une vitesse faussement plus lente que l’attente du spectateur. La piscine à commande électrique devient une interface qui amplifie l’impact visuel et produit à l’infini des motifs cellulaires. Une formation de grille ordonnée apparaît comme une matrice numérique, tandis qu’une observation plus approfondie révèle des irrégularités telles qu’une effervescence sporadique et simultanée et des sons plosifs brisant la tension superficielle.

BRIAN ENO & PETER CHILVERS

Floraison
N’exigeant aucune compétence musicale ou technique, l’application Bloom égalitaire et conviviale a permis à toute personne de tout âge de créer de la musique, simplement en touchant l’écran. Partie instrument, partie composition et partie illustration, les commandes innovantes de Bloom ont permis aux utilisateurs de créer des motifs élaborés et des mélodies uniques en touchant simplement l’écran. Un lecteur de musique générative a pris le relais lorsque Bloom est resté inactif, créant une sélection infinie de compositions et les visualisations qui les accompagnent. Cette version utilise la réalité mixte avec HoloLens.

REFIK ANADOL STUDIOS

Vent de Boston: Data Paintings
Vent de Boston: Data Paintings est une œuvre spécifique au site qui transforme les motifs invisibles du vent dans et autour de Boston en une série de peintures de données poétiques dans une toile numérique de 6 x 13 pi. En utilisant un ensemble de données d’un an collecté à l’aéroport de Boston Logan, Refik Anadol Studios a développé une série de logiciels personnalisés pour lire, analyser et visualiser la vitesse, la direction et les rafales du vent ainsi que le temps et la température à des intervalles de 20 secondes tout au long de l’année. .

Dorian Gaudin

The coffee cup spring
The monotone repetition of the movement created by the conveyor belt recalls the pace and the landscape of animation or video games. As an extension of the conveyor, several geometric and orthogonal motifs evoking a Tetris composition are slotted together and suggest the shapes of a table, a chair or stairs. The objects are exposed on thin metal structures with fringed ends, and seem to peel off from their construction, as if they were undressing and exchanging skins, depriving themselves of sculptural depth and allowing only the surface to emerge. The technique developed by the artist to produce the sculptures inverts the usual steps of printing: first the pattern is created, then the background to which the fiberglass support is apposed. The pieces are therefore ripped off their mold, revealing their final texture, and the motif on every sculpture seems to remain the same, yet is altered by the shape of the object itself. A series of wall works using this procedure extends from the installation into the gallery space.

Studio Drift

Concrete Storm
On first impression, visitors experience solid forms, which draw on minimalist motifs and underscore the stable properties of concrete. While wearing the HoloLens, viewers enter a mixed reality, enlivened by responsive holograms that augment the physical environment of the installation. With Concrete Storm, DRIFT explores the layer between the parallel worlds, whereby the real and the virtual worlds co-exist. People’s attention is now constantly divided between these two worlds in which they coexist. The artists believe that combining these two seemingly separate worlds they can study the unlimited possibilities of the unstoppable evolution. Concrete Storm expands the boundaries of the digital world, freed from screens, and integrated into the fabric of physical existence.

HITO STEYERL

Factory of the sun
In this immersive work, which debuted at the 2015 German Pavilion at the Venice Biennale, Steyerl probes the pleasures and perils of image circulation in a moment defined by the unprecedented global flow of data. Ricocheting between genres—news reportage, documentary film, video games, and internet dance videos—Factory of the Sun uses the motifs of light and acceleration to explore what possibilities are still available for collective resistance when surveillance has become a mundane part of an increasingly virtual world. Factory of the Sun tells the surreal story of workers whose forced moves in a motion capture studio are turned into artificial sunshine.

DANIEL BUREN

دانيال بورين
丹尼尔·布伦
다니엘 뷰렌
ダニエル·ビュラン
ДАНИЭЛЬ БЮРЕН

Daniel Buren a french conceptualist who is well known for his trademark work with stripes is oftentimes referred to as an abstract minimalist.
Challenging the conventional methods of displaying and presenting art, Buren gained notoriety at his first solo exhibition in 1968 when he glued green and white striped materiel to the exterior door of the Apollinaire Gallery in Milan. With a philosophy of reducing art into its more elemental forms while exploring the impact of repetitive motifs, his work with pattern, form and color draws attention to the surrounding environment and architectural framework rather than combating it. Instead of rejecting the environment in which his installations are produced, Buren integrates his art with the space and changes the fundamental nature of the space itself.

