CHAT NOIR STUDIOS: KATE LEE & SHERWIN W LIU

The Gift

TROIKA

ダークマター
「トロイカの形而上学的に奇妙なぶら下がっている彫刻ダークマター(2014)、立っている場所に応じて円、正方形、または六角形のように見える大きな黒いオブジェクトは、(オールドウォルバーのビデオのように)主観的な視点と客観的な真実。
.
Dark Matter, a large black object that looks like a circle, a square or a hexagon depending on where you’re standing, probes (like Olde Wolber’s video) a very contemporary disturbance about the irreconcilability of subjective point-of-view and objective truth.

.

Un grand objet noir qui ressemble à un cercle, un carré ou un hexagone selon l’endroit où vous vous trouvez, sonde (comme la vidéo d’Olde Wolber) une perturbation très contemporaine sur l’inconcilabilité du point de vue subjectif et de la vérité objective.

IEF SPINCEMAILLE

Clignotement inversé
Imaginez que votre tête soit capturée dans un appareil photo. Il fait complètement noir. Ce n’est que lorsque l’obturateur s’ouvre et se ferme que vous voyez le monde en un éclair. L’obturateur se déplace si vite que rien n’a le temps de bouger. Tout ce sur quoi vous pointez votre regard devient comme une photographie. Un souvenir. Quelque chose qui a été, mais qui n’est plus. Vous voyez les gens comme des personnages figés, des rues entières comme des moments intacts. La vie comme une sorte de spectacle. «Reverse Blinking» crée cette expérience. C’est un casque complètement fermé avec deux volets devant les yeux. Ils sont contrôlables par l’utilisateur. Le clignotement inversé fonctionne sur piles et peut être utilisé librement à l’intérieur ou à l’extérieur du musée. Il est préférable de l’utiliser là où il y a beaucoup de mouvement et de monde. «Reverse Blinking» fait partie d’une série d’œuvres d’art, à travers laquelle l’artiste essaie d’ajouter des effets vidéo et photographiques à notre façon naturelle de voir.

HC GILJE

En transit
Deux faisceaux de lumière rapides traversent une pièce, créant des ombres infinies sur une série de cadres blancs flottants. Il s’agit d’In Transit X, une installation sombre et basée sur une pièce qui fait allusion à un vide sans fin. Les effets vertigineux d’In Transit X placent le spectateur dans un espace artificiel monochromatique. L’installation lumineuse animée de 15 mètres de large de l’artiste Hc Gilje a été réalisée à l’origine pour les Wood Street Galleries de Pittsburgh en 2012 et a récemment été exposée le mois dernier au Kulturkirken Jakob à Oslo. En utilisant des cadres en forme de blocs et de la lumière comme supports, Gilje crée des dimensions visuelles dynamiques qui se prêtent à une expérience noirâtre fascinante.

JOHN GERRARD

Drapeau occidental
Des traînées de fumée forment un drapeau noir en constante évolution dans cette séquence vidéo créée par l’artiste irlandais John Gerrard pour mettre en évidence la menace posée par l’augmentation des niveaux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère terrestre.

James Bridle

The Right to Flight

A Londres, l’installation aérienne «The Right to Flight» de l’artiste britannique James Bridle explore la notion de surveillance depuis les airs et revient sur les utopies dévoyées des premiers aérostats.
Dans le ciel limpide de Londres flotte depuis le mois de juin un étrange ballon noir. Localisé dans le quartier populaire de Peckham, dans le sud de la ville, il est arrimé au niveau supérieur d’un parking désaffecté, vaisseau brutaliste dont les deux derniers étages hébergent depuis huit ans Bold Tendencies, un projet artistique estival, ainsi qu’un bar de plein air très couru avec une vue stupéfiante sur la skyline londonienne.Connu pour ses projets sur les drones ou son blog de recherche The New Aesthetic, James Bridle, né en 1980, a aussi posé sur le toit du parking une station de recherche expérimentale explorant l’histoire des aérostats, via des ateliers, des conférences et projections. Constituée de trois modules circulaires, fabriqués à partir de silos de grains lestés par des sacs de sable, l’architecture évoque tout à la fois les hangars des compagnies aériennes et la maison en kit Dymaxion de Buckminster Füller

 

natalie walsh

Fiber Optic Dress

La créatrice Natalia Walsh, de San Francisco, a transformé les concepts de mode et a créé une robe innovante qui brille dans le noir.
Pour élaborer la pièce, l’artiste a réalisé un modèle basique blanc avec une jupe  ballon et un support pour les poignées des sources lumineuses. Ensuite, elle a inséré les fils de fibre optique autour du corps de la robe, les laissant vers le sol pour créer un effet dynamique.Pendant que le modèle bouge et marche, les fibres optiques changent de couleurs différentes.