Hans van Manen

Polish Pieces
Alvin Ailey
Introdans
music: Henryk Mikołaj Górecki
Photographer: Hans Gerritsen

In this exuberant ensemble work, Dutch choreographer van Manen displays his mastery for building dazzling creations from simple motifs and geometric patterns. Driven by the rhythms of Henryk Górecki’s score, the dancers come together and disperse in endlessly shifting formations that culminate in two sensual pas de deux.

Cho Gi Seok

“I will always focus on portraits. My aim is to try to express the characteristics of Seoul and my generation in my work.” In terms of visual motifs, Giseok’s portfolio features a few consistent elements. Firstly, a soft use of light, often accompanied by washes of colour. And, secondly, flowers of all shapes and sizes. These form a large part of Giseok’s compositions, dictating the aura of an image.
Styled by: Hyunji Shi.

yoshi sodeoka

of soil

Of Soil explore la relation entre les modèles de la nature etl’infini. La pièce est composée de fragments photographiques et d’éléments géométriques, disposés en motifs complexes résultant en un jeu kaléidoscopique ressemblant à une transe du soleil scintillant et de la lune noire, du paysage, de l’ombre et de la lumière, alors que le jour cède la place à la nuit.

urbanscreen

320 degree licht

L’installation «320° Lumière» du groupe artistique URBANSCREEN, implanté à Brême, utilise comme point de départ la beauté et le caractère de cathédrale du Gazomètre pour créer un jeu fascinant de volumes et de lumière. Des motifs graphiques se développent et se transforment dans un rayon de 320 degrés sur la paroi intérieure du Gazomètre d’une hauteur de 100 mètres. Le spectateur assiste alors à une alternance entre un espace réel et un espace virtuel, le Gazomètre semble se dissoudre dans ses propres structures filigranes pour finalement retrouver continuellement sa forme distincte. «320 ° Lumière» est réalisée à partir d’une technologie de projection Epson. L’installation couvrant une surface de 20 000 mètres carré fait partie des projections intérieures les plus grandes et en terme de technique les plus complexes.

CLAUDIA COMTE

HOW TO GROW AND STILL STAY THE SAME SHAPE
If Comte’s sculptures are rooted in the naturalness of biomorphic forms, her mural interventions transform surfaces into optical sequences and infinite graphic signs with a digital age aesthetic. The monochromatic vocabulary that invests all her work brings her visually close to the abstraction of Sol LeWitt, Bridget Riley and even John Armleder, an artist with whom she studied. On the occasion of her exhibition at Castello di Rivoli, Comte has carried out a gigantic mural intervention consisting of eleven individual wall paintings specially designed for the galleries on the third floor of the historic residence. Also inspired by some eighteenth-century decorative motifs present on the ceilings and walls of the main museum building, the work develops repeated modules through space.

Erik Söderberg

Erik Söderberg

Radiation
gif
Début 2011, j’explorais les relations de la géométrie, de la nature et de l’être humain dans une série de 25 images que j’ai appelées «Expérience fractale». Il s’agit de la deuxième partie – poursuivre l’exploration des formes géométriques, des motifs et des fractales avec un élément supplémentaire: l’espace-temps. Cette fois, j’ai travaillé en 3D et produit un ensemble de gifs en boucle animés.
J’ai limité chaque animation à 48 images au maximum, la plupart se situent entre 10 et 15 images – pour garder la taille du fichier petite et maximiser la créativité avec ces images.

NeSpoon

public art
Situé entre l’art de la rue, la poterie, la peinture, la sculpture et les bijoux, NeSpoon est un artiste de rue polonais. En mission pour broder le monde, elle enrichit l’art urbain déjà diversifié avec sa propre marque unique d’art de dentelle. En utilisant des motifs de napperons complexes, l’artiste embellit des espaces abandonnés et sans ornements dans des jungles urbaines improbables, les transformant en de superbes œuvres d’art.

Guda Koster

Just married
Guda Koster est une sculpteure, performeuse et photographe néerlandaise. Son travail se caractérise par l’usage de couleurs vives, de vêtements aux motifs graphiques qu’elle met en scène dans ce qu’elle appelle des sculptures vivantes qu’elle immortalise en photos.

KADO BUNPEI

Tree of Chair
Through his sculptural practice, artist Pontus Willfors says that he seeks to examine “aspects of nature that are viewed by our society as product, nuisance or waste.” One of his frequently recurring motifs is the form of tree branches and root systems that sprout from from everyday objects as seen in this collection of furniture pieces that remind us explicitly of the material’s origins.

Peeping Tom

Vader
Peeping Tom’s dance shoves certain motifs towards the very limits of acrobatics. Yet between bruised, nostalgic people, or people in love, the situations are deeply dramatic and expressed with feeling. This new piece develops the generic persona of the old father, his mythology, his prestige and his ridicule, his pitiable power deleted by gradual disintegration. It is an intensely human portrayal.

Philipp Artus

FLORA
L’animation dans FLORA est générée par des ondes sinusoïdales superposées qui traversent une chaîne de lignes. Ce principe d’onde apparaît souvent dans la nature lorsque l’énergie est transmise à travers un milieu comme l’eau, l’air ou simplement une corde. Elle peut également être observée dans la locomotion des animaux et des êtres humains, dans laquelle l’énergie cinétique est transmise successivement par les articulations.
L’algorithme FLORA de est basé sur la découverte qu’un simple système de lignes rotatives peut créer des variations infinies de formes abstraites – allant des lignes courbes harmonieuses aux motifs énervés et chaotiques. L’esthétique qui en résulte associe une précision de calcul à un aspect ludique organique et a tendance à déclencher diverses associations dans l’esprit du spectateur.

FILE FESTIVAL

gif

guda koster

Guda Koster est une artiste néerlandaise qui compose des sculptures vivantes. L’artiste utilise des tissus, des couleurs et des motifs originaux qui lui permettent de créer des harmonies et des tableaux à la fois énigmatiques et mystérieux. Chacune de ses oeuvres mélange des éléments à la fois concrets et surréalistes.

Mint Design

Fall in Pop
‘Fall in pop’ by mint design is a large organic work composed of 3D screens made from a fabric that has been coated with a glossy finish called glass organdie (made from polyester), in which motifs are projected, filling the space with light and color. The central focus is a sculptural, draping form which extends from above one’s head, down to the floor, meant to give the feeling of waterfalls which bring moisture to forests, as images trickle down the textile, creating a sensory visual space.

LUCAS SAMARAS

Лукас Самарас
卢卡斯·萨马拉斯
لوكاس ساماراس
ルーカスサマラス
루카스 사마라스
Chair

Since the 1960s, Lucas Samaras has devoted his art to the evocation of an intensely private, obsessional, sometimes hallucinatory realm. Among the many motifs that occur in his work, the chair is especially prominent. The “Chair Transformation” series has included provocative sculptures executed in a variety of materials including wood, wire mesh, and mirrored glass. Throughout the series, Samaras transforms the ordinary object into a fantastical one, evoking a dreamlike metamorphosis. Here the artist suggests an animated flight of stacked chairs. A deceptively simple form, the sculpture appears from different viewpoints to be upright, leaning back, or springing forward.

LARISSA HAILY

Aguado
Argentinian Larissa Haily Aguado is collaging in the digital age. Still assembling manually from found materials, the trained artist and designer creates enchanting compositions through the the mixing of various motifs, fused with surrealism and an unmistakable humorous quality that makes you stop and think. These dreamlike collages mix inanimate objects, nature, fashion and animals, with other seemingly random elements. However, they may not be so random.

TIM WALKER

تيーカー
팀ر
蒂姆·沃克
טים ווקר
ティム·ウォーカー
팀 워커 워커
م ووك
Timothy “Tim” Walker (born in England, 1970) is a British fashion photographer. Tim Walker’s photographs have appeared in Vogue, month by month, for over a decade. Extravagant staging and romantic motifs characterise his style. After concentrating on the photographic still for 15 years, Tim Walker has begun directing short films.

VALIE EXPORT

ואליי אקספורט
ヴァリエエクスポート
ВАЛИ ЭКСПОРТ
Time and Countertime

With “Zeit und Gegenenzeit” (Time and Counter Time), the focus should therefore be on VALIE EXPORT’s most recent works, which have been created over the past 20 years.
The exhibition wants to work out different motifs in EXPORTS oeuvre and in this way connect the late work with her early works. Her preoccupation with injury and violence are listed as motivic constants, on the one hand, and dealing with the changeable image of women on the other. Questions about the psychological condition as well as irritating worlds of perception and linguistic forms of expression form further central topics in EXPORTS work.