WERNER REITERER

Вернер Рейтерер
The Beginnings of Space Travel

Should art make us laugh? Styrian artist Werner Reiterer certainly challenges us to ponder on the sense and nonsenses of our world, but the noir humour and irreverent handling of reality in his approach mean that our first reaction is to laugh out loud. What we make of it afterwards is the long finish, as it were.

RUUD VAN EMPEL

루드 반 엠펠
Рууд ван Эмпель

La méthode de travail de Van Empel est complexe. Il photographie 4 ou 5 modèles professionnels dans son atelier, et réalise de nombreuses séries de photos détaillées de feuilles, fleurs, plantes et animaux. Après avoir rassemblé des centaines d’images dans une base de données, il sélectionne les images avec lesquelles il peut obtenir les meilleurs résultats. Les modèles sont mélangés dans le programme Photoshop, les vêtements sont photographiés séparément sur un mannequin de tailleur. De cette manière, il crée de nouvelles images principalement d’enfants, en noir ou blanc,dans un paradisque environment.

yoshi sodeoka

of soil

Of Soil explore la relation entre les modèles de la nature etl’infini. La pièce est composée de fragments photographiques et d’éléments géométriques, disposés en motifs complexes résultant en un jeu kaléidoscopique ressemblant à une transe du soleil scintillant et de la lune noire, du paysage, de l’ombre et de la lumière, alors que le jour cède la place à la nuit.

Ke Li

Le toit doré pointait vers le haut tandis que le bas industriel pointait vers le bas, ils étaient séparés jusqu’à ce que les arches modernistes les collent. Le toit doré est la partie devenue l’espace public, le fond noir est l’entrée et l’espace de stockage, et le bleu est la salle de concert.

Philippe Grammaticopoulos

Le Régulateur
Philippe Grammaticopoulos est un artiste inspiré, il s’exprime au travers d’un univers graphique et thématique facilement identifiable. Esthétiquement d’une part, il privilégie les contrastes opposés des noirs et des blancs, on peut y voir une réminiscence puisée non seulement dans les palettes graphiques et didactiques et dans les univers des formes du Bauhaus dont l’influence est pérenne, mais aussi au travers des dessins des graphistes de la bande dessinée des années 50

Vangelis

Blade Runner
Vangelis’ soundtrack for Blade Runner remains one of the relatively few soundtracks to establish an enduring reputation as fine music in its own right. Vangelis, by mid-1981 when he was first invited to view a rough cut of footage from Blade Runner, was at the peak of his fame as a solo artist, following a half-decade long run of successful albums[…] Vangelis cleverly chose to adopt the film’s aesthetic as his own. The film wielded futuristic sci-fi to film noir detective drama and action, owing much to psychological thrillers or horror. The most obviously jarring example of how Vangelis simulated this approach was his commissioning of the ragtime jazz song ‘One More Kiss’, which he positioned at the very centre of his album of cutting edge electronica.

MICHEL FRANÇOIS

米歇尔·弗朗索瓦
walk through a line of neon lights

Les sculptures de Michel François tentent de donner à la matière la fulgurance du dessin. Une fois construites, le processus créatif perdure au moyen de l’installation, laquelle cherche à faire cohabiter l’ensemble autour d’un sens commun. Connexions, tensions et résonances ouvrent ainsi un dialogue inédit entre les pièces, où noirceur et liberté prédominent.

Rainer Gross

Abbeye de Noirlac
Ces installations sont avant tout des « sculptures ». En tant qu’objets, elles se découvrent tout d’abord à travers le prisme des sens, c’est-à-dire que leur perception dépend de la sensibilité de chacun face à leur tridimensionnalité et leur présence plastique, leur tactilité et qualité graphique, en tant que « dessin dans l’espace ». En même temps, le langage des formes retenues peut aussi renvoyer de façon discrète à un autre niveau de lecture, à savoir la représentation du caractère éphémère et instable de toute chose et de la futilité des actions humaines.

formento & formento

Japan Diaries
“As outside observers, the Formentos’ stylized images explore the dichotomies that embody modern Japan- blurring the aesthetics between tradition and the ultra modern, fantasy and reality. The captivating tableaus exude a sense of tension, melancholy, and a quiet unease. Each image from Japan Diaries exists as if it were a still taken from a Japanese film noir, each solitary figure yearning for something unknown.”

MANFRED MOHR

Reflexions sur une esthetique programmee

Influencé par son expérience de musicien de jazz et par les théories du philosophe allemand Max Bense sur l’esthétique rationnelle, Manfred Mohr a été un innovateur dans le domaine de l’art généré par ordinateur. Pour manipuler, par exemple, la myriade de variations de l’hypercube à 11 dimensions, Mohr a créé des algorithmes en langage de programmation FORTRAN et les a imprimés sur des traceurs à plat avant l’avènement des imprimantes laser. La série «Klangfarben» de Mohr (2008) présente des peintures et des animations numériques de lignes diagonales aux couleurs vives et de plans qui se croisent sur un fond noir mat. .

Martins Ratniks

Projekcijām
Une ligne blanche oscille à l’infini, faisant passer l’écran du noir au blanc, puis du blanc au noir, par des séries de « 8 » entrelacés, avec un son continu qui inonde l’espace. Le titre Projections fait référence à la vidéo-projection, ainsi qu’à la part de construction visuelle que notre cerveau effectue devant cette œuvre, en passant d’un plan à deux dimensions à un espace tridimensionnel.

video

BERDAGUER & PEJUS

Opera noir

hc gilje

in transit
Two swift beams of light travel through a room creating infinite shadows on a series of floating white frames. This is In Transit X, a darkened, room-based installation that alludes to an endless void.The dizzying effects of In Transit X place the viewer into a monochromatic man-made space. The fifty-foot-wide animated light installation by artist Hc Gilje was originally made for the Wood Street Galleries in Pittsburgh in 2012, and recently went on display last month at Kulturkirken Jakob in Oslo. Using block-like frames and light as the mediums, Gilje creates dynamic visual dimensions that lend themselves to a mesmerizing noirish experience.

Felice Varini

Cinq Cercles Concentriques Noir

ELLA & PITR

Le fou a lentonnoir

REBECCA HORN

ريبيكا هورن
רבקה הורן
レベッカ·ホルン
레베카 호른
Ребекка Хорн
Cinema Verite
À son cœur fragile se trouve une itération du Gesang des Lichts (auch: Cinéma Vérité). À l’approche du spectateur, un serpent de cuivre jette une flaque d’eau noire sur le sol de la galerie, projetant une flaque de lumière ondulante sur le mur.

YUNSIL HEO & HYUNWOO BANG

Oasis
Fabriqué avec traitement. Une surface recouverte de sable noir se transforme en une piscine pleine de vie lorsque les gens attrapent et enlèvent une poignée de sable. Dans ce micro-monde, des créatures virtuelles naissent, vivent et périssent, reconnaissent leurs limites spatiales et leurs obstacles à la vie et réagissent au contact des gens de diverses manières. Un moteur de vision par ordinateur en temps réel a été développé pour interpréter l’état physique des divers matériaux de l’installation. Le programme remplit des créatures avec diverses caractéristiques et contrôle leurs comportements en temps réel. Une intelligence en essaim a été mise en œuvre pour simuler les comportements de flocage des créatures et leurs mouvements réalistes. L’Oasis n’est pas un appareil inventé pour que les gens “ utilisent ”. C’est un espace ludique où les gens ressentent la nature, trouvent des formes de vie, interagissent avec et créent des mondes virtuels. Il suscite l’instinct de base des gens à toucher les matériaux naturels.

VIKTOR & ROLF

Виктор Хорстинг и Рольф Снерен
Viktor Horsting et Rolf Snoeren sont tout à fait les maîtres de l’illusion. Découvrez la robe trippante qu’ils ont envoyée sur leur défilé printemps-été 2010. On dirait qu’Anja Rubik a été coupée en deux – halètement! Alors, comment ont-ils fait cela? Si vous vous approchez, vous remarquerez une bande noire entre les deux couches de tulle. Je me demande quelle célébrité osera faire défiler celle-ci sur le tapis rouge.