ESTHER STOCKER

ЭСТЕР СТОКЕР
에스더 스토커
以斯帖施特克尔
L’ARTISTE ESTHER STOCKER DE L’INSTALLATION TALIAN CRÉE DES ENVIRONNEMENTS GÉOMÉTRIQUES ÉTONNANTS QUI PEUVENT SOUVENT ÊTRE EXPLORÉS PAR LE VISIONNEUR. LA CONSTRUCTION DE CHAQUE PIÈCE SEMBLE SUIVRE UN TYPE D’ÉQUATION ÉTRANGE, RÉSULTANT DE MOTIFS LINÉAIRES ET DE PLANES INHABITUELS QUI TRANSFORMENT COMPLÈTEMENT LE RYTHME PHYSIQUE..

Rachel Harrison

راشيل هاريسون
雷切尔·哈里森
レイチェル·ハリソン
רחל הריסון
Рэйчел Харрисон
Schmatte with President
Rachel Harrison’s work draws from a wide range of influence, wittily combining art historical and pop cultural references through a diverse play of materials. In Nose, Harrison’s figure towers on a cardboard box plinth as an abject gargoyle, adorned with a plastic joke shop nose. Grotesque and funny, Harrison’s humour derives from its carefully structured, yet open-ended suggestion, each element building up to a plausible punch line. Using visual language as a subversive tool, Harrison parodies expected comparison to artists such as Franz West and Paul McCarthy,
appropriating styles and motifs with subtle knowingness, wielding artistic process as

MATIJA ČOP

Matija voulait créer des vêtements qui s’inspiraient de types historiques sans s’appuyer sur des techniques de construction traditionnelles. Il s’est consciemment abstenu de tricoter, de coudre ou d’adhérer pour développer un système expérimental de fabrication: les scans 3D du corps sont manipulés à l’aide d’un logiciel de modélisation, transposés en motifs découpés au laser 2D, puis rationalisés à travers des scripts en formes qui peuvent être imbriquées comme un puzzle. pièces. L’objet résultant est un polyèdre complexe sans aucune couture. Plus important encore, le processus qui le crée est une variation entièrement originale du tissage avec des possibilités illimitées pour un design novateur et une nouvelle construction. En associant manuellement des centaines de pièces uniques découpées au laser à un savoir-faire techno-couture, il rend tangible une pensée ambitieuse et intégrée. L’œuvre de Matija esthétise la curiosité en s’efforçant constamment d’authentifier la possibilité d’une véritable innovation dans la mode contemporaine.

STEVE REICH

スティーヴ・ライヒ
סטיב רייך
스티브 라이히
Стив Райх
Vermont Counterpoint
Vermont Counterpoint (1982) a été commandé par le flûtiste Ransom Wilson et est dédié à Betty Freeman. Il est composé pour trois flûtes alto, trois flûtes, trois piccolos et une partie solo, tous préenregistrés sur bande, plus une partie solo en direct. Le soliste en direct joue de la flûte alto, de la flûte et du piccolo et participe au contrepoint en cours ainsi qu’à des mélodies plus étendues. La pièce pourrait être interprétée par onze flûtistes, mais elle est principalement destinée à un solo avec bande. La durée est d’environ dix minutes. Dans ce laps de temps relativement court, quatre sections dans quatre touches différentes, avec la troisième dans un tempo plus lent, sont présentées. Les techniques de composition utilisées consistent principalement à construire des canons entre de courts motifs mélodiques répétitifs en substituant des notes à des silences, puis en jouant des mélodies qui résultent de leur combinaison. Ces mélodies ou motifs mélodiques qui en résultent deviennent alors la base de la section suivante au fur et à mesure que les autres parties environnantes de la bande contrapuntique disparaissent. Bien que les techniques utilisées en incluent plusieurs que j’ai découvertes dès 1967, la vitesse de changement relativement rapide (il y a rarement plus de trois répétitions d’une mesure), la modulation métrique dans et hors d’un tempo plus lent, et des changements de clé relativement rapides peuvent bien créer une impression plus concentrée et concise.

Steve Reich